Sciences

Une bonne odeur pourrait augmenter la productivité

Temps de lecture : 2 min

Les fragrances de notre quotidien nous influencent plus qu'on ne peut l'imaginer.

Point d'odeur, bonne odeur? | DaModernDaVinci via Pixabay
Point d'odeur, bonne odeur? | DaModernDaVinci via Pixabay

«Le bon parfum peut stimuler votre cerveau.» C'est en tout cas ce qu'assure Yaniv Mama, directeur de la société israélienne Moodify, dans un article de la BBC. Son entreprise a développé une technologie permettant d'activer les récepteurs du bulbe olfactif, la partie du cerveau traitant l'odorat.

Aujourd'hui, Moodify vend ses odeurs avec cet argument: elles pourraient augmenter les performances, le bien-être et la sécurité des clients. «Il s'avère que l'odeur a son propre spectre. Si vous répartissez les molécules d'odeur de manière équitablement sur ce même spectre, vous pouvez contrôler les mauvaises odeurs sans obtenir un mélange désagréable d'odeurs indésirables recouvertes de parfum bon marché», explique Yaniv Mama. La société propose par exemple une odeur contenue dans un pendentif à suspendre au-dessus de la litière du chat, afin de ravir le nez des foyers accueillant les félins.

Moodify s'est développée à l'aide de recherches menées pendant une décennie par l'Institut Weizmann des sciences. Ce dernier souhaitait reproduire les odeurs de certaines de nos émotions quotidiennes, telle que la peur.

Certes, ce sentiment n'a pas d'odeur concrète, mais les chercheurs ont remarqué qu'au moment de sauter dans le vide, des parachutistes dégageaient par exemple une odeur, associée, donc, à ce sentiment. Et à partir des récepteurs olfactifs capables d'intercepter les fines molécules volatiles qui apparaissent lors de situations stressantes, les chercheurs ont réussi à recréer cette odeur. Pourquoi faire ça? Car selon eux, la diffusion d'un parfum de peur pourrait contribuer à rendre les individus plus vigilants.

Sentez meilleur pour
travailler mieux

Nous sommes de plus en plus nombreux à travailler à domicile. Il n'est donc pas surprenant que nous fassions plus attention à l'odeur de notre foyer qu'auparavant. Au Royaume-Uni, la directrice de la marque The White Company constate ainsi une augmentation très nette des ventes de bougies parfumées, directement liée à l'étendue de la pratique du télétravail.

Il ne s'agit pas seulement de chercher une odeur que nous trouvons agréable. Mark Moss, directeur du département de psychologie de l'université de Northumbria, en Angleterre, souligne l'importance des récepteurs olfactifs dans le cerveau: «Le bulbe olfactif se projette davantage dans notre cerveau que la vision ou l'audition.»

Le chercheur a notamment étudié avec attention les effets des huiles essentielles sur nos performances. Selon lui, certaines odeurs maximisent nos performances cérébrales. La palme revient à l'arôme de romarin, qui améliore nettement la mémoire. La sauge et la menthe poivrée sont, elles, utiles pour la cognition. En revanche, la lavande altère la mémoire et le temps de réaction.

Newsletters

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

À moins que toutes les personnes porteuses du gène ne périssent sans avoir eu d'enfant... ce qui est quasiment improbable.

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le meilleur ami de l'homme fait partie de nos vies depuis l'époque des chasseurs-cueilleurs et serait issu de la domestication du loup préhistorique. Oui, mais de quel loup parle-t-on?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Peut-être devrions-nous cesser de systématiquement nous alarmer outre mesure dès l'apparition d'un nouveau variant du virus.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio