Monde

En Ukraine, des femmes qui tentent de fuir le pays deviennent les victimes de réseaux de trafic sexuel

Temps de lecture : 2 min

Les proxénètes jouent sur la vulnérabilité financière et la fragilité psychologique d'Ukrainiennes ayant perdu leurs emplois à cause de la guerre.

Des réfugiés ukrainiens originaires de Donetsk attendent d'être évacués, le 20 février 2022. | Andrey Borodulin / AFP
Des réfugiés ukrainiens originaires de Donetsk attendent d'être évacués, le 20 février 2022. | Andrey Borodulin / AFP

«Les hommes et les femmes qui se trouvent en Ukraine pendant cette période [de guerre] peuvent être vulnérables à l'exploitation sexuelle et à l'exploitation par le travail», soulignait Varvara Zhluktenko, chargée de communication à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies en Ukraine dans les colonnes du Guardian, jeudi 7 juillet.

Ce triste constat a malheureusement été confirmé par une récente annonce des autorités ukrainiennes. Ces dernières ont révélé être parvenues à démanteler un groupe criminel agissant depuis la région de Kiev et forçant les femmes à se prostituer après leur avoir promis un emploi à l'étranger, rapporte le journal britannique.

C'est en arrêtant une Ukrainienne de 21 ans à la frontière hongroise que les enquêteurs ont pu remonter à l'origine du trafic. La jeune femme, originaire de Donetsk et mère d'un garçon en bas âge, a perdu son emploi après l'invasion russe. En rejoignant Vienne, puis Istanbul, elle espérait trouver un travail stable et légal –c'est en tout cas ce que les malfaiteurs lui avaient fait miroiter.

«Nous avons décidé d'intervenir, explique Oleh Tkalenko, procureur principal de la région de Kiev, qui a dirigé l'enquête. Nous avons arrêté cette femme à la frontière. Sa situation de vulnérabilité était claire: absence d'argent, un enfant à charge, des difficultés financières générales dues à la guerre. Le chef de gang que nous surveillions avait acheté ses billets, lui avait donné de l'argent et avait organisé son itinéraire.»

Après avoir apporté leur aide à la jeune femme, les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à un homme de 31 ans, considéré comme étant à l'origine de ce trafic, et ont perquisitionné son appartement dans la région de Kiev.

Un nombre de victimes méconnu

«Depuis le début de la guerre, beaucoup de femmes connaissent des difficultés financières en Ukraine, déclare Oleh Tkalenko. Bon nombre d'entre elles ont perdu leur emploi. C'était très dur, surtout pour les mères célibataires. Dans une des villes de la région de Kiev, un groupe d'hommes a organisé une série de chaînes Telegram, appelées “Rencontres”, “Rencontrez votre futur mari” ou “Service d'escorte”, où ils recrutaient ces femmes. Profitant de leur situation vulnérable, ils leur proposaient des emplois en Turquie. Quand les femmes arrivent là-bas, elles sont livrées à la prostitution

Si les autorités ukrainiennes ne savent pas combien de femmes ont été approchées par ce groupe depuis le début de la guerre en février dernier ni combien d'entre elles sont finalement parties pour la Turquie, une liste retrouvée par les enquêteurs chez le chef supposé du trafic révèle au moins dix noms.

«Sur la base des preuves recueillies, nous soupçonnons qu'il y a encore plus de femmes exploitées en Turquie en ce moment», confie au journal britannique Oleh Tkalenko. «Il y a des registres dans le carnet de l'homme [suspecté d'être à l'origine du trafic]. Nous nous préparons maintenant à coopérer avec nos collègues turcs.»

Newsletters

Déçu

Déçu

Comment le FSB a gangréné la vie politique moldave

Comment le FSB a gangréné la vie politique moldave

Différents documents du service des renseignements russe montrent comment la Russie étend son influence dans l'ancienne république soviétique. Plongée dans une de ces guerres hybrides que le Kremlin mène depuis des années.

«Je ne peux pas penser à autre chose qu'à l'argent»: ces Français qui songent à quitter Londres

«Je ne peux pas penser à autre chose qu'à l'argent»: ces Français qui songent à quitter Londres

Inflation monstre, augmentation des loyers, instabilité politique... Pour beaucoup, il est devenu intenable de rester vivre dans la capitale britannique. Reste une solution: rentrer en France.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio