Boire & manger / Sciences

Le réchauffement climatique met en péril la pollinisation (donc quasi toute notre alimentation)

Temps de lecture : 2 min

Nombre de scientifiques cherchent des solutions pour permettre au pollen de combattre les vagues de chaleur, de plus en plus intenses et précoces.

«Chaque graine, grain et fruit que nous mangeons est un produit direct de la pollinisation», commente la biochimiste Gloria Muday. | Christoph Polatzky via Unsplash
«Chaque graine, grain et fruit que nous mangeons est un produit direct de la pollinisation», commente la biochimiste Gloria Muday. | Christoph Polatzky via Unsplash

On le sait depuis longtemps: le réchauffement climatique a un impact majeur sur la pollinisation. Il y a maintenant quelques années, nous apprenions que l'augmentation des températures moyennes annuelles à travers le globe rendait les saisons polliniques plus longues et plus intenses. Mais ce n'est pas la seule conséquence de ces vagues de chaleur.

Selon la BBC, ces dernières pourraient engendrer un dérèglement de la pollinisation, phénomène indispensable à la reproduction de la plupart des plantes.

Pour illustrer l'impact des changements climatiques sur le pollen, le média britannique prend l'exemple d'Aaron Flansburg, un agriculteur de l'État de Washington, aux États-Unis. Ses plants de canola –une variété de colza– fleurissent généralement lors des premières semaines d'été, lorsque les températures sont encore douces. Mais l'année dernière, au moment de la floraison, ses champs ont été frappés par une vague de chaleur avoisinant les 42°C.

«C'est pratiquement du jamais-vu dans notre région d'avoir de telles températures en juin», assure-t-il à la BBC. Le résultat de ces chaleurs précoces? «La reproduction s'est arrêtée, et de nombreuses graines qui auraient pu être pressées pour l'huile de canola ne se sont jamais formées», explique le média britannique.

Le cas d'Aaron Flansburg est loin d'être isolé. Avec des vagues de chaleur de plus en plus intenses, ce dérèglement de la pollinisation pourrait toucher de nombreuses autres cultures, «notamment le maïs, les arachides et le riz». Les agriculteurs tentent alors tant bien que mal de faire fleurir leurs plantes avant la hausse des températures, mais cela représente parfois un véritable défi.

Des solutions, et en urgence

Comme l'explique la biochimiste Gloria Muday, de l'Université de Wake Forest en Caroline du Nord, «chaque graine, grain et fruit que nous mangeons est un produit direct de la pollinisation», c'est-à-dire de la reproduction des végétaux durant laquelle les grains de pollen produits par les organes mâles migrent vers les organes femelles de la plante.

Or, à partir d'une température d'environ 32°C, «les protéines qui alimentent le métabolisme du grain de pollen commencent à se dégrader», commente Mark Westgate, professeur d'agronomie à l'Université de l'Iowa. Par exemple, la fécondation est particulièrement sensible à la chaleur pour de nombreuses variétés de tomates: si la chaleur est trop intense, le pollen risque de «brûler».

Nombre de scientifiques cherchent alors des solutions pour aider le pollen à combattre les hautes températures. Selon la BBC, des chercheurs travaillent sur «des gènes qui pourraient donner des variétés plus tolérantes à la chaleur».

En attendant, Aaron Flansburg se dit plus qu'inquiet. Pour l'agriculteur, il est essentiel et urgent d'aborder la problématique du réchauffement climatique «si nous voulons être en mesure de continuer à nourrir les gens».

Newsletters

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Au restaurant Les Parisiens, Thibault Sombardier défend les valeurs de la haute bistronomie parisienne

Un lieu de rendez-vous chic au sein du Pavillon Faubourg Saint-Germain, nouvel hôtel cinq étoiles situé Rive gauche.

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

Manger un peu de viande peut être plus durable qu'un régime vegan

En optimisant les conditions de culture et d'élevage, des scientifiques cherchent la configuration dans laquelle l'empreinte carbone de notre régime alimentaire serait la plus réduite.

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Laisseriez-vous une IA choisir votre menu au restaurant?

Une société déjà bien implantée permet aux établissements de vous scanner afin de vous proposer des produits prétendument adaptés.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio