Société / Monde

Qui est la pire femme nazie de l'histoire?

Temps de lecture : 2 min

«L'ange blond d'Auschwitz», Irma Grese, était connue pour son sadisme envers les prisonniers d'Auschwitz. Mais d'autres femmes ont laissé libre court à leurs envies meurtrières sous le régime nazi.

La plupart des femmes nazies étaient des épouses de SS. Mais ce n'était pas le cas de toutes. | Domaine public via Wikimedia Commons
La plupart des femmes nazies étaient des épouses de SS. Mais ce n'était pas le cas de toutes. | Domaine public via Wikimedia Commons

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent. La question du jour: «Quelles ont été les pires femmes nazies de l'histoire?»

La réponse de Christophe Gourraud:

J'ai déjà évoqué «l'ange blond d'Auschwitz», Irma Grese, qui maniait le fouet et qui, comme Amon Göth (le personnage de La Liste de Schindler), avait des chiens dressés pour tuer. Mais elle faisait, avec beaucoup trop de zèle, son boulot. Alors, je vais parler de Johanna Altvater.

C'est une des femmes évoquées dans Les Furies de Hitler–Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah, le livre écrit par Wendy Lower. La plupart de ces femmes étaient des épouses de SS. Pas Johanna. C'était une secrétaire envoyée à 22 ans en Ukraine. Elle n'était pas censée tuer elle-même.

Un jour, dans le ghetto, elle s'approche d'un petit enfant, le prend dans ses bras, l'attrape par la jambe, lui fracasse la tête contre le mur, puis jette la pauvre dépouille aux pieds de son père accouru.

Des enfants jetés par la fenêtre

Lors de la liquidation du ghetto, elle pénétra dans un hôpital de fortune, prit un à un les enfants alités et les jeta par la fenêtre, depuis le troisième étage. Son passe-temps favori était de se promener dans le ghetto et d'offrir des bonbons aux enfants. Quand ils s'apprêtaient à les manger, elle sortait un petit pistolet et leur tirait dans la bouche.

Les nazis faisaient la fête lors des exécutions de masse. Elle était avec eux. Ça mangeait, ça buvait, ça rigolait bien. De temps en temps, un SS se levait et tuait quelques juifs. Puis, il revenait finir son verre.

Elle n'a jamais été condamnée, comme l'énorme majorité des femmes criminelles, malgré deux procès. Elle n'était qu'une petite secrétaire, aucun ordre n'était écrit et les témoignages étaient rares.

Newsletters

Recevoir des cadeaux de Noël peut être une grosse source d'angoisse

Recevoir des cadeaux de Noël peut être une grosse source d'angoisse

La peur de décevoir met la pression à tout le monde.

«Le déclic, c'est quand elle m'a dit qu'il commençait à s'en prendre à son fils»

«Le déclic, c'est quand elle m'a dit qu'il commençait à s'en prendre à son fils»

[Épisode 3] Devant la cour d'assises, Jessica Adam raconte les sévices dont elle et ses frères et sœur ont été victimes enfants. Lorsque Céline Vasselin s'est inquiétée auprès d'elle du traitement que Sliman Amara pouvait infliger à leur fils, elle n'a pas hésité.

Résilience

Résilience

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio