Culture

Les jeux vidéo, tant de souvenirs impérissables

Temps de lecture : 3 min

Qui a dit que le jeu vidéo était une pratique solitaire et ne véhiculait pas des valeurs positives?

Buggy Boy, sur Atari. | Capture d'écran Atari Greenlog via YouTube
Buggy Boy, sur Atari. | Capture d'écran Atari Greenlog via YouTube

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Avez-vous de bons souvenirs avec les jeux vidéo?»

La réponse de Matthieu Geffroy:

Tellement de bons souvenirs que c'est compliqué de les référencer. Petite liste non exhaustive:

  • Sur Atari, les jeux Ikari Warriors, Conquest, Buggy Boy furent mes premiers pas dans le monde du jeu vidéo. Partager des parties avec des copains ou mon papa, ça faisait partie des meilleurs moments de mon enfance.

  • Caesar II et Caesar 3 furent les jeux de mon adolescence: des soirées entières à y jouer pendant que le reste de la famille regardait la télé; c'était ma marque d'indépendance vis-à-vis de ma famille et surtout ma rébellion contre la société (à l'époque, jouer aux jeux vidéo était très mal vu).

  • Final Fantasy VII (FFVII), premiers pas dans l'univers des RPG, première fois que je suis resté scotché par une histoire de jeu vidéo, premières larmes aussi. Le plaisir de partager ces moments avec mes petites sœurs qui pouvaient me regarder jouer des heures durant. Et puis première fois que je me suis senti vide après avoir terminé un jeu vidéo, un sentiment de: «Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire maintenant?» Sentiment répété avec FFX.

  • Rome Total War: mes premiers pas de moddeur[2], l'envie d'apprendre par moi-même, de réaliser un projet (aussi petit soit-il) et le plaisir de voir mes efforts récompensés lorsque j'ai pu jouer à mon mod.

  • Dragon Age: le premier RPG occidental qui m'a marqué. Je suis globalement plus attiré par la mise en scène d'une histoire, et les JRPG[3] et le Final Fantasy en particulier avaient été les seuls à me donner ce frisson. La mise en scène spectaculaire de Dragon Age m'a permis de découvrir les jeux BioWare et j'en suis ravi.

  • XCom 2: un gameplay en apparence simple mais d'une richesse extraordinaire, et l'envie de rejouer pour rencontrer de nouveaux personnages, de leur inventer une histoire. Mais surtout le plaisir de réussir à finir le jeu en mode Ironman en ayant galéré comme… bah... comme un galérien.

Émotions et partage

Le jeu vidéo, c'est tellement d'émotions différentes. Il y a le plaisir de suivre une belle histoire, de suivre des personnages pendant des dizaines d'heures sur les RPG. Ou alors le plaisir de décortiquer les mécaniques des jeux Paradox. Le plaisir de se dépasser aussi, de dépasser la frustration du «game over», de ne pas abandonner, de ne pas succomber à la facilité et de finalement vaincre: c'est un sentiment que je n'ai retrouvé qu'au sport.

Et puis aussi, le plaisir de partager. Sans jamais avoir joué à un MMO[4], ni même en ligne, j'ai toujours trouvé ridicules les gens qui pensaient que le jeu vidéo est une activité solitaire. J'ai partagé tellement de moments dans la cour de récré à discuter des secrets de FFVII, ou avec des potes à jouer à Tekken puis à Mario Kart, ou avec mon papa à jouer à Conquest puis Age of Empires (jamais l'un contre l'autre, mais toujours juste à parler du jeu) en essayant de partager des stratégies, des situations. Enfin, le plaisir de faire découvrir des chefs-d'œuvre à mes petites sœurs, qui continuent à m'en parler vingt ans plus tard.

Il n'y a pas dans ma vie d'activité qui m'ait plus apporté en matière de culture générale, d'émotions, de partage et de dépassement de moi-même que les jeux vidéo!

1 — «After Action Report»: activité qui consiste à effectuer une analyse rétrospective d'une quête effectuée et terminée, en soignant la narration dans la mesure du possible. Retourner à l'article

2 — Être moddeur, c'est modifier le code d'un jeu pour l'agrémenter. Retourner à l'article

3 — Sigle désignant les jeux RPG japonais. Retourner à l'article

4 — «Massively Multiplayer Online»: jeu multijoueurs pouvant accueillir simultanément un très grand nombre de joueurs et de joueuses. Retourner à l'article

Newsletters

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

La série turque décrit une épidémie dont le vecteur est le langage. Un phénomène inimaginable et qui pourtant paraît déjà presque là.

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Avec La Vallée, l’artiste français casse les stéréotypes et fait de l’espace d’exposition une école dont les tableaux noirs sont des œuvres, déployant les méandres de sa pensée. Du 8 décembre 2022 au 30 avril 2023.

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio