Boire & manger

Le Jules Verne et le Il Carpaccio, deux restaurants parisiens à (re)découvrir

Temps de lecture : 7 min

Au menu: des plats raffiné dégustés avec Paris à ses pieds pour l'un; une cuisine moderne et légère nous emmenant directement en Italie pour l'autre.

La salle Trocadéro du restaurant Jules Vernes, au 2e étage de la tour Eiffel, offre une vue splendide sur la capitale. | Marie-Line Sina
La salle Trocadéro du restaurant Jules Vernes, au 2e étage de la tour Eiffel, offre une vue splendide sur la capitale. | Marie-Line Sina

Le Jules Verne

Ce n'est pas du tout un restaurant pour touristes (50% de Français) qui arpentent les jardins bien tenus encerclant la tour de 125 mètres de large au sol, dont l'étoilé est toujours complet aux deux services –un succès mérité. La brasserie du 1er étage, entièrement rénovée et désormais baptisée Madame Brasserie, a rouvert ses portes le 6 juin avec aux manettes le chef Thierry Marx, du restaurant doublement étoilé de l'hôtel Mandarin Oriental, Sur Mesure , dans le Ier arrondissement de Paris.

La tour Eiffel est unique et le panorama qu'elle offre sur la capitale un éblouissement de tous les instants. On ne peut oublier la vue sur Paris, que l'on admire du haut des salons du Jules Verne, à travers les poutrelles métalliques de la tour. Le déjeuner est un rêve en plein jour, le dîner féerique.

La salle Champ-de-Mars, au restaurant Le Jules Verne, offre une vue sublime sur Paris. | Marie-Line Sina

La tour vous offre un admirable voyage immobile sur les toits de Paris, un poste d'observation inouï riche de découvertes et de machineries. L'ascenseur privé vous propulse au sommet en quelques secondes, quel moment!

Le temps du repas (déjeuner ou dîner) est une exception dans une vie: rien n'est banal dans cette tour parisienne, si critiquée à sa naissance en 1889. Face à vous, la Tour Montparnasse, en plein cœur du panorama parisien, impose sa présence par sa taille surprenante. Que regardez-vous? Votre quartier? Votre arrondissement? Les sites historiques, Notre-Dame, le Louvre, les contours de la capitale, les zones vertes? Chacun façonne sa vision selon ses goûts, sa culture, ses désirs…

La salle Quai Branly du restaurant Le Jules Verne, au 2e étage de la tour Eiffel. | Marie-Line Sina

Les gérants actuels de la tour aux deux restaurants auraient pu se contenter de la restaurer en bonne et due forme, sans lui apporter de charme, de confort et d'élégance. Ils ont visé le meilleur. On le voit bien dans l'attitude, l'émotion des visiteurs captivés par les secrets et les coulisses de la tour Eiffel.

À cet égard, le repas du midi ou du soir est un must, et pas seulement pour les gourmets. La tour bénéficie des conseils, des idées, des plats du grand chef du Pré Catelan, Frédéric Anton (trois étoiles justifiées), qui vient tous les jours vérifier l'ordonnancement des menus et des plats.

Le chef Frédéric Anton vient tous les jours vérifier l'ordonnancement des menus et des plats. | Marie-Line Sina

Le Jules Verne n'a qu'une seule étoile, ce qui est mal noté. Les préparations raffinées de Frédéric Anton, qui propose d'extraordinaires voyages culinaires, justifieraient deux étoiles. Voyez le beau récital gourmand:

Le menu du déjeuner en cinq services (135 euros)

  • La raviole aux herbes fraîches, tomme de brebis, crème d'ail.
  • Le bar en fines lamelles à la vanille, petit pois et menthe.
  • Le cabillaud cuit au naturel, poudre d'olives de Kalamata, câpres frites, bouillon de bouillabaisse corsé.

Le cabillaud cuit au naturel, poudre d'olive de Kalamata, câpres frites et bouillon de bouillabaisse corsé du restaurant Le Jules Verne. | Frédéric Anton / Le Jules Verne

  • Le bœuf poêlé sauce au poivre, «grosse frite».
  • Le baba imbibé au rhum vieux, crème légère infusée à froid, sorbet au cascara (plante).
  • La fraise, meringue croustillante, zéphyr au parfum de sureau, fine tartelette à la rhubarbe.

Le menu dégustation au dîner en cinq services (245 euros) ou en sept services (255 euros)

  • Le crabe, bouillon glacé, caviar, zéphyr au jus de pomme acidulée.

Le crabe, bouillon glacé, zéphyr au jus de pomme acidulé. | Frédéric Anton / Le Jules Verne

  • Le bar (aussi au menu à 135 euros).
  • La langoustine préparée en ravioli, crème de parmesan, fine gelée à la betterave.

Le ravioli de langoustine, fine gelée de betterave, crème de parmesan. | Frédéric Anton / Le Jules Verne

  • Le cabillaud.
  • La volaille rôtie, morilles à la crème, ail des ours.
  • La fraise, meringue croustillante.
  • Le chocolat, soufflé chaud, crème glacée au grué de cacao, gavotte croustillante, une gâterie d'enfance.

5, avenue Gustave Eiffel, 75007 Paris. Au 2e étage de la tour Eiffel. Accès à l'angle de l'avenue Charles-Floquet et Octave-Gréard, puis par l'ascenseur privé à partir de l'entrée du restaurant au pilier sud de la tour Eiffel. Tout est fléché. Pas de fermeture. Tél.: 01 45 55 61 44. Réservation par mail: [email protected]

Il Carpaccio

Le restaurant de l'hôtel Royal Monceau-­Raffles Paris rouvre ses portes, en partenariat avec l'établissement triplement étoilé Da Vittorio, à Brusaporto près de Milan, emblème international de la cuisine gastronomique italienne.

Six mois après la réouverture d'Il Carpaccio et l'arrivée du couple de chefs Alessandra Del Favero et Olivier Piras, le guide Michelin 2022 couronnait d'une étoile le restaurant italien.

Les chefs Alessandra Del Favero et Oliver Piras sont aux fourneaux du restaurant Il Carpaccio. | Roméo Balancourt

«Nous sommes extrêmement heureux et fiers de cette étoile Michelin qui brille pour Il Carpaccio! Cette prestigieuse récompense est le reflet du travail sans relâche de nos équipes en cuisine et en salle, et de l'excellence qui est au cœur de nos priorités chaque jour au sein de notre palace», affirme Christophe Thomas, directeur général du Royal Monceau-Raffles Paris.

Au cœur de l'hôtel, un couloir nacré orné de milliers de coquillages mène à votre table. La salle ressemble à un véritable jardin d'hiver, entièrement ceint de verrières aux couleurs printanières.

La salle du restaurant Il Carpaccio ressemble à un véritable jardin d'hiver. | Roméo Balancourt

Les chefs proposent une cuisine italienne moderne, légère, travaillée avec des produits transalpins de qualité exceptionnelle. Ils officient aussi bien en cuisine qu'en salle, où ils régalent leurs convives. L'ingénieux duo offre une expérience gastronomique de l'entrée jusqu'au dessert, aidé du talentueux chef pâtissier Quentin Lechat, qui signe la carte des pâtisseries italiennes.

Au restaurant Il Carpaccio, un assortiment de desserts du chef pâtissier Quentin Lechat. | Roméo Balancourt

«Notre cuisine est de là-bas, elle se veut pure dans son expression, s'articule autour de produits transalpins de qualité exceptionnelle et vise une modernité légère. Notre différence? C'est d'accueillir les clients comme à la maison. Nous avons hâte de venir en salle pour présenter nos plats et les terminer devant les clients comme pour les fameux paccheri alla Vittorio, faits à la minute, accompagnés d'une sauce aux trois tomates et de parmesan frais!», explique Oliver Piras, un artiste de la pasta.

Au restaurant Il Carpaccio, les paccheri alla Vittorio sont préparées à la minute. | Béatrice Pilotto

Outre cette recette légendaire à ne pas manquer, Alessandra Del Favero et Olivier Piras aiment découper devant les convives la sublime côte de veau façon oreille d'éléphant, ou encore délivrer le tartare de sériole façon al verde. À la carte également, un vitello tonnato allégé en sauce et en crème, mais avec une touche de modernité. Un régal.

Au restaurant Il Carpaccio, le tartare de sériole al verde. | Roméo Balancourt

Côté vins, Clément Emery, directeur de la mixologie et de la sommellerie, a réuni les plus beaux terroirs de la péninsule italienne avec de prestigieux domaines.

La terrasse du restaurant Il Carpaccio. | Roméo Balancourt

Un couple en cuisine et dans la vie

Oliver Piras à vécu diverses expériences à travers l'Europe: au Celler de Can Roca en Espagne, au Noma à Copenhague, avec le chef Alberico Penati à Bruxelles et avec le chef triplement étoilé Joël Robuchon à Londres.

Après avoir obtenu son diplôme dans une célèbre école de cuisine italienne, Alessandra Del Favero a quant à elle décidé d'approfondir ses connaissances culinaires dans l'hôtel de sa famille à San Vito di Cadore, dans les Dolomites. C'est dans le restaurant triplement étoilé Da Vittorio qu'ils se rencontrent. Leur passion commune les rapproche, l'amour est là.

Menu au déjeuner: 55 euros. Menu des chefs inspiré du marché et de la saisonnalité, en cinq services: 125 euros.

La carte au déjeuner et au dîner

Entrées

  • Le crudo de Saint-Jacques, ragoût de moules alla puttanesca (32 euros).
  • Le tartare de betterave, échalote confite, tuiles de risotto milanais (20 euros).
  • Notre version du vitello tonnato (32 euros).
  • Le carpaccio de bœuf Fassona, sauce césar, amarante croustillante et truffe (35 euros).

Le carpaccio truffé de bœuf Fassona du restaurant Il Carpaccio. | Roméo Balancourt

  • Les rougets glacés aux framboises, crème de tomate datterino, scarole cuite à la napolitaine (30 euros).

Pâtes et risotto

  • Risotto à l'aneth, sabayon de pistache et gambas de Mazara del Vallo (40 euros).

Le risotto à l'aneth, sabayon de pistache et gambas. | Roméo Balancourt

  • Les paccheri alla Vittorio (34 euros).
  • Les linguine, crème de lard de Colonnata, tartare de langoustines et artichauts (40 euros).
  • Les tagliolini à la truffe (48 euros).
  • Les tortelli à l'osso buco à la milanaise et crème de pecorino (30 euros).

Poissons et viandes

  • Le turbot, puntarelle, crème de praires (52 euros).
  • Le bar «panzanella», émulsion de cresson (48 euros).
  • La sole, pommes de terre et patates douces en écrasé, laurier et amandes (48 euros).
  • Le carré d'agneau, citron et feuilles de blette (55 euros).
  • «L'oreille d'éléphant» à la milanaise, tomates datterino et pommes de terre au four (140 euros, pour deux personnes minimum).

L'orecchia d'elefante Da Vittorio. | Béatrice Pilotto

  • La pintade, carottes, genévrier (45 euros).

Desserts (tous à 22 euros)

  • Le rococo, génoise, crème de citron et ricotta, meringue italienne.
  • Le tiramisu.
  • Les ravioles au chocolat et citron confit.
  • Les noisettes du Piémont et tonka.
  • Le carpaccio d'ananas, crème glacée à la pistache de Bronte.
  • La brioche, crème vanille et granité orange.

37, avenue Hoche, 75008 Paris. Tél.: 01 42 99 88 12. Prix moyen à la carte: 108 euros. Fermé le dimanche et le lundi. Parking.

Newsletters

McDo et les burgers végétariens, histoire d'un échec commercial

McDo et les burgers végétariens, histoire d'un échec commercial

Lancé en grande pompe, le McPlant a fait pchitt.

Le Petit Rétro et Séveste, deux restaurants au rapport prix-plaisir exquis

Le Petit Rétro et Séveste, deux restaurants au rapport prix-plaisir exquis

Le premier, repris par Guy Savoy et Irwin Durand, propose une cuisine de bistrot authentique et gourmande. Le second est la nouvelle terrasse du Théâtre de l'Atelier des frères Flocon.

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

Le temple du romantisme ou le royaume du kitsch?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio