Culture

Les dix épisodes de «Peaky Blinders» dont il faut se souvenir avant de commencer la saison 6

Temps de lecture : 11 min

Le gang de Birmingham revient pour une ultime saison: la famille Shelby dira adieu à ses fans sur Netflix le 10 juin. L'occasion de se remémorer les moments phares de la série britannique lancée en 2013.

Thomas Shelby (Cillian Murphy), héros de Peaky Blinders. | Capture d'écran via Netflix
Thomas Shelby (Cillian Murphy), héros de Peaky Blinders. | Capture d'écran via Netflix

Attention: cet article dévoile des éléments de l'intrigue des cinq premières saisons de la série Peaky Blinders.

En 2013, Thomas Shelby débarquait sur son cheval noir dans les rues de Small Heath, quartier pauvre de Birmingham, en plein centre de l'Angleterre. L'année 1919 marquait le retour des anciens soldats à la vie normale, fragilisés par des séquelles psychologiques de la Première Guerre mondiale.

Au début de la saison 5 de Peaky Blinders, située à l'aube des années 1930, le personnage principal, devenu entre-temps député et notable incontesté de la capitale des Midlands, faisait face à la montée du fascisme, incarnée par Oswald Mosley, dirigeant du parti fasciste britannique. Neuf ans après ses débuts, et avant un film qui viendra clore l'aventure, cette nouvelle et dernière saison nous emmènera à l'aube de la Seconde Guerre mondiale.

En créant Peaky Blinders en 2013, Steven Knight avait peu de moyens, mais beaucoup d'ambitions. Et aussi l'avantage de partir avec un acteur principal charismatique, l'Irlandais Cillian Murphy, depuis devenu indissociable du personnage qu'il a brillamment interprété. Il restera de cette série le récit d'une autre Angleterre, bien loin des fastes de Downton Abbey ou de The Crown, ici marquée par l'ascension sociale de gangsters par les rues sales et les maisonnettes à briques d'une Angleterre parfois oubliée du petit écran.

N'oublions pas non plus les costumes, dont le classique costume trois-pièces de Thomas Shelby et de ses frères, leur iconique coupe de cheveux, les cigarettes fumées par milliers et les verres de whisky commandés avec un fort accent irlandais.

Derrière des histoires de famille et d'amour riches en rebondissements, la série aura, en six saisons, peint le portrait d'une époque, en évoquant des personnalités politiques ayant bien existé et en racontant, à sa manière, l'histoire des véritables Peaky Blinders, gang lié pour toujours à la deuxième ville d'Angleterre.

Bien que les épisodes des dernières saisons soient plus inégaux et que la série se soit clairement essoufflée, souvenons-nous de ces dix épisodes, tous marquants pour la continuité de Peaky Blinders. La plupart correspondent d'ailleurs à la recette souhaitée par le showrunner dès le début: tenir en haleine le spectateur en installant un nouvel élément d'intrigue à chaque épisode, avec un climax sur les dix à quinze dernières minutes.

Saison 1, épisode 2

Où Thomas Shelby propose à Grace de travailler pour lui et tombe sous son charme.

Capture d'écran via Netflix

Dans le premier épisode de Peaky Blinders, Thomas Shelby, chef de clan, rencontre Grace Burgess, qu'il pense être la nouvelle serveuse du Garrison, le pub sur lequel règnent les Shelby. Après un bref premier échange, la véritable rencontre entre les deux futurs amants se scelle dans cet épisode. Autour d'une bouteille de whisky, comme d'habitude, Thomas parle affaires avec la jeune femme et, bien qu'il ne l'admette pas, tombe amoureux de l'Irlandaise lorsqu'elle se met à chanter seule face à lui.

Ce n'est qu'à la fin de la saison qu'il apprendra qu'elle est aussi espionne pour la police locale au nom de la Couronne britannique. En plus d'installer la romance de la série, cet épisode montre l'influence que Thomas a sur sa famille. En témoigne la scène dans laquelle il interrompt une séance de cinéma pour obliger sa petite sœur Ada à lui avouer qui est son amant. Il découvrira un peu plus tard qu'il s'agit de Freddie Thorne, son ancien meilleur ami, avec qui il a combattu en France pendant la guerre et est depuis en conflit.

Saison 1, épisode 6

Où Thomas Shelby tue Billy Kimber et découvre la trahison de Grace.

Capture d'écran via Netflix

L'épisode est décisif pour la réputation des Peaky Blinders qui deviennent officiellement, à l'aube des années 1920, les maîtres de Birmingham avec une phrase culte: «Don't fuck with the Peaky Blinders.» Après des affrontements dans l'ensemble de la saison, une trêve, puis une confrontation tant attendue, Thomas Shelby tire une balle dans la tête de Billy Kimber, chef de l'autre gang de la ville, les Birmingham Boys.

Si son premier grand ennemi est éliminé, une autre peine vient frapper le protagoniste. Alors qu'il est sur le point de découvrir sa trahison, Grace lui avoue ses sentiments et lui propose de le rejoindre à Londres afin de commencer ensemble une nouvelle vie aux États-Unis. Dans un monologue final, il rédige une lettre pour celle qu'il aime aussi, dans laquelle il explique qu'il décidera ou non de la rejoindre en lançant une pièce de monnaie. On sait bien sûr que Thomas Shelby n'abandonnera pas sa famille.

Saison 2, épisode 2

Où entre en piste Alfie Solomons, chef d'un gang juif londonien.

Capture d'écran via Netflix

Les événements de cette nouvelle saison démarrent deux ans plus tard. Thomas a appris à oublier Grace, partie à la fin de la saison 1. Notre homme est menacé par un gang d'Italiens de Camden, mené par Darby Sabini. Il va alors demander de l'aide au chef du gang rival du quartier londonien, un certain Alfie Solomons (joué par Tom Hardy).

À l'issue d'une rencontre sous haute tension, les deux hommes s'allient pour contrer la menace italienne. Ils deviennent des partenaires en affaires, ce qui sera décisif pour le reste de la série, sans jamais oublier que les coups bas sont permis pour sauver les intérêts personnels.

Saison 2, épisode 6

Où ont lieu les événements du derby d'Epsom.

Capture d'écran via Netflix

«Mon nom est Thomas Shelby et aujourd'hui, je vais tuer un homme.» C'est par ces mots que débute l'un des meilleurs épisodes de la série, marqué par une tension insoutenable et beaucoup d'imprévus. Thomas a accepté la mission confiée par l'inspecteur Campbell: descendre un militaire de haut rang. Le crime est prévu aux courses d'Epsom, une manière d'agir sans que personne ne s'en rende compte. Afin de préparer sa possible mort, Thomas Shelby écrit une ultime lettre pour innocenter sa famille, expliquant avoir agi seul, sous la contrainte de la Couronne britannique.

Après plusieurs rebondissements, et alors que Tommy se prépare à tuer le militaire, Grace réapparaît et lui révèle qu'elle est enceinte de lui. Marié à un riche Américain, son ancienne amante l'avait prévenu de sa venue à Londres, quelques semaines plus tôt. Face à l'indécision de l'antihéros, Grace lui soutient qu'elle l'aime, contrairement à son mari. On imagine que leurs retrouvailles auront lieu à l'issue de l'épisode. Et pourtant, tout s'enchaîne. Tandis qu'il accomplit sa mission, aidé par Lizzie qui est violée en servant d'appât, la tante Polly tue l'inspecteur Campbell.

La scène finale reste peut-être la meilleure de l'ensemble des saisons. Après avoir été emmené de force par des officiers de la Couronne, le chef de gang est conduit au milieu d'un champ. Il est obligé de se placer debout devant un énorme trou creusé dans la terre, tel une tombe, prêt à recevoir une balle dans la tête. Fumant ce qu'il pense être sa dernière cigarette, Thomas Shelby répète qu'il était si près d'obtenir la vie qu'il espérait tant. Il est sauvé in extremis. La saison 3 sera-t-elle celle de la prospérité?

Saison 3, épisode 2

Où Grace Shelby meurt.

Capture d'écran via Netflix

Les retrouvailles tant attendues entre Thomas et Grace ont bien lieu dans le premier épisode. Le couple se marie, entouré de son cercle familial proche et de son fils Charles. Les Shelby ont désormais les moyens de vivre dans la campagne de Birmingham. Et qui dit nouvelle saison dit nouvel associé et... aussi nouvelle menace.

Les Peaky Blinders doivent traiter avec les Russes. En prime, un nouveau protagoniste intervient, qui représentera l'un des pires dangers pour les Shelby. Il s'agit du père John Hughes, qui travaille comme agent double avec les Russes, ainsi que pour la «section D», une organisation d'extrême droite proche de plusieurs fonctionnaires de haut rang et de certaines personnalités politiques britanniques.

L'épisode se termine par la soirée de gala de la Shelby Charity Foundation. Alors que Thomas et Grace sont plus amoureux que jamais, un invité s'avance vers le couple, pointe un pistolet et crie «Pour Angel!» Grace prend la balle destinée à son époux et meurt sur le coup. Le tireur, passé à tabac par Arthur Shelby, a été missionné par les Changretta, gangsters italiens, dont l'un des frères, Angel, avait été violemment blessé à la lame de rasoir par John Shelby.

Saison 3, épisode 6

Où la famille Shelby est arrêtée.

Capture d'écran via Netflix

Quelques mois après la mort de l'épouse de Thomas, la famille Shelby inaugure l'Académie Grace Shelby pour les orphelins. En plein milieu de la réception, alors que Tommy discute avec des invités, son fils est kidnappé. Les Peaky Blinders apprennent rapidement que le père Hughes est le fautif. Après l'avoir retrouvé quelques heures plus tard, Michael, le fils de Polly, tue le père Hughes et ramène Charles à la maison. Polly comprend d'ailleurs dans le regard de son fils qu'il vient de tuer pour la première fois. Son entrée dans la famille Shelby est officiellement actée.

La scène finale montre la répartition des gains des affaires effectuées avec les Russes. Tandis que tout le monde s'attend à débuter une nouvelle vie, on assiste à l'un des meilleurs monologues de Thomas qui, après une saison sous tension et la perte de sa femme, règle ses comptes avec chacun des membres de la famille.

À la surprise générale, le chef annonce qu'un mandat d'arrêt a été émis contre toute la famille (sauf lui) en raison des liens unissant leurs ennemis à la police, mais qu'il réussira à les innocenter. La saison se finit avec fracas lorsque le clan Shelby est pour la première fois arrêté par la police locale et emmené dans des camions sous le regard de Thomas.

Saison 4, épisode 1 («La corde au cou»)

Où John Shelby meurt.

Capture d'écran via Netflix

C'est l'un des épisodes qui a le plus fait pleurer les fans. Il reprend un peu après le moment où le dernier s'est arrêté. Sur le point d'être exécutés (à l'exception de Tommy et Ada), les Shelby sont graciés. Alors que Thomas d'un côté, et le reste de la famille de l'autre, vivent séparément depuis un an, une nouvelle menace pèse sur le gang de Birmingham et l'oblige à se réunir. Elle s'appelle Changretta, nom de la famille liée à la mafia italienne venue spécialement de New York pour vaincre les Irlandais.

John, troisième de la fratrie Shelby, est la première proie de Luca Changretta (joué par Adrien Brody). Alors qu'il se trouve dans sa maison de campagne avec son épouse Esme et leurs six enfants, les Italiens lui tirent dessus à douze reprises et blessent également Michael. Ce début de saison marque la première mort d'ampleur d'un pilier du clan Shelby.

Saison 4, épisode 6 («La société»)

Où Thomas Shelby devient député.

Capture d'écran via Netflix

En quelques années, Thomas Shelby est devenu un véritable notable de la région de Birmingham malgré sa réputation de tueur. Il vient d'ailleurs de tuer son ennemi Luca Changretta. Mais psychologiquement, notre héros préféré ne va pas mieux. Les traumatismes de guerre lui pèsent toujours autant. Plus que jamais seul dans son grand manoir, sa solitude et ses addictions sont omniprésentes. Après avoir repris pied, une nouvelle carrière le guette. L'ascension de Thomas est désormais politique.

Comme rarement, les dernières secondes de cette saison ne sont pas tristes, mais triomphantes. En pleine lumière et au ralenti, Thomas Shelby descend les marches de l'hôtel de ville de Birmingham, fraîchement élu député travailliste de la circonscription de Birmingham-Sud avec 48.564 voix. Le clin d'œil à ses origines ne manque pas: à peine sorti de la salle officielle, un membre des Peaky Blinders lui donne son pistolet, qu'il range comme toujours dans son manteau d'un geste élégant, avant de prendre dans ses bras Ruby, la fille qu'il vient d'avoir avec Lizzie.

Saison 5, Épisode 5 («Boum»)

Où l'on assiste au discours terrifiant d'Oswald Mosley.

Capture d'écran via Netflix

La saison 5 a mis un certain temps à se lancer, malgré une intrigue qui s'avère, sur le papier, l'une des plus intéressantes, marquée par le krach boursier de 1929 et la montée du fascisme. En Angleterre, il se matérialise par l'homme politique Oswald Mosley (joué par Sam Claflin), admirateur de Hitler et chef de l'Union britannique des fascistes. Mais Thomas souffre toujours de troubles post-traumatiques et d'hallucinations. Pas un épisode ne passe sans que sa femme décédée lui réapparaisse en visions.

Les épisodes 4 et 5 pourraient être cités ensemble, tant leur continuité est importante. Dans l'épisode précédent, une soirée de fête donnée chez les Shelby a été perturbée par l'arrivée de Linda, l'épouse d'Arthur dont il est séparé. Venue le tuer avec un pistolet, elle a été arrêtée à temps par celle qui parvient toujours, quoi qu'il arrive, à défendre les intérêts de la famille… Tante Polly.

La mère spirituelle des Shelby a tiré sur Linda, la blessant au bras. Pendant que les Shelby tentent de la sauver, Oswald Mosley prononce un discours effrayant sur l'importance d'être rassemblés entre Anglais. Le politicien annonce qu'un «changement arrive» avec le lancement d'une nouvelle ère politique, soutenue par Thomas Shelby. La bataille avec les fascistes s'amorce. Et puisque le répit n'est jamais accordé aux Shelby, Ben Younger, collaborateur de Thomas travaillant au renseignement britannique et amant d'Ada, est assassiné, une bombe ayant été placée sous sa voiture.

Un enfant qui jouait dans la rue de Small Heath en est victime collatérale, rappelant que toutes les personnes qui se trouvent près des Peaky Blinders sont des cibles potentielles pour leurs ennemis. Comme toujours en fin de saison, le suspense s'intensifie. Thomas confirme à Arthur qu'ils tueront Oswald Mosley très prochainement.

Saison 5, épisode 6 («Monsieur Jones»)

Où l'assassinat raté d'Oswald Mosley marque la défaite du clan Shelby.

Capture d'écran via Netflix

Pendant des semaines, les Peaky Blinders planifient l'assassinat du leader fasciste. Après une saison décevante, cet épisode semble avoir été spécialement pensé pour créer un engouement dans l'attente de la saison 6. Il débute par une entrevue entre Winston Churchill et Thomas Shelby.

Le premier s'inquiète de l'alliance du second avec un fasciste et lui demande de confirmer qu'il s'agit d'une stratégie. Après une discussion sur le jardinage (oui, oui), l'ancien Premier ministre donne son aval à Thomas pour «faire ce qu'il a à faire». Notre antihéros, toujours fragilisé psychologiquement, confie ses doutes au seul homme politique qu'il semble respecter depuis le début.

Le climax s'amorce en fin d'épisode. L'ascension de Mosley doit avoir lieu au Bingley Hall, à Birmingham. L'homme politique apparaît sur scène avec le Union Jack en arrière-plan, livrant un discours haineux appuyé par une gestuelle empruntée à Hitler. En coulisse, les Peaky Blinders s'apprêtent à l'assassiner grâce à un sniper (un ancien camarade de guerre de Tommy) bien placé pour lui tirer une balle dans la tête en plein discours.

Le plan est court-circuité et une grande partie du gang est tuée sous les yeux impuissants des deux frères Thomas et Arthur. Thomas Shelby a-t-il trouvé le rival qu'il ne parviendra pas à faire tomber? Il semblerait bien que oui. Toujours hanté par les visions de Grace, en fin d'épisode, Tommy Shelby nous quitte en pleine folie, prêt à se suicider d'une balle dans la tête.

Autre élément important de cette avant-dernière saison: un danger se situe au sein même des Peaky Blinders. Michael (au même titre que son épouse Gina, jouée par Anya Taylor-Joy) semble prêt à tout pour prendre la place de leader, reléguant Thomas au second plan sous le regard inquiet d'Arthur. À l'aube de la Seconde Guerre mondiale, pour Thomas Shelby, la menace s'annonce double dans la saison 6.

Newsletters

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

«Mourir à Ibiza», inattendu conte d'étés

Ce premier film de trois jeunes réalisateurs emprunte des chemins qui paraissaient prévisibles, et mène dans des directions aussi inattendues que réjouissantes.

Kanye West: Twitter, Hitler et le trouble bipolaire

Kanye West: Twitter, Hitler et le trouble bipolaire

Mois après mois, les propos polémiques du rappeur l'enfoncent dans la tourmente. Sa pathologie mentale peut-elle en être la cause?

Sept beaux DVD et Blu-ray à offrir, pour faire (re)découvrir des films superbement restaurés

Sept beaux DVD et Blu-ray à offrir, pour faire (re)découvrir des films superbement restaurés

Surfant souvent sur la vague de la restaurations d'œuvres du patrimoine, le DVD offre des rencontres et des retrouvailles réjouissantes et stimulantes, du Moyen Âge réinventé d'un poète visionnaire aux éclats innombrables de la Nouvelle Vague.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio