Sciences

Pourquoi votre couleur préférée est probablement le bleu

Temps de lecture : 2 min

Ce choix dépend majoritairement d'influences hors de notre contrôle.

Le bleu est géneralement associé à un ciel clair ou à l'océan. | Alex Shutin via Unsplash
Le bleu est géneralement associé à un ciel clair ou à l'océan. | Alex Shutin via Unsplash

La marque Crayola réalisait en 1993 un sondage pour demander aux enfants américains leur couleur de crayon favorite. Le bleu standard se plaçait largement en première position. Sept ans plus tard, le sondage était reconduit et la couleur gardait sa première place, avec six autres nuances de bleu dans le top 10. Cette prédominance de la couleur du ciel dans les goûts peut s'expliquer et la BBC s'y est intéressée de plus près.

Lauren Labrecque est professeure à l'Université du Rhode Island et étudie les effets des couleurs en marketing. Lorsqu'elle demande à ses étudiants leur couleur favorite, elle ajoute juste après: «J'ai une diapositive déjà prête qui indique que 80% d'entre vous répondez “bleu”.» Elle explicite: «Quand on devient adulte, on aime tous le bleu. Ça semble interculturel.» (À noter que le Japon est l'un des rares pays au monde où le blanc arrive en top 3.)

Notre sélection de couleurs préférées a tendance à se former dès l'enfance. Plus les enfants grandissent, plus ils commencent à développer des affinités particulières avec certaines couleurs, basées sur leur exposition à ces dernières et ce à quoi ils les associent.

La plupart des enfants lient les couleurs vives comme le orange, le jaune, le violet ou le rose à des émotions plutôt positives. Une étude portant sur plus de 330 enfants entre 4 et 11 ans montrent par ailleurs qu'ils utilisent leur couleur préférée pour dessiner un personnage «gentil». La pression sociale liée aux différences de couleurs associées au genre (rose pour les filles et bleu pour les garçons) a aussi un effet important sur ce choix.

Quand les enfants sont grands

Les couleurs favorites semblent converger à l'âge adulte. Alors que la plupart des gens choisissent le bleu, ils semblent aussi désavouer le même genre de couleur: une sorte de marron foncé avec des teintes de jaune est généralement identifiée comme la moins populaire.

Comment se forment ces préférences? Karen Schloss, professeure de psychologie à l'Université du Wisconsin à Madison, a développé avec son équipe une théorie selon laquelle nous attachons des significations subjectives aux couleurs des objets que nous rencontrons et ce, en fonction de raisons très personnelles. Surtout, ces associations évoluent avec le temps. Cela explique également la prédominance du bleu comme couleur préférée, puisque celle-ci est régulièrement liée à des représentations considérées par beaucoup comme positives, telles qu'un ciel clair ou encore l'océan.

Parmi les expériences de Schloss et son équipe, l'une d'elles consistait à observer le changement de préférences en fonction de la météo et des saisons. Les opinions des participants semblaient alors directement influencées par la nature. La chercheuse précise: «Alors que les couleurs de l'environnement changeaient, les préférences aussi.»

Les humains seraient attirés naturellement par l'harmonie visuelle, le plaisir et les sensations évoquées par le bleu, selon une autre chercheuse de l'Université du Sussex. Les individus attirés par des teintes impopulaires pourraient alors être des «chercheurs de sensations». Elle suggère: «Pensez aux artistes dont le travail principal est de rechercher des éléments qui remettent en question leur système visuel ou leurs préférences esthétiques.»

Newsletters

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

Les cheveux roux ne vont pas disparaître avec le réchauffement climatique

À moins que toutes les personnes porteuses du gène ne périssent sans avoir eu d'enfant... ce qui est quasiment improbable.

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le chien descend-il vraiment du loup?

Le meilleur ami de l'homme fait partie de nos vies depuis l'époque des chasseurs-cueilleurs et serait issu de la domestication du loup préhistorique. Oui, mais de quel loup parle-t-on?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Covid-19: faut-il vraiment s'affoler de l'émergence du variant Kraken?

Peut-être devrions-nous cesser de systématiquement nous alarmer outre mesure dès l'apparition d'un nouveau variant du virus.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio