Société / Économie

Gagner moins pour vivre mieux: la tendance est-elle profonde chez les haut diplômés?

Temps de lecture : 6 min

Rien n'est plus romanesque que d'échapper à un destin prometteur, ou plutôt de superbement le refuser, pour sauver la planète et se sauver soi-même.

Parmi les bifurcations typiques choisies par les étudiants sortis de grandes écoles: le travail de la terre. | Gabriel Jimenez via Unsplash
Parmi les bifurcations typiques choisies par les étudiants sortis de grandes écoles: le travail de la terre. | Gabriel Jimenez via Unsplash

La dissidence des jeunes élites fascine. Bifurquer. Faire de l'avenir promis (par les grandes écoles) table rase et s'inventer une vie au service des équilibres écologiques.

Lorsqu'en avril, lors de la remise de leur diplôme d'ingénieur, des étudiants de l'AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter les voies toutes tracées par leur formation «qui pousse globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours», les réseaux sociaux se sont enflammés. La vidéo, mise en ligne le 10 mai sur YouTube par les intéressés a tourné en boucle et suscité articles et polémiques dans tous les médias de l'Hexagone.

Rien n'est plus romanesque que d'échapper à un destin prometteur, ou plutôt de superbement le refuser. Surtout pour sauver la planète et se sauver soi-même. Pourtant, s'agit-il d'un mouvement culturel de fond, destiné à transformer en profondeur les pratiques et donc l'économie? La question est ouverte.

La preuve par les médias

Pas un jour depuis quelques années sans qu'un média ne retrace la bifurcation improbable d'une recrue d'une grande ou moyenne école ayant choisi une activité davantage chargée de sens, quoique plus précaire et plus mal rémunérée, que ce que lui offrait comme débouché logique son diplôme.

Trois scénarios types illustrent ces bifurcations de destin: le choix d'un métier de la main (l'artisanat); l'attrait du care professionnel par la formation et le conseil en faveur d'un mieux-vivre ou mieux-travailler (du coach à l'éco-consultant); le retour au travail de la terre ou l'immersion expérimentale dans des espaces naturels (de l'agriculteur bio au zadiste). De frais émoulus pâtissiers, fromagers, brasseurs, ébénistes ou serruriers pullulent dans les reportages et les articles, sans que l'on connaisse vraiment l'ampleur statistique du phénomène, par essence dispersé et labile: combien réussissent leur reconversion, combien changent encore ou reviennent en arrière?

«J'ai refusé des jobs en or, comme une opportunité chez Google», dit une diplômée de l'ESCP Business School qui a créé une masterclass en ligne, «Devenir un talent utile», dédiée aux étudiants et aux cadres qui veulent se trouver ou s'inventer un métier utile. Cette initiative s'affilie à une dynamique plus large, celle des professionnels cherchant à renouveler les méthodes de recrutement, de management et d'accompagnement de la matière grise des entreprises.

Des diplômés urbains, enfin, se reconvertissent dans la production et la distribution de produits agricoles biologiques, secteur modelé par l'expérimentation scientifique et par l'innovation sociale (communautés, travail en réseaux). Autre cas, plus rare mais emblématique de la révolte des nouvelles générations face au péril écologique: le retour à une économie d'autosuffisance en milieu sauvage.

Ainsi, un ancien d'une école de commerce (un fils d'avocat, ayant grandi dans le XVIe arrondissement de Paris) se prend de passion pour la nature, lance une pétition «pour que les maraîchers aient le droit d'utiliser des semences reproductibles et de produire les leurs», arrive à faire adopter un amendement sur le sujet par le Sénat, et, fort de ce succès, entame avec sa famille une expérience en presque autosuffisance dans une cabane au cœur de la forêt, narre Les Échos Start en juillet 2020.

Loin de l'image de la carrière ou de la fascination pour l'accumulation de richesses, une culture de la sobriété et du désintéressement s'est ancrée dans l'imaginaire des nouveaux diplômés.

Bifurquer apparaît comme une logique presque naturelle des surdiplômés, si l'on en croit l'air du temps. L'aspiration au changement dans le travail et les tentatives de reconversions professionnelles radicales de certains d'entre eux sont des thèmes qui agitent le monde des écoles et des recruteurs. Les grandes entités multiplient les initiatives pour engager les meilleurs talents, elles y engagent des politiques de communication et des opérations pour améliorer les conditions de vie des cadres. Mais sont-elles vraiment confrontées à une pénurie de candidats?

Parallèlement la critique contre l'économie globalisée numérisée fait mouche. La caricature des entreprises, notamment dans les secteurs de la tech et de la finance, inspire une nuée d'humoristes. «Si tu n'aimes pas ton job, fais-toi confiance, fuis-le», énonce en boutade Karim Duval, ex-centralien promu gloire du web grâce à ses imitations décapantes des start-upers.

La preuve par les rêves

S'il est difficile d'évaluer concrètement l'ampleur de ces bifurcations, celles-ci nourrissent en revanche les projections et les aspirations des nouveaux diplômés. Bien loin de l'image de la carrière (de l'énarque ou du politique) ou de la fascination pour l'accumulation de richesses (du trader ou du créateur d'entreprise), une sorte de culture du désintéressement et de la sobriété s'est ancrée dans leur imaginaire.

Dans l'enquête Arte-France Culture que j'ai coordonnée en 2021 auprès d'une population notamment marquée par un haut niveau de diplôme, 79% des 25-39 ans étaient prêts à gagner moins pour avoir un travail plus conforme à leurs valeurs. Une vision que confirme une autre étude: «Quitte à faire des concessions pour un emploi porteur de sens, 60% des talents sont prêts à prendre un poste plus précaire et 60% des jeunes actifs sont prêts à baisser leur salaire de 12% en moyenne», énonce le site Les Échos Start, véritable sismographe des turbulences professionnelles des nouvelles générations, s'appuyant sur le baromètre Talents.

Autre surprise de l'enquête Arte-France Culture: les projections sur les métiers du futur témoignent d'une priorité accordée aux activités liées à la survie physique, laissant loin derrière les métiers intellectuels. Comme si, face aux crises tragiques dans lesquelles l'humanité est plongée depuis quelques années, le regard avait radicalement changé.

Ainsi, pour 38% de l'ensemble des 25-34 ans, le métier dont on aura le plus besoin dans l'avenir, c'est l'agriculteur; viennent ensuite le soignant (23%), puis le professeur (16%) et enfin l'ingénieur (15%), les financiers et les militaires recevant un score minuscule.

Bien sûr, cette hiérarchie subit quelques modifications si l'on examine cette question sous l'angle des niveaux de diplômes des répondants, mais à peine: l'agriculteur demeure en tête quel que soit le niveau de diplôme, sauf pour les répondants sans aucun diplôme pour lesquels les métiers de la terre ne paraissent pas si utiles (le soignant l'est davantage). À cette exception notable, la hiérarchie des métiers utiles demeure à peu la même pour tous les jeunes, avec une pondération légèrement plus élevée pour les professeurs et les ingénieurs chez les bac +5.

Ouvrir des friches, déplacer
les frontières

Ces aspirations à un tournant radical sont-elles incongrues? De fait, c'est presque tout le contraire. Chez la plupart des bourgeois sommeille un bourgeois bohème et les gagnants du système scolaire se placent spontanément du côté de l'innovation et des valeurs de rupture culturelle.

Dès les années 1970-1980, à l'époque du boom universitaire, le sociologue Daniel Bell avait noté les désirs et le système de pensée de ces nouveaux diplômés, cette fraction sociale que des travaux ultérieurs nommeront les «créatifs culturels» ou l'«aspirational class»: hédonisme, principes de liberté et d'émancipation des contraintes personnelles et professionnelles. Pour ces élites, souvent, la réussite s'habille de bien plus d'exigences que de la simple récompense en termes de finances ou de statut, comme si la culture et les diplômes autorisaient à ouvrir des friches et à déplacer les frontières.

Daniel Bell avait aussi imaginé que ces aspirations existentielles, en contradiction avec l'ardeur au travail que nécessite l'essor économique, allaient sonner le glas du capitalisme: ce fut sa plus fatale erreur –ce dont tout le monde, lui compris, finit par convenir.

Une transgression presque sage

Pourtant, si le choix de la dissidence professionnelle existait déjà dans les années 1970, les lieux d'investissement des diplômés en rupture de ban étaient différents: faire la révolution, devenir artistes, ou, comme les hippies, aller vivre en communautés à la campagne où toutes les libertés étaient expérimentées (sexuelles, musicales, usage de drogues). Aujourd'hui les chemins de la transgression paraissent infiniment plus sages et collent à l'époque, où la défiance à l'égard de la sphère politique traverse toutes les couches de la société, y compris les cadres et les experts. Le béret étoilé de Che Guevara s'est fait plus discret dans l'iconographie des adolescents et des jeunes adultes, et Le Petit Livre rouge de Mao se vend désormais comme un objet vintage.

La voie politique du changement radical paraît étroite, même si, comme nous l'avons indiqué ailleurs, le vote pour les Insoumis attire une fraction importante des hauts diplômés. Soutenir Mélenchon, toutefois, n'est pas accompagné d'une effervescence partisane en sa faveur sur les campus et les espaces de coworking. C'est, semble-t-il, sur le terrain du quotidien et des choix professionnels, eux-mêmes particulièrement déterminants pour l'avenir de la planète, que la jeunesse éduquée entend ancrer sa rébellion.

Entre la lumière médiatique tendue aux dissidents des grandes écoles et les aspirations de la jeunesse (médias et rêves peuvent se renforcer mutuellement), y a-t-il véritablement une force de changement à l'œuvre dans l'univers du travail et de l'économie? L'urgence d'agir face au dérèglement climatique apportera peut-être la réponse.

Newsletters

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Tué de dix-sept coups de couteau en 1983 par un certain Pascal Dolzan, le musicien québécois est l'une des trois victimes d'une virée macabre en ayant fait deux autres.

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Ça peut être lui. Mais ça peut être vous.

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Surveillance de masse, novlangue managériale, rééducation au bonheur... Si certaines techniques de management ont de faux airs de dystopie, les romans «1984» et «Le Meilleur des mondes» ne sont pas toujours invoqués à bon escient.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio