Parents & enfants / Monde

Face à la pénurie de lait infantile aux États-Unis, des mères partagent leur lait maternel

Temps de lecture : 2 min

De nombreuses mères allaitantes n'hésitent pas à faire des donations à des banques de lait ou même à offrir leur surplus aux parents dans le besoin.

«Habituellement, je reçois deux candidatures par jour. Aujourd'hui, j'en ai reçu vingt.» | Jaime Reina / AFP
«Habituellement, je reçois deux candidatures par jour. Aujourd'hui, j'en ai reçu vingt.» | Jaime Reina / AFP

Depuis maintenant plusieurs semaines, les États-Unis font face à une pénurie sans précédent de lait infantile. En cause, le manque de main-d'œuvre et les difficultés d'approvisionnement dus à la pandémie de Covid-19 ainsi que la fermeture d'une usine Abott, l'un des géants de l'industrie. Cette crise a d'ores et déjà eu des conséquences dramatiques, notamment l'hospitalisation de plusieurs nourrissons pour cause de carences nutritionnelles.

Même si Joe Biden a mis en place des mesures exceptionnelles pour palier le manque de lait, dont l'envoi de stocks depuis l'étranger, la situation persiste. Aussi, certaines jeunes mères new-yorkaises ont pris la décision d'aider du mieux qu'elles pouvaient en donnant leur surplus de lait maternel à ceux dans le besoin, rapporte le New York Times. C'est le cas de Judy Cheung, une mère décrite comme une «super productrice de lait maternel».

La jeune femme a été contactée par Diana Feng, également jeune maman, qui rencontrait des difficultés à allaiter. Puisqu'elle avait de nombreuses bouteilles en stock, Judy Cheung n'a pas hésité à en donner quelques-unes. «J'étais sidérée, raconte Diana Feng. Parce que ce n'est pas tous les jours que quelqu'un offre du lait maternel, certainement pas gratuitement.»

Des banques de lait au prix élevé

Beaucoup de jeunes parents se tournent vers cette ultime solution. Toutefois, l'Académie américaine de pédiatrie ainsi que la Food and Drug Administration (FDA) «découragent le partage occasionnel du lait maternel en raison du risque que le lait soit contaminé par des bactéries, des virus, des médicaments ou d'autres substances», indique le New York Times.

Cette générosité des mères allaitantes s'étend également aux banques de lait américaines, plus encadrées. Par exemple, la New York Milk Bank «a connu un regain d'intérêt, en particulier de la part de donneuses potentielles», constate le New York Times. «Habituellement, je reçois deux candidatures par jour», explique la directrice générale de la banque, Linda Harelick. «Aujourd'hui, j'en ai reçu vingt.»

Néanmoins, pour bon nombre de mères, le prix du lait infantile dans ces banques reste trop élevé. Sans assurance, il faut compter 4,5 dollars (soit environ 4 euros) pour 30 mL de lait. Sachant qu'un nourrisson peut boire jusqu'à 700 mL de lait par jour, la facture devient rapidement salée. C'est pour cela que, malgré les préconisations de la FDA, de nombreux parents n'ont d'autre choix que de faire directement appel aux mères allaitantes, en attendant que le gouvernement trouve une solution durable à cette crise.

Newsletters

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

L'intervention des parents a toutes les chances d'être contre-productive. Voici pourquoi.

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Les cas de femmes se voyant refuser cette possibilité font souvent la une des médias. Élues et associations tentent aujourd'hui de garantir ce droit.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio