Santé / Société

De Marilyn Monroe à Robin Williams: ces suicides qui en ont entraîné d'autres

Temps de lecture : 6 min

Dans «L'effet Werther–Stars, médias et contagion suicidaire», le psychiatre Clément Guillet s'est penché sur les célébrités aux idées suicidaires. Celles qui, en passant à l'acte, déclenchent des vagues de décès et celles qui, en brisant le tabou, sauvent des vies.

Selon David Philips, le suicide de Marilyn Monroe aurait été suivi d'une augmentation de 12% du taux de suicide aux États-Unis le mois suivant sa mort (+303 suicides). | Michèle Eckert via Unsplash
Selon David Philips, le suicide de Marilyn Monroe aurait été suivi d'une augmentation de 12% du taux de suicide aux États-Unis le mois suivant sa mort (+303 suicides). | Michèle Eckert via Unsplash

De Marilyn Monroe à Robin Williams en passant par Dalida, la mort de plusieurs célébrités a déjà provoqué des contagions suicidaires: c'est l'effet Werther. Par effet d'imitation, les stars peuvent influencer le public et, parfois, le mener à se donner la mort. À l'inverse, les célébrités qui surmontent leur crise suicidaire peuvent avoir un effet protecteur en libérant la parole sur le sujet encore tabou du suicide.

Après un essai sur les fans, Clément Guillet, médecin psychiatre, publie L'effet Werther–Stars, médias et contagion suicidaire, premier livre sur le sujet, aux Éditions universitaires de Dijon. Nous en publions des extraits.

«J'ai parfois eu des pensées suicidaires et j'en suis peu fier. On croit parfois que c'est la seule manière de les faire taire, ces pensées qui nous font vivre un enfer.»

Et Stromae créa le buzz. Le 9 janvier 2022, le chanteur est invité au JT de TF1 pour la promotion de son nouvel album après huit ans d'absence. À une question sur son mal-être, il répond avec sa chanson «L'Enfer». Soudain, le suicide, ce drame qui reste un tabou, s'invite en direct chez 8 millions de téléspectateurs. Une séquence qui deviendra virale. «C'est le meilleur clip de prévention du suicide», clament les acteurs de la prévention du suicide. «Cela va sauver des vies!», et le patron de l'OMS de féliciter le chanteur belge d'avoir osé aborder un sujet aussi délicat qu'important.

Les stars auraient-elles une telle influence qu'elles pourraient sauver des vies en chantant? Conséquence directe de cet instant télévisuel, un pic d'appels au 3114, la ligne nationale d'écoute et de prévention du suicide. Plusieurs personnes évoquent l'intervention de Stromae comme élément déclencheur de leur demande d'aide. Ceux-là, heureusement, ne passeront pas à l'acte. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde.

[…]

Marilyn Monroe

En 1962, Marilyn Monroe est tout en haut de l'affiche. Norma Jeane Baker, de son vrai nom, a alors 36 ans. Dix ans auparavant, sa notoriété a explosé avec des films comme Les hommes préfèrent les blondes. La carrière de l'actrice américaine, sex-symbol et star d'Hollywood, est alors à son acmé. Mais derrière le strass et les paillettes, l'actrice souffre d'une grave dépression pour laquelle elle a déjà été hospitalisée en février de la même année. Elle a déjà fait plusieurs tentatives de suicide. «Oui, il y avait quelque chose de spécial chez moi. J'étais le genre de fille qu'on retrouve morte dans une chambre minable, un flacon de somnifères vide à la main», écrit-elle dans Confession inachevée, des mémoires qui ne seront publiées qu'après sa mort. Le 5 août 1962 dans la nuit, elle est retrouvée par son psychiatre, décédée. Si sa mort reste entourée de mystère, elle sera présentée par la presse comme un suicide. L'un de ceux ayant entraîné la plus forte imitation.

Selon le sociologue David Philips, le suicide de Marilyn Monroe aurait été suivi d'une augmentation de 12% du taux de suicide aux États-Unis le mois suivant sa mort (+303 suicides) et de 10% en Angleterre et au Pays de Galles (+60 suicides) par rapport au chiffre attendu dans les deux mois qui ont suivi son décès. Certains auteurs ont même avancé une augmentation de 40% des suicides à Los Angeles –la ville du décès– le mois suivant la mort de l'actrice.

Même chose en 2014, lorsque Robin William se suicide. Dans les cinq mois qui suivirent le décès de l'acteur du Cercle des poètes disparus, c'est cette fois un chiffre record de 1.841 suicides en plus par rapport aux années précédentes qui ont été dénombrés, soit une hausse de près de 10%: l'un des plus forts effets Werther recensés à ce jour. Avec une identification nette: ce sont en majorité des hommes qui sont passés à l'acte. On note même une imitation de la méthode de suicide –la pendaison– utilisée par Robin Williams, qui est souvent citée dans les articles: elle a fait un bond de 32,3%… Incarnant à l'écran des personnages souvent drôles ou profondément humains, l'acteur a entraîné à sa mort le plus fort effet Werther jamais recensé.

L'effet Werther en France

«It's better to burn out than to fade away» («Mieux vaut brûler rapidement que de s'éteindre à petit feu»). Lorsque Kurt Cobain est retrouvé mort, sa lettre d'adieu cite ces vers de Neil Young, résumant son destin de comète du rock. Après ce décès retentissant, de nombreux adolescents l'imitent. Au Liban, en Italie ou encore aux aux États-Unis, des jeunes se tuent en faisant référence au feu follet grunge.

La France aussi est atteinte d'un phénomène de mimétisme. Trois ans plus tard, en 1997, à Somain dans le Nord, Valentine et Aurélie, 13 et 14 ans, se suicident ensemble en faisant clairement référence à Kurt Cobain et de la même manière que lui. Elles sont retrouvées, enfermées dans leur chambre, une balle dans la tête, le fusil du père de l'une d'elles à leur côté. Depuis plusieurs semaines, les deux adolescentes avaient prévenu leurs amies de leur intention de «rejoindre Kurt Kobain». C'était devenu une obsession. «Une fascination amoureuse pour Kurt Cobain», dira le procureur de la République de Douai, Jean-Marie Descamps, qui les «aura poussées, par un phénomène de mimétisme, à agir comme il l'avait fait». Avant d'ajouter: «Cela devrait nous amener à réfléchir.»

Après le suicide de Kurt Cobain, on recense 93 suicides en plus (+9,14%). Avec une augmentation des suicides chez les personnes de même âge ou de même sexe.

Initialement, l'effet Werther a été mis en évidence pour des stars américaines. Mais qu'en est-il dans l'Hexagone? De Dalida à Kurt Cobain, selon l'une des rares études françaises sur le sujet, plusieurs suicides de célébrités ont bien entraîné un effet Werther en France. Par exemple, après le suicide de Pierre Bérégovoy, 187 suicides excédentaires ont été retrouvés le mois suivant par rapport au nombre attendu, soit une augmentation de 17,69% du taux de suicide.

Après le suicide de Kurt Cobain, on recense 93 suicides en plus (+9,14%). Avec une forte identification, c'est-à-dire une augmentation des suicides chez les personnes de même âge ou de même sexe. Pour le rockeur de 27 ans, on note une augmentation de 23,8% des suicides pour les 15-29 ans et de 21,2% pour les 30-44 ans.

Pour Sœur Sourire et Dalida aussi, on retrouve un effet d'âge. Pour la première, l'augmentation touche surtout les femmes (+13,68%). Alors que pour Dalida, morte à 54 ans, c'est dans la classe d'âge des 45-59 ans que se situe l'excédent du nombre de suicides (+23,5%).

[…]

Identification verticale et horizontale: star et working class heroe

Dalida, Kurt Cobain, Bérégovoy et Sœur Sourire, les stars ayant entraîné un effet Werther en France sont des chanteurs et un homme politique. Deux types de célébrités particulièrement à même de susciter des identifications à la fois verticales –de type admiration– et horizontales –de type projection. Un phénomène appelé l'identification différentielle: on s'identifie plus facilement aux personnes à la fois socialement valorisées et dont nous sentons proches.

Pour les chanteuses ou les acteurs, cela paraît évident: les stars de l'entertainment ont un fort pouvoir identificatoire. Particulièrement médiatisés, symboles de réussite, glorifiés pour leur talent artistique, ils entraînent une identification de type admiration: c'est l'identification verticale. Mais à travers les journaux people, les réseaux sociaux, mais aussi les médias généralistes, leur vie privée est exposée au public qui peut alors s'y reconnaître: ce qui entraîne une identification horizontale. D'autant plus si la star est d'origine populaire, un working class heroe comme Kurt Cobain, par exemple. Le public se projette dans les personnages incarnés par les acteurs et à travers les chansons des musiciens.

Le phénomène d'identification différentielle –à la fois horizontale et verticale– marche alors à plein régime. Les stars sont ainsi particulièrement susceptibles d'être un vecteur d'imitation, de susciter un désir mimétique. D'où l'utilisation pour la publicité: en achetant un produit incarné par une célébrité, c'est un peu du rêve et des paillettes de la star que l'on tire à soi. Mais ce qui est efficace pour vendre un café ou un parfum l'est aussi pour propager l'effet Werther.

[…]

«Moi qui ai tout choisi dans ma vie/Je veux choisir ma mort aussi.» Celle qui interprétait «Mourir sur scène», Dalida, la chanteuse aux 85 millions d'albums vendus et aux millions de fans se suicide à 54 ans. C'est logiquement la catégorie des 45-59 ans qui subit alors de plein fouet l'effet Werther. Comme si ceux qui grandirent avec sa musique ont pu s'identifier plus fortement à elle avant de passer à l'acte. Les commentaires des médias de l'époque, emplis de pathos, imprègnent sa mort d'une touche sacrificielle («elle se donnait corps et âme au spectacle»), n'évoquant presque jamais les troubles psychologiques de la chanteuse. Pourtant, la star évoquait déjà sa dépression et ses tentatives de suicide de façon explicite dans «Téléphonez-moi»:

«C'était la plus belle fille du monde/Elle était riche, elle était blonde/Pourtant au dernier coup de minuit/Adieu la vie/Téléphonez-moi, téléphonez-moi/C'est pas des histoires/Avant qu'il soit trop tard/Téléphonez-moi les pilules d'espoir.»

[…]

La quête de modèle est intrinsèquement humaine, mais peut entraîner des collages identitaires parfois dramatiques. Outre les différentes identifications d'âge ou de genre, l'effet Werther dépend aussi de la population touchée, de la star concernée et surtout du traitement médiatique.

Si vous avez des idées suicidaires, appelez le 31 14.

Newsletters

Marcher à reculons est (très) bénéfique pour la santé

Marcher à reculons est (très) bénéfique pour la santé

Il faudra juste passer outre les regards interrogateurs.

Faire du sport avec un rhume est-il déconseillé?

Faire du sport avec un rhume est-il déconseillé?

Tout dépend de votre état: il y a rhume et rhume.

C'est comme vous le santé

C'est comme vous le santé

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio