Monde

Armer les profs est-il efficace contre les fusillades?

Temps de lecture : 2 min

Le débat revient aux États-Unis et l'idée ne fait pas l'unanimité.

Une fille dépose des fleurs au pied d'un mémorial dédié aux victimes de la tuerie d'Uvalde, au Texas, le 29 mai 2022. | Chandan Khanna / AFP
Une fille dépose des fleurs au pied d'un mémorial dédié aux victimes de la tuerie d'Uvalde, au Texas, le 29 mai 2022. | Chandan Khanna / AFP

En 2020, les armes à feu sont devenues la première cause de mortalité chez les enfants et les adolescents aux États-Unis. Quelques jours seulement après la tuerie dans une école primaire d'Uvalde, au Texas, des législateurs pro-armes ont déjà remis sur la table l'idée que face à cette crise, la solution serait d'autoriser le personnel des écoles à porter une arme. Vox s'est intéressé aux paradoxes de ce projet.

Ken Paxton, le procureur général du Texas, a été l'un des premiers à proposer d'armer les professeurs à la suite de la tuerie d'Uvalde. Il s'est exprimé en ces termes sur Fox News: «Nous ne pouvons pas empêcher de mauvaises personnes de faire de mauvaises choses. Mais on peut potentiellement armer et préparer les professeurs et les administrateurs à répondre rapidement.» L'ancien président Donald Trump s'est lui aussi exprimé au congrès annuel de la National Rifle Association (NRA, l'une des principales associations pro-armes du pays), pour défendre l'importance d'avoir «des professeurs hautement qualifiés et entraînés à dissimuler discrètement et en toute sécurité des armes». De tels programmes d'entraînement existent déjà dans certains États.

Rien ne prouve cependant que cette stratégie puisse rendre les écoles plus sûres. Certains s'y opposent même fermement, arguant qu'augmenter le nombre d'armes à feu, même placées entre les mains de professeurs responsables, ne fera qu'accroître les violences.

La spécificité américaine

Un sondage réalisé par l'université de Californie indique que le personnel des écoles n'est d'ailleurs pas convaincu non plus par cette idée: sur plus de 2.900 professeurs à travers le pays, 95,3% affirment qu'ils ne devraient pas avoir le droit d'exercer leur métier en étant armés.

En 2018, après les tueries de Parkland en février et Santa Fe en mai, trente-quatre États et territoires états-uniens avaient modifié leurs législations locales dans le but d'armer le personnel scolaire. Et plus d'une centaine de propositions de lois en ce sens ont vu le jour durant les trois années suivantes –une majorité d'entre elles ne furent finalement pas adoptées.

Il existe de très nombreuses études qui démontrent qu'une plus grande présence d'armes n'apporte que plus de violence. De célèbres recherches, menées en 2016 par Adam Lankford, professeur à l'université d'Alabama, montrent qu'entre 1966 et 2012, 31% des tueurs de masse dans le monde étaient américains. En outre, on retrouve une corrélation entre le nombre de personnes possédant des armes dans un pays et les risques de connaître des tueries de masses. La population américaine ne représente que 5% de la population mondiale, mais environ 45% du nombre d'individus qui possèdent une arme à travers le monde.

Une autre étude montre que les États où l'on trouve le plus d'armes ont 6,8 fois plus de risques de voir se produire ce type de violence, par rapport à ceux où l'on en trouve le moins. Enfin, selon l'équipe de recherche Gun Violence Archive, plus de 650 mineurs américains ont déjà été tués par balle en 2022 et plus de 1.600 autres blessés. Tous ces chiffres effrayants portent à croire que l'approche traditionnelle des violences armées aux États-Unis, qui consiste à renforcer l'accès aux armes dans un but défensif, mériterait une profonde remise en question.

Newsletters

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Il enseignait la chimie organique.

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

[TRIBUNE] En fédérant les États occidentaux, le secteur privé de la tech et les partisans en ligne, le pays de Volodymyr Zelensky a su contrer la grandissante menace cyber russe.

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

La sortie de l'Union européenne aura fragilisé l'économie britannique face aux crises suivantes liées à la pandémie de Covid et à la flambée des coûts de l'énergie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio