Sciences

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

Temps de lecture : 2 min

Quant au sang et à l'urine des astronautes, ils pourraient permettre de fabriquer du ciment.

Photo du terrain de la planète Mars, prise le 25 avril 2003 par la caméra Mars Orbiter. | NASA / AFP
Photo du terrain de la planète Mars, prise le 25 avril 2003 par la caméra Mars Orbiter. | NASA / AFP

Un mélange d'eau salée et de poussière locale: telle devrait être la composition des briques qui pourront permettre de construire des bâtiments sur la Lune ou sur Mars. Les briques en question seront largement capables de supporter la pression des lieux, comme l'explique New Scientist.

Des recherches menées à l'université de Floride ont permis d'aboutir à cette conclusion: il sera possible et même souhaitable d'utiliser la régolithe, partie du sol recouvrant la roche-mère des planètes et des satellites naturels, afin de produire des briques. Pour ce faire, l'équipe de Ranajay Ghosh a travaillé avec des poussières synthétiques ressemblant de très près à celles pouvant être trouvées sur Mars ou sur la Lune.

Cuites à 1200 degrés Celsius, les briques les plus résistantes sont capables de supporter une pression de 25 millions de pascals, soit 250 fois plus que dans l'atmosphère terrestre. Reste un problème de taille: comment parvenir à cuire de telles briques sur place? Selon Ranajay Ghosh, interrogé par New Scientist, il faut plancher sur un modèle de four à énergie solaire. Mais cette idée reste à développer.

Le sang et l'urine pour compenser l'eau

Ce projet de construction sur sol non terrestre présente aussi d'autres problèmes: selon Alan Whittington, de l'université de San Antonio (Texas), l'eau se fera relativement rare sur place, et devra donc être utilisée en priorité pour les cultures et la consommation directe par les êtres vivants. Il n'est donc pas certain que la construction de briques à base d'eau salée soit tout à fait indiquée, ou en tout cas prioritaire. En outre, la puissance disponible pour faire tourner les machines (et notamment les fours) sera limitée, ce qui constitue une autre contrainte non négligeable. L'énergie solaire pourra-t-elle tout résoudre?

En 2021, New Scientist avait publié un autre article dans lequel il était question que les astronautes puissent avoir recours à leur sang et à leur urine, à mélanger avec des composants trouvés dans les sols des astres visités, afin de produire un béton capable lui aussi de résister à de hautes pressions. S'il n'est pas certain que cela permette de construire des bâtiments gigantesques, une telle recherche avance dans le même sens: pour pouvoir construire et vivre sur Mars ou ailleurs, il faudra avant tout composer avec des éléments disponibles sur place.

Newsletters

Avons-nous tous une petite voix intérieure?

Avons-nous tous une petite voix intérieure?

[L'Explication #96] Plutôt team brouhaha mental incessant ou voix muette comme une carpe?

Les Néandertaliens auraient évolué pour ne pas sentir leur propre puanteur

Les Néandertaliens auraient évolué pour ne pas sentir leur propre puanteur

Pratique quand la propreté n'est pas la priorité.

Pureté génétique et passé nazi, comment la chasse aux abeilles foncées déchire l'Autriche

Pureté génétique et passé nazi, comment la chasse aux abeilles foncées déchire l'Autriche

Le durcissement d'une loi pour préserver la pureté génétique des abeilles carnioliennes divise les apiculteurs du sud du pays.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio