Boire & manger

L'île de Malte, un lieu de vacances pour le plaisir et la culture

Temps de lecture : 5 min

L'hôtel Labranda Riviera, avec ses quatre étoiles, son spa et ses restaurants, n'y est pas étranger.

Vue panoramique de l'hôtel Labranda Riviera & Spa. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa
Vue panoramique de l'hôtel Labranda Riviera & Spa. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Comme la Corse, Malte, au sud de la Sicile, revendique son statut d'île repliée sur elle-même mais ouverte aux visiteurs étrangers. Le tourisme depuis les années 1970 est l'activité principale des Maltais très concernés par l'hospitalité et l'accueil des populations du globe en quête de beautés et de découvertes.

En 2018, deux millions de touristes: un record à battre. Malte et ses alentours n'ont jamais été autant à la mode.

En 2020, nette baisse: 180.000 touristes (virus oblige) ont exploré, arpenté, aimé cette terre ancestrale posée sur la mer, dont les origines remontent aux Phéniciens. C'est la préhistoire de notre civilisation toute imprégnée de conquêtes, de légendes et de beautés. Oui, Malte est unique et la préservation de l'île aux eaux vertes un exemple à suivre et à méditer depuis des décennies.

Il faut bien voir que cette île mythique, truffée de rochers et de bandes de terre ferme, nous renvoie aux prémices de notre civilisation européenne.

C'est au VIIe siècle qu'une expédition de Phéniciens, arpenteurs des mers et des océans, a découvert les lieux et d'autres vestiges d'une cité enfouie dans les fonds marins de la Méditerranée: ce fut l'une des découvertes majeures des Phéniciens, pionniers mémorables, des as du voyage et des conquêtes. Ils ont aussi repéré les vestiges de Marseille!

En fait, Malte est le résultat, l'œuvre magistrale des recherches archéologiques ancestrales et des conquêtes majeures sur cette terre de défis. Ce sont les Chevaliers de Malte qui ont construit la capitale Valette (environ 7.000 habitants): dès l'indépendance en 1970, l'hospitalité s'est développée et le tourisme aussi, œuvre des Maltais et des étrangers investisseurs dans l'hôtellerie étoilée.

La Valette, capitale de Malte. | Mandy88 via Wikimedia Commons

Malte est une sorte de paradis, l'état démocratique a bien vu que l'île paisible avec ses eaux vertes recélait de vraies qualités de vie, de bien-être et de paix.

Ça tombe bien, les Maltais sont ouverts aux autres, bons managers d'hôtels toutes catégories, du quatre étoiles de luxe comme le Labranda Riviera Hotel & Spa face à la mer et aux demeures de bonne vie pour des familles avec enfants.

Vue d'ensemble du Labranda Hotel Riviera & Spa. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Notez que les tarifs quotidiens restent raisonnables (à partir de 50 euros la nuit), c'est pourquoi la population vacancière est très mélangée: Allemands, Anglais, Polonais, Espagnols, Italiens et Français. La langue parlée est celle de Molière et les restaurateurs répertoriés par The Malta Tourism Authority proposent des plats de tradition française à côté de spécialités italiennes, libanaises, indiennes, chinoises: c'est l'ONU de la bonne chère.

Malte est une île pour gourmets: les Japonais en groupes, les Chinois aussi, et les Indiens pour des mariages sans fin.

La salle du restaurant Le Byblos. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Nombre de chefs sont français, italiens, libanais et à côté de la bouillabaisse locale (12,50 euros), il faut réserver au restaurant libanais Byblos de l'hôtel Labranda, face à la mer, dont le chef Chadi Cheaitany mitonne un excellent kebab sauce tahine au sésame (18 euros). On boit des vins de Malte, le blanc élégant en priorité.

Un assortiment de plats servis au restaurant Le Byblos. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Osteria Tropea, le bon italien de l'hôtel Labranda Riviera

Des quatre restaurants de ce bel hôtel, c'est la meilleure table du chef Clifton Vella, jamais absent.

On peut commencer par l'une des douze pizzas très classiques, la margherita (9 euros, ou l'un des sept plats de pâtes et un risotto: les spaghetti carbonara (11 euros), les ravioli basiques (12,50 euros), les paccheri al ragù (11,50 euros) et le risotto à la feta et parmesan (10,50 euros).

Un éventail de plats servis au restaurant L'Osteria Tropea. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

À conseiller: le lamb shop sauce spicy (24 euros), le mixed grill (27 euros) et le loup de mer aux légumes (29 euros), le meilleur plat de la carte. Un choix de vins rosés libanais, italiens et maltais (7 euros le verre).

Le tourisme, première ressource de l'île ancestrale

C'est en 1950 que l'île historique accueille ses premiers visiteurs séduits, conquis par l'odyssée des Chevaliers à l'éthique rigoureuse. Les Chevaliers de Malte sont un ordre réputé, exigeant, altruiste, porteur de convictions et de toutes nationalités.

Pour l'heure, l'hôtellerie maltaise reçoit des touristes de toutes provenances qui vont visiter l'île de Gozo à vingt-cinq minutes de Malte, font une halte devant la citadelle et la cathédrale avant de déguster une fricassée de lapin (le fenkata), la spécialité mémorable de l'île comme le poulet en Bresse, la choucroute à Strasbourg, la quenelle à Lyon.

À côté des tomates et des fraises (tartes à profusion) qui poussent dans les prés et les champs, le lapin est cuisiné dans les familles depuis trois mille cinq cents ans: encore une trouvaille des Phéniciens qui ont introduit l'animal en provenance de la péninsule ibérique, ils voulaient déguster des viandes fraîches de singuliers palais.

Pour les Maltais le lapin est mariné à l'orange, au thym, à l'ail, à l'oignon, aux olives, aux anchois. C'est la spécialité majeure des familles maltaises: quarante minutes de cuisson et accompagné du vin rouge séveux de l'île. On mange bien à Malte.

La protection des sites et des monuments

C'est la volonté de l'État et du gouvernement maltais de veiller à la sauvegarde des paysages, des lieux de vie et de civilisation.

Le développement singulier du tourisme, de l'hôtellerie et des lieux de mémoire est l'affaire du Malta Tourism Authority qui veille à la bonne gestion des sites. On le voit bien sur la côte maltaise au nord de La Valette, l'hôtellerie s'y développe avec constance mais sans excès.

Cela dit sur la superbe côte de Labranda Riviera, deux bâtiments sont en construction (cent chambres): chacun masque la mer et l'horizon, une véritable ignominie comme si la Croisette à Cannes était envahie par des murs de béton.

Malte a encore à faire pour sauvegarder ces lieux de vie et de charme: la côte bordée par les eaux reste la destination emblématique de l'île.

Le Labranda Riviera Hotel & Spa

Cet hôtel est situé dans l'une des zones les mieux préservées du nord de Malte et surplombe la pittoresque baie de Marfa. Une vue imprenable sur les îles de Gozo et Comino crée une atmosphère méditerranéenne idyllique et de détente.

Au Labranda Riviera Hotel & Spa, la piscine avec vue sur la mer. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Les clients du Labranda Riviera Hotel & Spa ont accès à une large gamme d'équipements dont deux piscines extérieures, une piscine intérieure d'eau de mer, une salle de sport Thalasso, un centre Spa Elysium où les clients peuvent choisir parmi une large gamme de soins de thérapie et de beauté. Oui, un hôtel de classe internationale doté de quatre restaurants supervisés par le chef exécutif Reuben Grixti.

Au Labranda Riviera Hotel & Spa, la piscine intérieure. | LABRANDA Riviera Hotel & Spa

Marfa Bay, Mellieha, Malte.
Tél.: +356 2152 5900.
À trente minutes de l'aéroport de Malte.
Site Internet de l'hôtel.

Chambres avec vue sur mer à partir de 60 euros selon la saison.

Déjeuner et dîner à l'Osteria Tropea (pas de fermeture), au Mirasol (buffet), au Byblos (fermé lundi et mardi), au Da Tonino (pas de fermeture), au Comino Sunset Bar (ouvert de 17h à 23h).
Cours de plongée. Plage privée.

Newsletters

Pourquoi passe-t-on du salé au sucré lors d'un repas?

Pourquoi passe-t-on du salé au sucré lors d'un repas?

Si en France, on finit généralement le repas par un dessert, ce n'est pas le cas partout dans le monde.

Épicer vos plats peut améliorer votre santé

Épicer vos plats peut améliorer votre santé

Manger des cacahuètes (grillées à sec et non salées) aussi.

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio