Sciences

Petite queue, corps gonflé: nos câbles sous-marins causent des malformations chez les homards

Temps de lecture : 2 min

Au point que certains ne savent pas bien nager.

L'expérience a été réalisée dans un laboratoire de la station marine de St Abbs, au Royaume-Uni. | Capture d'écran future Net Zero via YouTube
L'expérience a été réalisée dans un laboratoire de la station marine de St Abbs, au Royaume-Uni. | Capture d'écran future Net Zero via YouTube

Avec l'essor des énergies marines renouvelables, le nombre de câbles électriques sous-marins augmente rapidement, ce qui n'est pas sans conséquences pour les espèces marines, rapporte une nouvelle étude publiée dans le Journal of Marine Science and Engineering.

L'équipe de recherche s'est concentrée sur une espèce en particulier: les homards. Pour comprendre l'impact que peut avoir ce réseau, elle a choisi d'exposer 4.000 œufs de homard à un niveau de champ électromagnétique semblable à celui ressenti à proximité des câbles sous-marins. En parallèle, elle a observé l'évolution d'un autre groupe similaire de homards, qui n'a en revanche pas grandi en étant exposé à de telles ondes.

Cette expérience, réalisée dans un laboratoire de la station marine de St Abbs, au Royaume-Uni, a montré une chose: les homards qui ont grandi près des câbles étaient trois fois plus susceptibles de développer des malformations que les autres, comme une queue plus petite et pliée, un développement des yeux raté ou un corps gonflé. Pire encore, ces homards étaient trois fois plus à même d'échouer à un test de nage verticale permettant de remonter à la surface, un type de déplacement pourtant essentiel à l'alimentation de l'espèce.

Enterrer les câbles

Les homards n'ont pas été la seule espèce étudiée. Des larves de crabes ont elles aussi été soumises à l'expérience, avec un résultat légèrement plus rassurant. Si les larves exposées aux champs électromagnétiques ne présentaient ni déformation grave ni problème pour nager, elles étaient en revanche plus petites que la normale. Un changement qui pourrait peut-être compromettre leur survie sur le long terme, d'après l'étude.

Quoi qu'il en soit, les scientifiques appellent à mettre en place des solutions pour pallier ce problème. L'une d'entre elles consisterait à enterrer les câbles dans le fond marin, explique The Independent. Mais le procédé peine à s'imposer, tant il reste coûteux et complique l'entretien du réseau.

Newsletters

Voici à quoi ressembleraient les dinosaures aujourd'hui

Voici à quoi ressembleraient les dinosaures aujourd'hui

Le mélange d'un humain et d'un kangourou arboricole.

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Ça peut être lui. Mais ça peut être vous.

Les dauphins n'ont pas peur de manger très épicé

Les dauphins n'ont pas peur de manger très épicé

En tout cas moins que Jonathan Cohen dans «Hot Ones».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio