Santé / Tech & internet

Les recherches Google du terme «burn-out» sont au plus haut

Temps de lecture : 2 min

Si le lien entre l'augmentation des recherches et celle des cas d'épuisement professionnel reste à préciser, nul doute que ce syndrome attire fortement l'attention depuis 2020.

En hausse depuis 2017, les recherches pour le terme «burn-out» ont explosé en 2020. | Ferburgs via Pexels
En hausse depuis 2017, les recherches pour le terme «burn-out» ont explosé en 2020. | Ferburgs via Pexels

Exacerbés par la pandémie de Covid-19 et notamment par l'isolement lié au télétravail, les cas de burn-out ont grimpé en flèche ces dernières années. En France, un sondage OpinionWay réalisé sur les mois de septembre et octobre 2021 révélait une hausse alarmante de 25% des cas d'épuisement professionnel par rapport à mai 2021. Aux États-Unis, en 2022, l'American Psychological Association alertait sur la hausse ainsi que l'aggravation de certains cas.

Dans l'Hexagone et outre-Atlantique, les patients, les médecins ou encore les psychologues ne cessent de tirer la sonnette d'alarme et de prendre la parole dans les médias ou sur les réseaux sociaux au sujet de cette évolution inquiétante. Toutefois, Quartz met en lumière un nouvel élément plus silencieux constaté chez nos voisins américains, et qui s'inscrit dans cette tendance: la hausse des recherches Google pour le terme «burn-out».

L'outil Google Trends permet de connaître la fréquence de recherche d'un terme ou d'une expression par les internautes. Il avait, par exemple, mis en lumière les questionnements des Britanniques sur la vie après le Brexit. Aujourd'hui, il révèle une hausse constante des recherches depuis 2017 –et une explosion en 2020– du terme «burn-out» aux États-Unis, et plus précisément pour les burn-outs liés «au travail, à l'école ou à la vie», commente le média américain.

Un regain d'attention

«Les cas de burn-out augmentent-ils ou sommes-nous simplement plus susceptibles de chercher des réponses en utilisant ce terme?», se demande Quartz, avant de répondre à la question: «Les données de Google Trends ne sont pas une mesure du nombre total de recherches, mais plutôt de l'évolution de l'intérêt pour [un terme] au fil du temps.»

Toutefois, on sait que la pandémie a marqué un véritable point de rupture pour bon nombre de personnes, notamment chez celles qui exercent «en première ligne» –celles du domaine de la santé ou de l'éducation. Aussi, «l'épuisement professionnel, en tant que concept, a fait l'objet de plus d'attention ces dernières années, et est de plus en plus utilisé pour expliquer les problèmes du travail moderne», observe le média.

Selon Quartz, la plus grande visibilité des cas de burn-out aurait alors pu «pousser plus de personnes à rechercher des moyens de gérer l'épuisement professionnel, d'aider les autres qui sont en difficulté ou de l'éviter en premier lieu», d'où l'augmentation des recherches sur Google.

Newsletters

Comment reconnaître le vaginisme et cesser d'en souffrir

Comment reconnaître le vaginisme et cesser d'en souffrir

Pour les femmes qui souffrent de ce dysfonctionnement empêchant l'épanouissement de leur sexualité, briser le cercle vicieux et oser consulter est un premier pas nécessaire pour aller mieux.

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Le «bon» cholestérol n'est pas bénéfique pour toutes les ethnies

Ne vous fiez pas à son intitulé.

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

Faut-il vraiment boire huit verres d'eau par jour?

C'est plus complexe que cela.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio