Monde

Le point commun entre Benito Mussolini et Brigitte Bardot? Un cimetière pour animaux

Temps de lecture : 2 min

C'est à la Casa Rosa que se retrouve l'élite romaine endeuillée.

Luigi Molon, le directeur du cimetière pour animaux Casa Rosa, à Rome, pose parmi les tombes, le 3 mars 2017. | Alberto Pizzoli / AFP
Luigi Molon, le directeur du cimetière pour animaux Casa Rosa, à Rome, pose parmi les tombes, le 3 mars 2017. | Alberto Pizzoli / AFP

La Casa Rosa est bien loin de la grisaille habituelle des cimetières. À la place des larges blocs de granit ou de pierre, on trouve de petites structures en bois de toutes les couleurs, souvent en forme de niche, qui sont, pour cause, les sépultures des animaux de compagnie du gotha romain.

La tradition a commencé en 1922, au moment où Benito Mussolini accède au pouvoir, et cherche à enterrer la poule colorée de son fils. Il sollicite alors Antonio Molon, le vétérinaire ayant la charge de ses dogues allemands, qui dispose d'un terrain non loin de la maison familiale: cela conviendra pour aménager un petit espace pour la défunte poule, où le fils du Duce pourra venir se recueillir.

La nouvelle se répand, et à l'exemple du père du fascisme, l'élite italienne se presse pour venir y faire enterrer les dépouilles de ses animaux de compagnie: chats et chiens d'anciens rois, hamsters, lapins, pigeons, canards, chevaux et tortues VIP, et même une lionne, Greta. Dans les années 1950, alors qu'elle est à Rome sur le tournage du Mépris aux côtés de Jean-Luc Godard, Brigitte Bardot se rend à son tour à la Casa Rosa pour enterrer son chien Michael.

Exception pour les riches

Dans le quartier tranquille de Portuense, au sud de la capitale, le cimetière d'Antonio Molon, aujourd'hui repris par son fils Luigi, compte désormais près de 1.000 pierres tombales. La plus luxuriante est dédiée à Dreys, un chien, qui repose sous une tombe en marbre noir à 12.000€.

Aucune loi spécifique n'autorise cependant ce type de cimetière dans le Latium, mais la Casa Rosa dispose d'une licence accordée par la mairie de Rome, renouvelée pour la dernière fois en 1984.

Des tombes décorées au cimetière pour animaux de Casa Rosa, à Rome, le 3 mars 2017. | Alberto Pizzoli / AFP

S'ils ne possèdent pas de terrain adapté à l'enterrement des animaux, qui présente un risque sanitaire et de pollution des sols, notamment en cas de proximité avec un aquifère souterrain, les propriétaires sont censés incinérer leur animal de compagnie à la mort de ce dernier. La plupart des concessions funéraires italiennes se trouvent en dehors du Latium, mais une proposition de loi portée par le parti populiste 5 étoiles cherche à autoriser la création de cimetières dédiés à l'inhumation d'animaux domestiques.

Newsletters

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

La Coupe du monde de football au Qatar déchaîne les polémiques depuis son attribution. Parmi elles, celle liée aux droits humains, bafoués au sein de l'émirat, et en particulier à l'homosexualité, illégale dans le pays. Mais au sein des stades ...

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

La nouvelle loi prévoit de réparer les injustices de la «guerre contre les drogues», qui a particulièrement touché les communautés afro-américaines et latinos par le passé.

Une personne sur vingt-trois dans le monde aura besoin d'aide humanitaire en 2023

Une personne sur vingt-trois dans le monde aura besoin d'aide humanitaire en 2023

Les crises de 2022 ont formé le terreau d'une crise humanitaire mondiale de grande ampleur.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio