Culture

Émile Zola est-il le meilleur écrivain français de tous les temps?

Temps de lecture : 3 min

Ça se discute. Mais pas trop.

Zola peut être considéré comme le père des écrivains à tendance scientifique socialement engagés. | Wikimedia Commons (montage Slate.fr)
Zola peut être considéré comme le père des écrivains à tendance scientifique socialement engagés. | Wikimedia Commons (montage Slate.fr)

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Émile Zola peut-il être considéré comme le meilleur écrivain français de tous les temps?»

La réponse de Vincent Lassonde:

Avant d'être écrivain, Zola était, d'abord et avant tout, un journaliste.

Ainsi, nous voyons chez Zola une tendance claire à mettre en avant l'observation sociale ainsi que la constatation historique devant les considérations littéraires.

Pas de morale transcendante, ni de rédemption possible: la dureté de la vie s'impose à tous, par le biais des rapports socioéconomiques établis lors du Second Empire.

Or, si Balzac peut être perçu comme le grand-père des écrivains à tendance scientifique socialement engagés (notamment par son œuvre titanesque, La Comédie humaine), titre contesté par certains qui préfèrent y mettre Victor Hugo (mais bon, combien de fois avez-vous vu un inspecteur de police se suicider par excès de conscience?), alors Zola en est le père.

Chez Zola, on va balancer par la fenêtre les «anomalies» du comportement humain pour se concentrer sur l'observation minutieuse de la vie telle qu'elle est.

Et ça, pour plusieurs lecteurs modernes qui s'intéressent à la littérature du XIXe, ça constitue un vice de procédure notoire.

Or, par le biais de l'analyse empirique et l'introduction de méthodes de recherche qualitative dans son oeuvre, Zola sera le premier à effectuer la synthèse entre l'eau et l'huile, à savoir de mettre de la science dans un roman.

Ce qui sera fait avec énormément de justesse.

Et qui, ultimement, façonnera tout un pan de l'imaginaire occidental quant aux relations industrielles et aux luttes ouvrières (parce que sérieusement, à quel moment avez-vous déjà vu un patron frappé par la providence dans un conflit de travail?).

Vous pouvez remercier Zola.

Zola ou l'intégrité morale

Alors au sommet de sa gloire, Zola prendra la défense de Dreyfus et ses partisans à travers l'éditorial «J'accuse…!».

Avec sa sortie publique, l'écrivain utilise sa notoriété chèrement gagnée au cours des décennies précédentes pour protéger un soldat alsacien de confession juive accusé de trahison.

La généalogie littéraire permet à l'auteur de présenter un portrait-type de son époque, avec une finesse infinie.

Bref, dans la IIIe République, autant ouvrir une léproserie à côté de l'Assemblée nationale.

Ainsi, par le biais de son procès, Émile Zola va accepter d'affronter la censure étatique prévalente du régime de la Troisième en la combattant en son nom personnel. Ce procès sera pour lui une occasion de mettre en avant des valeurs universelles telles que la liberté d'expression ou la solidarité artistique.

Bref, une très grosse léproserie.

Si à cette époque, d'autres littéraires avaient eu à faire face aux cours de justice (Flaubert pour Madame Bovary, Baudelaire pour Les Fleurs du Mal, voire même les frères Goncourt, tous pour des raisons d'«appel à l'indécence publique»), Zola fera face à la justice pour un procès fondamentalement politique.

Bref, la réalité rejoint la fiction de son œuvre, les élites bourgeoises utilisant l'essentiel de la puissance de feu de l'État pour le faire taire et le forcer à se réfugier au Royaume-Uni pour ne pas devenir un prisonnier de conscience.

Et puis bon, avec la victoire des dreyfusards en 1899, puis en 1906, on peut remercier papa Zola.

Zola ou la généalogie littéraire

Comment pouvons-nous parler de généalogie littéraire en laissant un éléphant blanc dans la pièce, c'est-à-dire l'œuvre de Michel Tremblay [auteur québécois, ndlr].

La littérature québécoise doit à Zola un immense tribut pour avoir tracé une certaine voie.

Parce que chez Zola, la forme finit par servir le fond. La généalogie littéraire, par le biais de sa mise en scène de la famille Rougon-Macquart, permet à l'auteur de présenter un portrait-type de son époque, avec une finesse infinie, tout en permettant au lecteur le luxe d'éviter de se retaper d'éternelles remises en contexte.

Or, qu'a fait Michel Tremblay au cours des cinquante-quatre dernières années? Il s'est échiné à donner une légitimité à l'expression culturelle d'une nation entière.

Par le biais des Chroniques du plateau Mont-Royal (avant qu'il devienne le 102e département français), Le Gay savoir ou encore La Diaspora des Desrosiers, Tremblay a voulu mettre un peu de nous dans le grand mouvement de la littérature francophone, la fresque littéraire lui permettant de projeter des éclairages différents sur les protagonistes de son œuvre et, ainsi, de peindre une représentation littéraire de ce qu'a pu être la société québécoise des soixante-quinze dernières années (Tremblay a amplement pioché dans ses mémoires personnelles pour façonner sa littérature).

Bref, jusqu'à un certain point, la littérature québécoise doit à Zola un immense tribut pour avoir tracé une certaine voie, celle permettant aux gagne-petit et aux déshérités de la Terre de pouvoir occuper une place à la table de ceux qui ont traditionnellement tout, dont le pouvoir de façonner les mémoires collectives par le biais de la violence symbolique dont ils disposent.

Et encore une fois, merci monsieur Zola.

Newsletters

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

La série turque décrit une épidémie dont le vecteur est le langage. Un phénomène inimaginable et qui pourtant paraît déjà presque là.

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Avec La Vallée, l’artiste français casse les stéréotypes et fait de l’espace d’exposition une école dont les tableaux noirs sont des œuvres, déployant les méandres de sa pensée. Du 8 décembre 2022 au 30 avril 2023.

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio