Sciences

Le mystère de l'alignement des pyramides d'Égypte enfin résolu?

Temps de lecture : 2 min

Un chercheur pense avoir trouvé par quel miracle trois des plus grandes pyramides égyptiennes sont parfaitement alignées sur les points cardinaux.

Pour vérifier que sa technique fonctionne, Glen Dash l'a lui-même testée en 2016. | Jeremy Bezanger via Unsplash
Pour vérifier que sa technique fonctionne, Glen Dash l'a lui-même testée en 2016. | Jeremy Bezanger via Unsplash

L'emplacement des chambres funéraires n'est pas la seule énigme qui passionne depuis toujours les chercheurs travaillant sur les pyramides d'Égypte ancienne. Les trois plus grandes, celles de Khéops et de Képhren à Gizeh et la Pyramide rouge à Dahchour, sont parfaitement alignées sur les quatre points cardinaux –c'est-à-dire que chacun des quatre coins de leur base pointe parfaitement une direction (nord, sud, est, ouest), un peu à la manière d'une boussole.

Mais comment, il y a plus de 4.000 ans et sans aucune technologie moderne, les Égyptiens ont-ils réussi à atteindre une telle précision dans leur construction? ScienceAlert revient sur la théorie de l'ingénieur et archéologue Glen Dash, qui pourrait répondre à cette question.

«Les constructeurs ont bâti la grande pyramide de Gizeh alignée sur les points cardinaux avec une précision supérieure à quatre minutes d'arc, soit un quinzième de degré», expliquait le chercheur dans une étude de 2017. Les trois pyramides présentent la même erreur: elles sont légèrement tournées dans le sens anti-horaire à partir des points cardinaux.

Beaucoup d'hypothèses ont été émises pour comprendre de quelle manière les Égyptiens ont réussi cet exploit. Certains ont suggéré l'utilisation de l'ombre du Soleil, d'autres celle de l'étoile du berger. Pour Glen Dash, ils pourraient avoir utilisé l'équinoxe d'automne, soit l'un des deux moments de l'année où la durée du jour est égale à celle de la nuit.

La méthode des «cercles indiens»

L'hypothèse de l'utilisation de l'équinoxe comme méthode d'alignement avait longtemps été mise de côté car considérée trop peu précise. Mais le chercheur avance l'idée qu'avec une tige appelée «gnomon», elle est en réalité très probable. Il a d'ailleurs lui-même fait l'expérience durant l'équinoxe d'automne du 22 septembre 2016.

La technique est dite «des cercles indiens». Prenez un bâton. À intervalles réguliers, marquez d'un point l'extrémité de l'ombre projetée par celui-ci. Grâce à une corde nouée au bâton, sélectionnez deux points de la courbe ainsi créée pour les relier entre eux. Vous obtiendrez une ligne presque parfaite d'est en ouest.

Animation de la méthode des cercles indiens. | The Journal of Ancient Egyptian Architecture

Aucune preuve n'existe pour confirmer la technique utilisée à l'époque, elles restent toutes des suppositions. Mais certaines sont plus probables que d'autres, et celle-ci est l'une des plus consensuelles. Pour l'appuyer, Glen Dash a d'ailleurs avancé que la marge d'erreur est très légèrement dans le sens anti-horaire, exactement comme ce qu'on constate pour les trois pyramides.

De plus, les Égyptiens avaient juste à compter 91 jours à partir du solstice d'été pour trouver l'équinoxe, mais aussi et surtout, à espérer un temps clair.

Newsletters

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio