Monde

Les États-Unis devraient être divisés en treize régions, estiment des chercheurs

Temps de lecture : 2 min

Bye bye les cinquante États!

Au-delà de l'urgence climatique, les auteurs suggèrent que la pensée méga-régionale présenterait des avantages économiques. | Nico Smit via Unsplash
Au-delà de l'urgence climatique, les auteurs suggèrent que la pensée méga-régionale présenterait des avantages économiques. | Nico Smit via Unsplash

Un incendie de forêt en Californie, une tempête à New York... les impacts du changement climatique peuvent sembler localisés. Pourtant, le problème est global. Aux États-Unis, le nouveau livre Megaregions and America's Future soutient l'idée qu'il faut arrêter de répondre aux défis écologiques à petite échelle et passer à un système de «méga-régions». Fast Company a décortiqué l'ouvrage.

Les trois chercheurs qui le signent, Robert D. Yaro, Ming Zhang et Fréderick R. Steiner, identifient treize méga-régions aux États-Unis, comme le Nord-Est (qui inclut plus de 50 millions d'habitants), la région des Grands Lacs ou encore celle de la Côte du Golfe. À elles seules, elles représentent la majorité de la population du pays mais seulement 30% du territoire. Ainsi, selon les chercheurs, concentrer les interventions dans ces régions présenterait un avantage bien supérieur à une planification nationale.

À l'inverse, ils craignent que si on ne planifie pas les choses à l'échelle de ces treize méga-régions, on risque d'aggraver les conséquences du changement climatique. Ils prennent l'exemple de l'ouragan Sandy, qui a causé plus de 60 milliards de dollars de dégâts en frappant les États de New York, du New Jersey et du Connecticut en 2012. Robert D. Yaro déplore: «Il n'y a pas de stratégie proactive et tournée vers l'avenir pour répondre à ces préoccupations.»

Les avantages des méga-régions

La conception méga-régionale pourrait prendre plusieurs formes. Par exemple, construire des barrières contre les marées massives comme aux Pays-Bas ou encore des parcs à huîtres pour réduire l'intensité des vagues. Pour être efficaces, ces constructions devraient se faire à grande échelle.

Au-delà de l'urgence climatique, les auteurs suggèrent que la pensée méga-régionale présenterait des avantages économiques, en accélérant des projets interétatiques tels que le train à grande vitesse. «En créant de meilleures connexions physiques, vous pouvez créer de nouvelles opportunités qui n'existaient pas avant», expliquent-ils.

Pour Yaro, le cas du train à grande vitesse est une preuve que les États-Unis se situent loin derrière d'autres continents comme l'Europe ou l'Asie. Selon lui, la planification régionale constitue avant tout un moyen de rester compétitif dans une économie mondialisée. Il ajoute: «Fondamentalement, tous nos concurrents organisent des stratégies nationales ou méga-régionales de développement économique, d'énergie et de transport.»

Le pays serait prêt à franchir le pas, selon eux, puisque des coopérations ont déjà vu le jour dans le Nord-Est entre plusieurs gouverneurs notamment. «Ce niveau de coopération entre les États du Nord-Est donne l'espoir que dans toutes les juridictions, des mesures soient prises.»

Newsletters

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Un prof américain licencié à cause d'un cours jugé trop difficile

Il enseignait la chimie organique.

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

Guerre cyber de la Russie: les clés d'une résilience ukrainienne inattendue

[TRIBUNE] En fédérant les États occidentaux, le secteur privé de la tech et les partisans en ligne, le pays de Volodymyr Zelensky a su contrer la grandissante menace cyber russe.

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

Après le Brexit, Liz Truss va-t-elle faire exploser l'économie britannique?

La sortie de l'Union européenne aura fragilisé l'économie britannique face aux crises suivantes liées à la pandémie de Covid et à la flambée des coûts de l'énergie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio