Tech & internet / Monde

La Russie a utilisé des bots sur WhatsApp pour flinguer le moral des troupes ukrainiennes

Temps de lecture : 2 min

Selon le Service de sécurité d'Ukraine, plus de 5.000 messages auraient été envoyés à des membres des forces ukrainiennes dans le but de les «déstabiliser moralement et psychologiquement».

Photo prise à Moscou le 23 mars 2022 d'une notification WhatsApp apparue sur un écran. | AFP
Photo prise à Moscou le 23 mars 2022 d'une notification WhatsApp apparue sur un écran. | AFP

Malgré l'annonce du président ukrainien Volodymyr Zelensky le 1er avril concernant le retrait des troupes russes des alentours de Kiev, l'Ukraine reste sur ses gardes, notamment face aux suspicions d'espionnage et de sabotage de la part des forces ennemies. Aussi, après avoir accusé la Russie de cacher des explosifs dans certains recoins des zones nouvellement libérées, le gouvernement ukrainien semble devoir faire face à une nouvelle opération de sabotage d'envergure.

Le 31 mars, le Service de sécurité d'Ukraine (SBU) a indiqué via un communiqué officiel publié sur son site que ses équipes étaient parvenues à démanteler une «opération spéciale d'information» russe, conçue dans le but de «déstabiliser moralement et psychologiquement les forces de sécurité ukrainiennes», rapporte Vice.

Grâce à des bots informatiques, des milliers de messages auraient été envoyés aux militaires ukrainiens annonçant: «L'issue de la guerre est prédéterminée! Soyez judicieux et refusez de soutenir le nationalisme et les dirigeants du pays qui se sont discrédités et qui ont d'ores et déjà fui la capitale!!!» À en juger par la capture d'écran partagée sur le site du SBU, il semblerait que cette campagne de sabotage ait été principalement menée via l'application de messagerie instantanée WhatsApp.

Une vigilance accrue

Toujours selon le Service de sécurité d'Ukraine, cette attaque aurait été manœuvrée depuis un appartement localisé dans la ville de Dnipro, située au sud-est de l'Ukraine, et «télécommandée depuis la Russie». Les services du SBU ont par ailleurs annoncé qu'ils avaient «rapidement localisé et neutralisé» cette opération de désinformation, mais que «l'ennemi» était toutefois parvenu à envoyer près de 5.000 messages aux membres des forces ukrainiennes. De son côté, le propriétaire de l'appartement assure qu'il «n'avait aucune idée qu'il tenait un rôle dans “l'opération spéciale” de l'ennemi».

Selon Vice, ce n'est pas la première fois que les forces ukrainiennes sont victimes de ce genre d'attaques depuis le début de la guerre en Ukraine. Le 15 mars, les services de sécurité ukrainiens avaient annoncé sur leur page Facebook qu'ils avaient arrêté un hacker œuvrant pour les troupes russes, leur permettant de passer des appels et d'envoyer des messages similaires à ceux de l'opération spéciale dévoilée ce 31 mars. «Nous avons arrêté un pirate informatique qui a fourni une connexion mobile aux occupants en Ukraine», avait alors annoncé le SBU.

Newsletters

Breton, corse, occitan, catalan... Les langues régionales se cultivent sur Wikipédia

Breton, corse, occitan, catalan... Les langues régionales se cultivent sur Wikipédia

Ceux qui pratiquent les dialectes régionaux ont beau être peu nombreux sur l'encyclopédie en ligne, leurs contributions sont précieuses pour permettre de faire vivre ces langues.

«Je baise en dormant»: la sexsomnie, trouble évoqué par le YouTubeur Léo Grasset accusé de viol

«Je baise en dormant»: la sexsomnie, trouble évoqué par le YouTubeur Léo Grasset accusé de viol

Visé par une enquête pour viol, alors qu'il faisait déjà l'objet d'une enquête préliminaire pour des faits de harcèlement sexuel, le vidéaste star s'est défendu en affirmant souffrir d'une forme particulière de somnambulisme.

Arrêtez de regarder les bandes-annonces, elles sont devenues totalement inutiles

Arrêtez de regarder les bandes-annonces, elles sont devenues totalement inutiles

Au nom du marketing, elles nous vendent désormais des films qui n'existent pas.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio