Sciences

On sait enfin pourquoi les T-Rex avaient de si petits bras

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle découverte vient bouleverser les théories expliquant la drôle de caractéristique physique de ces dinosaures.

Illustration d'un T-Rex. | Fausto García-Menéndez via Unsplash
Illustration d'un T-Rex. | Fausto García-Menéndez via Unsplash

Pourquoi le puissant T-Rex, avec sa silhouette terrifiante et ses dents acérées, avait-il des bras si ridiculement petits? Les chercheurs se heurtent à la question depuis de longues années. Avec le temps, de multiples théories ont tenté de l'expliquer, attestant tantôt que ces petits membres leur servaient à se relever s'ils tombaient par terre, tantôt à saisir leur partenaire durant l'accouplement, voire même à assurer l’équilibre des muscles de sa tête et de son cou. Des théories qui peinent à convaincre l'ensemble de la communauté scientifique et qui pourraient être balayées par une récente découverte.

En s'appuyant sur des fossiles récupérés dans une fosse commune de dinosaures dans l'Utah, plusieurs paléontologues ont en effet démontré que les tyrannosaures ne chassaient en fait pas de façon solitaire comme on le pensait alors, mais plutôt en meute. Une découverte qui a poussé le paléontologue Kevin Padian, professeur à l’université de Berkeley, à revenir sur cette réflexion des petits bras du T-Rex, en abordant cette fois-ci la question dans une tout autre perspective.

Dans un article publié dans la revue scientifique de paléontologie Acta Palaeontologia Polonica, le paléontologue présente sa théorie. Selon lui, étant donné que les T-Rex chassaient en meute et s'agglutinaient autour de leur proie pour la dévorer, avoir des petits bras avaient un avantage: cela leur permettait d'éviter de se les faire croquer accidentellement (ou non) par ses congénères pendant le festin.

Croque T-Rex

Imaginez un instant la scène. Plusieurs T-Rex autour d'une même carcasse, mâchant à pleine dents dans tous les sens pour essayer d'avoir le plus gros bout de gras. Si ces derniers étaient munis de longs bras proportionnels, nul doute qu'ils essaieraient d'attraper avec leurs griffes la viande alléchante. Nul doute également qu'un coup de mâchoire malencontreux serait régulièrement venu amputer ces membres trop longs, traînant au milieu du banquet. Pour éviter cela, il ne restait plus qu'une solution: réduire la longueur de ces membres antérieurs au fil des générations.

L'hypothèse fait son chemin et trouve notamment des analogies chez certains animaux de notre ère. Outre le dragon de Komodo, les crocodiles ont un comportement que l'on pourrait imaginer similaire aux T-Rex. Avec leurs dents tranchantes, il n'est pas rare que des accidents se produisent entre les membres de la même espèce qui se ruent sur une même carcasse. Une vidéo d'un repas de crocodiles dans un zoo australien, partagé par le Huff Post, en est un exemple criant. On comprend mieux les T-Rex maintenant.

Newsletters

Fans d'astronomie, venez traquer les exoplanètes jupitériennes

Fans d'astronomie, venez traquer les exoplanètes jupitériennes

La science a besoin de vous.

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

L'homosexualité existe-t-elle chez les animaux?

[L'Explication #79] Les relations entre les animaux de la même espèce existent, et auraient même certains avantages.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio