Sciences

Une barrière de glace de la taille de Rome s'effondre en Antarctique

Temps de lecture : 2 min

Le dérèglement climatique va produire sur le court terme de plus en plus de désintégrations des plateformes de glace, qui influeront sur la hausse du niveau de la mer.

Cette image satellite du 17 mars 2022 montre l'iceberg C-38 qui s'est détaché de la plateforme de glace Conger dans la région de Wilkes Land, en Antarctique. | Centre national des glaces des États-Unis (USNIC) / AFP
Cette image satellite du 17 mars 2022 montre l'iceberg C-38 qui s'est détaché de la plateforme de glace Conger dans la région de Wilkes Land, en Antarctique. | Centre national des glaces des États-Unis (USNIC) / AFP

Ce sont des données satellitaires qui ont révélé l'ampleur de l'événement. En Antarctique, le 15 mars 2022, la barrière de glace de Conger a vêlé: elle s'est détachée d'un glacier pour s'effondrer dans l'océan, quelques jours après que la région a enregistré des températures record. Elle faisait une surface d'environ 1.200 kilomètres carrés, soit l'équivalent de la taille de Rome, ou douze fois la superficie de Paris intra muros, et a donné naissance à nouvel iceberg de 30 kilomètres de long sur 18 de large, baptisé C-38, qui s'est par la suite brisé en deux morceaux.

La semaine dernière, le 18 mars 2022, la station de recherche franco-italienne Concordia avait enregistré une température record de -11,8°C, soit 40°C de plus que les températures saisonnières habituelles. Cela est dû à une rivière atmosphérique qui a piégé la chaleur au-dessus du continent.

D'après Catherine Colello Walker, spécialiste des sciences de la terre et des planètes à la Nasa et à la Woods Hole Oceanographic Institution, bien que la plateforme de glace Conger soit relativement petite, «il s'agit de l'un des effondrements les plus importants en Antarctique depuis le début des années 2000, lorsque la plate-forme de glace Larsen B s'est désintégrée. Il n'aura probablement pas d'effets énormes, mais c'est un signe de ce qui pourrait arriver».

Retenir la fonte des glaces

De fait, les barrières de glace qui s'avancent au-dessus de l'océan jouent un rôle important dans la limitation de la glace intérieure, en freinant l'écoulement de cette dernière dans l'océan, un phénomène qui entraîne une élévation du niveau de la mer.

Depuis le milieu des années 2000, la plateforme Conger avait commencé à rétrécir, mais cela était progressif jusqu'à 2020. Au 4 mars 2020, des mesures révélaient que la plateforme avait perdu plus de la moitié de sa surface depuis le mois de janvier de la même année.

Cette année, au moins trois événement de vêlage sont survenus sur le seul mois de mars en Antarctique oriental: celui de la plateforme Conger, du glacier Totten et de la plateforme Glenzer.

Pour Matt King, directeur du Centre australien d'excellence en Sciences antarctiques, comme les plateformes glaciaires flottent déjà sur l'océan, l'effondrement de celle de Conger ne devrait avoir qu'un impact minime sur le niveau de la mer, d'autant que le glacier situé derrière est petit. En revanche, il estime que le dérèglement climatique va causer une multiplication de ce type de phénomène: «Nous verrons des plateformes de glace massives bien plus grandes que celle-ci se briser. Et celles-ci retiendront beaucoup de glace; assez pour faire sérieusement monter le niveau des mers du globe.»

L'avenir du glacier Thwaites, surnommé «glacier de l'apocalypse», qui fait la taille de la Floride, est particulièrement préoccupant pour les scientifiques: cent fois plus grand que la barrière Larsen B, il contient suffisamment d'eau pour faire monter le niveau de la mer mondial de plus d'un demi-mètre.

Newsletters

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Des réseaux paysans aux tiroirs poussiéreux des réserves du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, Thierry Ardouin a entrepris un travail de dix ans pour photographier plus de 500 graines. Choisies, éclairées et cadrées avec le plus grand...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio