Culture

«De nos frères blessés», «Bruno Reidal», «Plumes»: trois miroirs du réel

Temps de lecture : 6 min

Historique avec Hélier Cisterne, clinique avec Vincent Le Port, fantasmagorique avec Omar El Zohairy, ces trois films de «fiction» sont trois réponses de cinéma à des situations factuelles regardées avec respect et empathie.

Fernand Iveton (Vincent Lacoste), Algérien exécuté pour avoir voulu l'indépendance de son pays. | Diaphana
Fernand Iveton (Vincent Lacoste), Algérien exécuté pour avoir voulu l'indépendance de son pays. | Diaphana

«De nos frères blessés» de Hélier Cisterne

Le 14 novembre 1956, Fernand Iveton pose une bombe. Ouvrier, communiste, algérien, «européen» selon la terminologie de l'époque, il veut prendre part à la lutte pour l'indépendance de son pays, à la guerre de libération commencée deux ans plus tôt.

Cette bombe, volontairement placée à un endroit où elle ne pouvait faire aucune victime, n'explosera pas. Arrêté, atrocement torturé, cible de la haine des Français d'Algérie et de la presse, Iveton sera condamné à la peine de mort et guillotiné le 11 février 1957. Le garde des Sceaux d'alors, François Mitterrand, aura joué un rôle décisif dans l'exécution de la sentence d'un homme qui n'avait pas de sang sur les mains.

Pendant trente ans, l'histoire d'Iveton, qui a longtemps embarrassé le Parti communiste français, disparaît des mémoires. Jusqu'à ce qu'un historien, Jean-Luc Einaudi, exhume cette histoire, à la fois très singulière et à plus d'un titre exemplaire, en publiant en 1986 Pour l'exemple – L'Affaire Fernand Iveton.

Encore trente ans, et en 2016 l'écrivain Joseph Andras publie De nos frères blessés, dont la couverture porte le mot «roman». Il s'agit plutôt d'un récit, littéraire assurément et même très bien écrit, mais qui s'en tient aux faits pour tout ce qui concerne les lieux, les noms propres, les déclarations et actes publics.

Ce récit se déroule en intercalant dans l'histoire politico-judiciaire d'Iveton des épisodes de sa rencontre, en France, et de sa vie, à Alger, avec sa femme Hélène. Adaptant pour l'écran le livre d'Andras, Hélier Cisterne en respecte tous les partis pris, le réalisme factuel comme la construction feuilletée.

Précise, centrée sur l'essentiel, évitant les lourdeurs de la reconstitution comme les troubles complaisances des étalages de violence physique, la mise en scène est d'une rigueur remarquable, qui confirme tous les espoirs inspirés par le premier film de ce cinéaste, Vandal.

Mais il s'y ajoute un élément inédit, et qui démultiplie les puissances émotionnelles du film: son interprétation. Vincent Lacoste, si présent sur les écrans, le plus souvent dans des rôles de jeunes gens immatures, donne ici à Iveton une solidité tendue, quelque chose de ferme avec une lueur d'enfance.

Ce que fait l'acteur contribue à activer une des questions qui portent le film, au-delà de ses enjeux historiques liés à la guerre d'Algérie et aux comportements des différents acteurs, politiques, judiciaires, policiers, militaires, médiatiques.

Mieux que le livre d'histoire et l'ouvrage littéraire, il aide à interroger ce processus en partie mystérieux qu'on appelle «l'engagement», le sentiment d'un impératif impossible à refuser, fut-ce au péril de son bonheur quotidien et de sa vie.

Hélène (Vicky Krieps), épouse amoureuse mais aussi personnalité à part entière. | Diaphana Distribution

Elle aussi très présente sur les écrans (on se souvient entre autres, après la révélation Phantom Thread, de ses deux très belles interprétations dans des films du dernier Festival de Cannes, Serre-moi fort et Bergman Island), Vicky Krieps donne au rôle d'Hélène une présence vibrante, jamais réduite au second plan ni à un contrepoint, être humain à part entière avec ses propres motivations et ses choix de comportement.

Et c'est très exactement au croisement de cette vigueur rectiligne de la reconstitution historique et de la vitalité physique très incarnée des deux personnages, que s'épanouit l'accomplissement de ce qui est à la fois une histoire, de l'histoire, et du cinéma.

«Bruno Reidal» de Vincent Le Port

Bruno (Dimitri Doré) ramené par les gendarmes sur le lieu d'un crime qui reste mystérieux. | Capricci

Les ressemblances comme les différences entre le film précédent et celui-ci sont passionnantes. À nouveau il s'agit de la reconstitution d'un fait réel, et tragique, et ayant une dimension judiciaire. À nouveau le parti pris de la réalisation s'en tient à une rigoureuse évocation des faits. Pourtant, aussi réussis l'un que l'autre, les deux films ne se ressemblent pas.

Le titre de celui de Vincent Le Port est le nom d'un adolescent, un jeune paysan auvergnat qui, en 1905, a commis un meurtre brutal et sans motif apparent. Comme il arrivait à cette époque où la justice commençait de prendre en considération les ressorts psychiques, Bruno Reidal fut requis de raconter par le détail toute son existence, afin que médecins et juges puissent éventuellement déceler ce qui avait causé son acte, statuer la part qui pourrait être attribuée à la folie[1].

Garçon brillant ayant bénéficié d'un accès à une éducation dont étaient d'ordinaire privés les adolescents de sa condition sociale, le jeune homme de 17 ans, séminariste fervent, s'exécuta deux fois, par écrit et lors d'entretiens avec un médecin et criminologue réputé, le professeur Alexandre Lacassagne, fondateur de l'anthropologie criminelle, qui précéda la criminologie moderne.

Le long texte rédigé par le jeune prisonnier est remarquable de précision, de capacité à s'interroger, et de puissance littéraire. La finesse autant que les ambivalences des réponses aux questions du professeur Lacassagne impressionnent, ainsi que son honnêteté parfois foudroyante, notamment dans ses rapports à la sexualité, contrastant avec les tentatives du savant de faire entrer dans des cadres, juridiques et médicaux, ce qu'elles racontent de l'accusé.

Le film accompagne à la fois le récit de son existence qu'en a donné Bruno Reidal, depuis la petite enfance, et le déroulement des faits lors du meurtre, et ensuite, après que le jeune assassin se soit aussitôt livré. Jamais la réalisation ni l'interprétation ne cherchent à charger émotionnellement, encore moins n'ajoutent d'explication.

Face au tribunal des médecins, un coupable ou un malade? | Capricci

Toute la force, impressionnante, de ce premier film, tient dans la manière dont il parvient à articuler plusieurs registres: la violence extrême et opaque du crime, la qualité sophistiquée du récit qu'en donne celui qui l'a commis y compris en s'interrogeant sur ses propres motivations, la disproportion entre la puissance et les automatismes des institutions judiciaire et médicale et un jeune homme pauvre habité de forces qu'il ne comprend pas, mais qu'il cherche à décrire au mieux.

Grâce aussi à l'étonnant Dimitri Doré dans ce rôle d'autant plus complexe qu'il mise tout sur un minimalisme expressif et surtout explicatif, Bruno Reidal accompagne avec une justesse tendue un chemin mystérieux, troublant et qui se révèle, par les plus inattendus des cheminements, étrangement émouvant.

«Plumes» d'Omar El Zohairy

Propulsée à une place à laquelle elle n'est pas préparée, la mère (Demyana Nassar) va devoir inventer des réponses à la violence du monde. | Dulac Distribution

De prime abord, cet autre premier film, qui est un conte fantastique, peut sembler bien éloigné du réalisme des deux précédents. Pas réalistes, l'oppression patriarcale, la misère, les habitats pourris des pauvres, le travail épuisant et sous-payé, l'arrogance des puissants, l'environnement empoisonné des plus démunis? Cela ne serait pas réel, en particulier en Égypte d'où vient le film, dans le monde arabe et moyen-oriental, et à peu près partout ailleurs aussi?

Omar El Zohairy filme avec une sorte de frontalité paisible les situations les plus extrêmes, ou les plus absurdes, à commencer par celle qui déclenche le récit: dans cette famille pauvre, un tour de prestidigitation transforme inexplicablement, irrévocablement, le père en poule. La mère, habituée à une soumission implacable, doit prendre le contrôle de la situation, autant qu'elle pourra.

Kafka, oui, est bien l'horizon de cette parabole riche en rebondissements et en suggestions métaphoriques. Les événements les plus ordinaires comme les plus improbables peuvent dès lors advenir, dans une sorte de liberté narrative jamais gratuite, jamais prévisible.

Elle accompagne selon des tonalités très variables, du burlesque au tragique, le parcours de cette femme qui littéralement s'invente sous nos yeux –et à ses propres yeux.

Papa... poule? Un détour par le farfelu pour mieux décrire les réalités quotidiennes. | Dulac Distribution

Mais Plumes est aussi porté par un sens visuel et rythmique, une capacité à composer les espaces, les lumières, les couleurs et les sons, qui a fait de cette singulière et très matérielle parabole une des révélations du dernier Festival de Cannes.

1 — En même temps que sort le film paraît un dossier de documents, L'Affaire Bruno Reidal – Enquête sur un cas de folie meurtrière chez un adolescent (Capricci), principalement composé du rapport médico-légal de Lacassagne, avec des extraits du texte écrit par Reidal. Retourner à l'article

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le samedi de 6h à 7h sur France Culture.

De nos frères blessés

de Hélier Cisterne

avec Vincent Lacoste, Vicky Krieps

Séances

Durée: 1h35

Sortie: 23 mars 2022

Bruno Reidal

de Vincent Le Port

avec Dimitri Doré, Jean-Luc Vincent, Roman Villedieu

Séances

Durée: 1h41

Sortie: 23 mars 2022

Plumes

d'Omar El Zohairy

avec Demyana Nassar, Samy Bassouny, Fady Mina Fawzy

Séances

Durée: 1h52

Sortie: 23 mars 2022

Newsletters

En Égypte, l'émouvante découverte de momies à langue dorée

En Égypte, l'émouvante découverte de momies à langue dorée

Cette tradition longtemps méconnue a vraisemblablement été pratiquée pendant trois périodes de l'histoire égyptienne.

À l'heure de Tsai Ming-liang

À l'heure de Tsai Ming-liang

La sortie de son nouveau film, «Days», et un hommage très complet au Centre Pompidou mettent en lumière un immense artiste et cinéaste contemporain.

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

D'abord considérée d'un mauvais œil car assimilée aux associations marxistes, la nudité devient pour Hitler un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio