Politique / Culture

Pourquoi la fachosphère adore le Moyen Âge

Temps de lecture : 4 min

Elle prône le virilisme, fantasme les croisades et encense les valeurs chevaleresques.

Le YouTubeur d'extrême droite Papacito (à droite) dans l'une des ses vidéos, en compagnie de son acolyte Baptiste Marchais. | Capture d'écran PAPACITO via YouTube
Le YouTubeur d'extrême droite Papacito (à droite) dans l'une des ses vidéos, en compagnie de son acolyte Baptiste Marchais. | Capture d'écran PAPACITO via YouTube

La nouvelle avait fait grand bruit au sein de la toile d'extrême droite. Au début du mois de janvier, le YouTubeur Papacito, l'ex-porte parole de Génération identitaire Thaïs d'Escufon, Christopher Lannes de la web télé identitaire TV Libertés et Julien Rochedy, ancien président du Front national de la jeunesse, annonçaient dans une vidéo leur participation à un long-métrage historique. Celui-ci, dont la sortie était initialement prévue pour le mois de décembre prochain, devait raconter «l'histoire d'une seigneurie française en lutte contre les Anglais en 1429 au moment où l'histoire de France a basculé».

L'affiche du projet. | Terre de France

À peine quelques jours plus tard, l'entreprise Terre de France, à l'origine du projet, publiait un communiqué. Le film ne se fera pas: «Nous avons malheureusement perdu trop de soutiens pour ce projet. Le scénario est terminé donc on le garde dans les cartons si nous parvenons à retrouver des investisseurs qui croient au projet.»

Si elle a finalement été tuée dans l'œuf, cette idée en dit tout de même beaucoup sur ce que tentent de véhiculer ces nouveaux influenceurs identitaires. Plus qu'un simple film historique, ce long-métrage devait être «un objet artistique porteur de [leurs] idées», selon Papacito. Car le Moyen Âge est présenté par ce dernier et ses camarades comme un modèle de société. «L'extrême droite a toujours idéalisé le Moyen Âge, précise Stéphane François, historien des idées et politologue. Des contre-révolutionnaires jusqu'à notre époque, ils se sont toujours approprié cette période.»

Références en pagaille

Mais la génération de militants présente aujourd'hui sur les réseaux sociaux tente de dépoussiérer le Moyen Âge. «Ils essaient de le présenter d'une manière plus dynamique, plus en lien avec l'actualité et la culture populaire. L'extrême droite n'est pas si bête et joue sur les codes de la jeunesse», ajoute l'historien. Dans les contenus que ces influenceurs proposent sur les réseaux sociaux ou sur YouTube, les références à cette période de l'histoire de France sont nombreuses. Elles sont parfois sourcées et sérieuses, mais il arrive qu'elles soient aussi plus maladroites ou un brin fantasmées.

«Ils se placent aussi en combattants et en vrais défenseurs de la civilisation européenne.»
Stéphane François, historien des idées et politologue

Sur internet, Papacito et Baptiste Marchais sont les promoteurs d'une certaine vision de l'homme qu'ils estiment héritée du Moyen Âge. Les deux acolytes se mettent par exemple en scène grimés en guerriers médiévaux dans une vidéo qui totalise plus de 550.000 vues. Haches à la main, protégés par des armures de fer, ils se livrent à une reproduction de combat sur fond musical, façon Kingdom of Heaven de Ridley Scott.

Une vidéo parmi d'autres qui révèle l'idéal de l'homme fantasmé par ces deux YouTubeurs et la façon dont ils se voient eux-mêmes: des viandards doublés de combattants prêts à l'action. Un virilisme assumé, présenté bien souvent sur un ton humoristique, mais revendiqué comme une réponse à une société occidentale qu'ils accusent de décadence. Pour eux, un homme doit être armé idéologiquement et physiquement. «Le virilisme est un grand classique de l'extrême droite. Ça non plus, ça ne date pas d'hier. Mais aujourd'hui ils se placent aussi en combattants et en vrais défenseurs de la civilisation européenne», explique Stéphane François.

Croisade approximative

Les historiens observent avec une certaine ironie ces publications qui pullulent sur internet. Ces militants d'extrême droite s'imaginent toujours comme faisant partie d'une élite guerrière, occultant au passage que la société du Moyen Âge était composée à plus de 80% de paysans. «Outre le détournement historique, avec leur vision, ils oublient seulement que l'omniprésence des guerres au Moyen Âge réserve un sort peu enviable à l'immense majorité de la population. Tout le monde n'était pas chevalier», rappelle Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême droite.

La place des femmes dans la société semble elle aussi avoir été oubliée. «Un certain nombre de femmes jouent un rôle, elles ne sont pas complètement à la ramasse. Mais pour bien appréhender ce qu'étaient les rôles des hommes et des femmes du Moyen Âge, il faut se pencher sur la littérature scientifique», rappelle Jean-Yves Camus.

Ce cheminement s'est également fait en opposition à l'islam.

Ces militants défendent la virilité, mais aussi un ensemble de valeurs liées à l'image que l'on se fait du chevalier. «Leur vision du Moyen Âge, ce sont les chevaliers, le sacrifice, l'honneur, le courage, les troubadours… Il y a un côté Monty Python», s'amuse presque Jean-Yves Camus. L'ancien cadre des jeunes FN Julien Rochedy consacre justement une conférence de trois heures, accessible sur YouTube, à la figure du chevalier. Dans cette vidéo intitulée «La chevalerie: histoire et idéal», il parle de croisades, d'amour courtois, de catholicisme, et consacre des passages à la vie de grands personnages du Moyen Âge. Quitte parfois à réécrire un peu l'histoire.

«Les croisades c'est une majorité de Français», lâche par exemple l'essayiste. «Toujours pas, Julien! Le corps principal est celui de Saint-Gilles, donc des Provençaux. Si on ajoute les Normands, Allemands, Italiens, Flamands, Espagnols, Bretons, etc.: les vrais “Français” sont minoritaires», répond dans un thread sur Twitter le compte Actuel Moyen Âge, un blog alimenté par des historiens, doctorants et médiévistes. Dans ce fil, les auteurs relèvent un certain nombre d'inexactitudes avancées par l'ancien FN lors de sa conférence aux 760.000 vues. «Il faut laisser aux médiévistes le soin de dépoussiérer le Moyen Âge, ils le font très bien», commente Jean-Yves Camus.

Les croisades sont également un des thèmes récurrents des vidéastes d'extrême droite. Les identitaires, qui ont longtemps préféré le paganisme, se sont tournés vers la religion catholique, la considérant comme l'élément fondateur de la civilisation européenne. Ce cheminement s'est également fait en opposition à l'islam. «Cette idée se diffuse un peu partout à partir du 11-Septembre. Aujourd'hui, ces militants se perçoivent comme des nouveaux chevaliers. Ils ne combattent plus le dragon, mais un danger bien plus grand selon eux: le chaos racial à venir. Ils se voient comme les nouveaux croisés», analyse Stéphane François.

Newsletters

Après l'affaire Quatennens, les nuages s'accumulent pour Jean-Luc Mélenchon

Après l'affaire Quatennens, les nuages s'accumulent pour Jean-Luc Mélenchon

Absent de l'Assemblée nationale depuis les dernières législatives, le chef historique de La France insoumise vient de subir une série de revers politiques. Un début de déclin?

«Black Mirror» avait mieux compris l'importance du discrédit politique que les pros du secteur

«Black Mirror» avait mieux compris l'importance du discrédit politique que les pros du secteur

L'épisode «Le show de Waldo», consacré à la candidature d'un personnage de cartoon carburant aux injures à une élection partielle, semblait peu réaliste. Mais la nuit du 8 novembre 2016 a prouvé que la réalité avait dépassé la fiction.

Le 80e congrès du PS pour les nuls

Le 80e congrès du PS pour les nuls

Fin janvier, à Marseille, les membres du parti à la rose diront s'ils veulent poursuivre avec leur premier secrétaire et avec la Nupes. Deux candidats essaient de ravir le poste à Olivier Faure.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio