Société

Les opposés ne s’attirent plus 

Temps de lecture : 2 min

L’adage qui voudrait qu’en amour les opposés s’attirent est de moins en moins pertinent, selon la science. 

Les applications de rencontre auraient même tendance à accentuer l'obscolescence de cet adage. | Min an via Pexels 
Les applications de rencontre auraient même tendance à accentuer l'obscolescence de cet adage. | Min an via Pexels 

Nombreuses sont les séries américaines se déroulant au lycée où la meilleure élève de la classe s’éprend du bad boy du dernier rang, où le scientifique un peu timide finit par tomber amoureux d’une adolescente nulle en maths. Dans la culture populaire et médiatique, les personnes radicalement différentes semblent se réunir grâce à la force de l’amour. Peut-être même que vous connaissez certains couples qui correspondent parfaitement à cette description et dont la longévité relationnelle étonne.

Pour la BBC, Jessica Klein s’est intéressée à cette idée reçue. S’il est compliqué de remonter aux origines exactes de l'adage, la journaliste en a trouvé la trace dans les travaux du sociologue Robert F. Winch. En 1954, il travaille sur la «recherche de complémentarité dans la sélection d’un partenaire», cela signifierait, par exemple, que les personnes introverties s'intéressent davantage aux personnes extraverties pour en être influencées. Dix ans plus tard, les travaux du psychologue Donn Byrne concluent l’inverse: nous aurions tendance à apprécier une personne qui nous est inconnue si on lui reconnaît des qualités semblables aux nôtres.

En 2017, la professeure de psychologie Angela Bahn étudie 1.500 couples et élabore un système de mesures statistiques pour déterminer si les deux partenaires se ressemblent tant sur le comportement que sur les valeurs, la pratique des loisirs ou la consommation d’alcool. En moyenne, ils partagent 86% des variables mesurées et ce, sans que la durée de la relation influence le résultat.

Elle découvre aussi que c'est au niveau de la personnalité que les couples ont le moins de similitudes. En prenant en compte pour mesurer la personnalité les «Big Five» ou «cinq grands traits de personnalité» (ouverture, conscience, extraversion, amabilité et névrose), Bahn note que certains assemblages sont très rares ou semblent moins fonctionner: «deux personnes très dominantes vont éprouver des difficultés à s'entendre, c’est un endroit où la complémentarité ou “l'attraction des opposés” fonctionne.»

La même année, une enquête de la psychologue Youyou Wu suggère –grâce à l'étude des profils Facebook de 1.000 couples et 50.000 couples d’amis– que les opposés ne s’attirent pas du tout et ce même quand il s’agit de personnalité.

Les applications de rencontre auraient même tendance à accentuer cela. En 2020, sur Tinder, les mentions «Black Lives Matter» ou BLM, marque de soutien au mouvement antiraciste américain, ont été multipliées par 55. Ces mentions servent souvent à indiquer qu’il est impossible pour la personne de sortir avec quelqu’un ne soutenant pas le mouvement.

De plus, les algorithmes utilisés par la plupart de ces applications rapprochent des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt. En 2016, au moment des élections présidentielles américaines, plusieurs applications pour les électeurs et électrices de Donald Trump ont été créées. Sur OkCupid, en s’inscrivant, il faut remplir un questionnaire qui permet de mentionner (si la personne le souhaite) son opinion politique, son intérêt pour le féminisme, l’écologie, etc. «L’adage pourrait bien être en bonne voie vers l’obsolescence», indique la journaliste.

Newsletters

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Tué de dix-sept coups de couteau en 1983 par un certain Pascal Dolzan, le musicien québécois est l'une des trois victimes d'une virée macabre en ayant fait deux autres.

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Pourquoi vous n'êtes pas d'accord avec votre thermostat

Ça peut être lui. Mais ça peut être vous.

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Surveillance de masse, novlangue managériale, rééducation au bonheur... Si certaines techniques de management ont de faux airs de dystopie, les romans «1984» et «Le Meilleur des mondes» ne sont pas toujours invoqués à bon escient.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio