Parents & enfants / Société

Pourquoi les parents choisissent des prénoms de plus en plus originaux?

Temps de lecture : 2 min

Aux quatre coins du monde, les bébés se voient dotés de prénoms uniques, voire bizarres. Les prénoms ordinaires s'oublient et laissent place à l'imagination.

Les baby-boomers ont été les premiers à donner des noms plus «cool» à leurs enfants. | CHUTTERSNAP via Unsplash
Les baby-boomers ont été les premiers à donner des noms plus «cool» à leurs enfants. | CHUTTERSNAP via Unsplash

Aëlle, Othilie ou encore Théoxane, tous ces prénoms ne vous sont certainement pas familiers. Pourtant, sur internet, des dizaines de sites répertorient des noms plus originaux les uns que les autres.

Le choix d'un prénom de bébé est un processus chargé d'émotion. C'est une décision qui aura un impact à long terme sur la vie du nouveau-né. Les prénoms forment une identité, peuvent être la cause de moquerie ou de stéréotypes et iront jusqu'à compromettre l'avenir professionnel de celui ou celle qui le porte.

Les tendances de prénoms proviennent de nos cultures, qui évoluent perpétuellement. Et cette nouvelle mode –de donner des noms uniques aux enfants– révèle un nouvel aspect de notre société: le passage du collectivisme à l'individualisme. Les parents du XXIe siècle choisissent des noms anticonformistes pour permettre à leur enfant de se démarquer, au lieu de s'intégrer.

Une tradition de conformité

Au cours des siècles derniers, la tradition était à la conformité, explique Laura Wattenberg, fondatrice de numerology.com et auteur de The Baby Name Wizard. «Les parents ont simplement fait ce qui a toujours été fait», assure-t-elle. En Angleterre notamment, les prénoms William et John étaient les noms de garçons les plus donnés de 1200 à 1930.

Cette coutume, quelque peu redondante, était principalement fondée sur des liens religieux et ancestraux. Les prénoms venaient pour la plupart des saints catholiques et le reste de principes moraux comme la foi ou la miséricorde –par exemple Béthanie «miséricorde, grâce et bénédiction». De même pour les pays arabes et sud-asiatiques, la religion prônait dans ce choix crucial. Les noms musulmans traditionnels comprenaient des personnalités historiques présentes dans l'islam. Selon le développement ou le déclin de la religion, cette tradition n'a pas perduré dans chaque famille.

Des recherches ont démontré que la diminution des noms ordinaires aux États-Unis remontait aux années 1950. «Les baby-boomers ont été les premiers parents qui voulaient être cool et qui voulaient que leurs enfants soient cool aussi», détaille Pamela Redmond, écrivaine de What to name your baby now.

Grâce au lancement d'internet et des réseaux sociaux, le désir de donner des noms distinctifs s'est renforcé. Les milléniaux sont allés un peu plus loin. «Ils se sont habitués au modèle d'un nom d'utilisateur –votre identifiant unique dans un système social», analyse Laura Wattenberg. «Les parents tapent un nom qu'ils envisagent dans un moteur de recherche et s'inquiètent si ce dernier est déjà pris ou non.»

«Il a été confirmé que l'indice des noms de bébés uniques est un indicateur valable de l'individualisme», précise Yuji Ogihara, chercheur à l'Institut des arts et des sciences de l'université des sciences de Tokyo. «Des preuves empiriques montrent que les noms courants sont moins fréquemment donnés aux bébés dans des pays plus individualistes» tels que les États-Unis, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Newsletters

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

Laissez les enfants se débrouiller avec leurs devoirs, c'est pour leur bien

L'intervention des parents a toutes les chances d'être contre-productive. Voici pourquoi.

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Le passé de nos grands-parents influe sur notre génétique

Problèmes relationnels, traumatismes, santé défaillante... Vos grands-parents pourraient y être pour quelque chose.

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Allaitement dans l'espace public: à quand la fin du «vide juridique»?

Les cas de femmes se voyant refuser cette possibilité font souvent la une des médias. Élues et associations tentent aujourd'hui de garantir ce droit.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio