Monde

Guerre en Ukraine: Poutine jette le masque

Temps de lecture : 2 min

Jeudi 24 février, à l'aube, Vladimir Poutine a déclenché une attaque militaire en Ukraine. Il n'y a plus aucun doute: le Kremlin veut provoquer la défaite militaire du régime afin de prendre le contrôle total du pays.

Une pancarte avec une image du président russe Vladimir Poutine avec écrit: «Nous sommes avec lui pour la souveraineté de la Russie! Et vous?», devant le bâtiment de la Douma de la Fédération de Russie dans le centre de Moscou le 24 février 2022. | Kirill Kudryavtsev / AFP
Une pancarte avec une image du président russe Vladimir Poutine avec écrit: «Nous sommes avec lui pour la souveraineté de la Russie! Et vous?», devant le bâtiment de la Douma de la Fédération de Russie dans le centre de Moscou le 24 février 2022. | Kirill Kudryavtsev / AFP

Poutine a enfin jeté le masque. Il nie la souveraineté de l'Ukraine, et agit en conséquence. Ses déclarations lors de la réunion du conseil de sécurité russe ainsi que celles de dignitaires du régime, et surtout celles de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ont dévoilé sa vision de l'Ukraine et les buts qu'il poursuit en envahissant les oblasts de Donetsk et Luhansk.

Lavrov a ainsi déclaré: la reconnaissance par la Russie de l'indépendance des deux enclaves de l'est implique que, puisque l'Ukraine a perdu le contrôle de ces deux régions, elle n'est plus une nation souveraine. Seuls les États qui représentent l'ensemble de leur population peuvent être considérés comme des États souverains et personne ne peut arguer que le régime ukrainien, fondé sur le «coup d'État» de 2014, représente l'ensemble du peuple qui vit sur le territoire de l'État ukrainien. Dans ces conditions, il n'y a plus d'État ukrainien.


Pire encore, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que la Russie reconnaissait l'indépendance, non pas seulement des territoires réellement tenus par les séparatistes, mais de la totalité des deux oblasts, y compris les régions encore tenues par les «rebelles» [c'est-à-dire le régime ukrainien, ndlr]. Ce qui laisse entendre que l'armée russe poursuivra l'invasion de l'Ukraine pour s'emparer de ces régions sous contrôle ukrainien. L'examen de la carte ci-dessous montre qu'il s'agit de territoires importants.

Cela signifie que logiquement les Russes veulent contraindre l'Ukraine à la guerre et provoquer la défaite militaire du régime afin de prendre le contrôle total du pays pour y installer un gouvernement à leur main. Poutine n'a-t-il pas dit que l'Ukraine n'existait pas en tant qu'entité distincte de la Russie?

Si cette analyse est exacte, nous assistons non pas seulement à un réveil de la guerre froide mais à tout autre chose, d'autant que la Russie s'est emparée à l'occasion de la Biélorussie, transformé en Satrapie, et où les troupes russes sont désormais installées à demeure. Cette avancée stratégique menace donc directement les anciennes démocraties populaires ayant rejoint l'OTAN, mais aussi et surtout les pays Baltes, trois anciennes RSS qui sont elles aussi membres de l'OTAN mais où vit une importante minorité russophone. Il s'agit d'une rupture fondamentale de l'ordre européen et de l'établissement d'une nouvelle ligne de front en Europe avec une Russie à l'offensive.

Le fait que la Russie rejette clairement le principe d'une communauté internationale fondée sur un ensemble d'États souverains représente un danger existentiel pour ses voisins d'autant qu'elle exige que l'OTAN s'en retire.

Car ce qui se passe en Ukraine est limpide. S'il suffit désormais d'envahir une portion d'un pays pour clamer l'illégitimité de son régime et le détruire, on comprend que la période dans laquelle nous entrons risque de transformer l'Europe orientale en une jungle dans laquelle la seule loi en vigueur sera la loi du plus fort. Or le plus fort est aujourd'hui la Russie.

Newsletters

Déçu

Déçu

Comment le FSB a gangréné la vie politique moldave

Comment le FSB a gangréné la vie politique moldave

Différents documents du service des renseignements russe montrent comment la Russie étend son influence dans l'ancienne république soviétique. Plongée dans une de ces guerres hybrides que le Kremlin mène depuis des années.

«Je ne peux pas penser à autre chose qu'à l'argent»: ces Français qui songent à quitter Londres

«Je ne peux pas penser à autre chose qu'à l'argent»: ces Français qui songent à quitter Londres

Inflation monstre, augmentation des loyers, instabilité politique... Pour beaucoup, il est devenu intenable de rester vivre dans la capitale britannique. Reste une solution: rentrer en France.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio