Monde

Poutine croit avoir gagné, mais de sérieux revers l'attendent

Temps de lecture : 7 min

Après la reconnaissance unilatérale de l'indépendance des républiques séparatistes dans le Donbass, le président russe semble s'imposer comme le grand vainqueur de trois mois de crise internationale autour de l'Ukraine. Il faut voir au-delà pour comprendre qu'il n'en est rien.

Le président russe Vladimir Poutine signe des documents, dont un décret reconnaissant l'indépendance de deux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine soutenues par la Russie, lors d'une cérémonie au Kremlin à Moscou le 21 février 2022. | Alexey Nikolsky / Sputnik / AFP
Le président russe Vladimir Poutine signe des documents, dont un décret reconnaissant l'indépendance de deux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine soutenues par la Russie, lors d'une cérémonie au Kremlin à Moscou le 21 février 2022. | Alexey Nikolsky / Sputnik / AFP

«Et le vainqueur est encore… Vladimir Poutine.» Partout en Europe et aux États-Unis, on déplore que le président russe s'impose d'ores et déjà comme le grand gagnant des trois mois de crise internationale autour de l'Ukraine.

En quelques semaines, à l'aide d'exercices militaires et de cyberattaques, en reconnaissant unilatéralement les républiques séparatistes autoproclamées et en envoyant ses troupes officiellement sur le territoire ukrainien, la Russie a tout à la fois réussi à se replacer au centre des relations internationales, à dicter son agenda de négociations aux chancelleries occidentales et à plonger les Européens dans la crainte d'un nouveau conflit armé de grande ampleur sur leur continent. En somme, une victoire totale sans tirer un seul coup de canon.

Ces gains sont indéniables pour la présidence russe. Mais le bilan de trois mois de crise est plus contrasté qu'il n'y paraît. En effet, les succès fortement médiatisés de court terme ne doivent pas faire oublier les revers de plus long terme –qui passent souvent inaperçus. Loin de restaurer l'empire, la Russie a définitivement perdu l'Ukraine; loin d'infliger un camouflet aux États-Unis, la crise a revivifié l'OTAN; loin de marginaliser les Européens, les tensions ont remobilisé le couple franco-allemand et dissipé la «fatigue ukrainienne».

L'Ukraine définitivement perdue pour la Russie

Depuis trois mois, la Russie fait sentir à son voisin direct tout son poids pour lui barrer la possibilité de mener une politique étrangère autonome. Le territoire de cet État est morcelé, son identité nationale niée et sa légitimité récusée. En outre, la Russie mine la crédibilité de l'État ukrainien en le montrant incapable de rétablir l'ordre sur son propre territoire. Toutefois, aujourd'hui plus que jamais, le retour de l'Ukraine dans le giron russe paraît définitivement impossible.

Depuis 2014 au moins, la Russie tente de juguler la réorientation stratégique et économique de l'Ukraine vers l'Union européenne et l'OTAN: dès 2013, elle avait essayé la diplomatie en faisant adhérer l'Ukraine à son Union économique eurasiatique plutôt qu'à un partenariat approfondi avec l'Union européenne. Elle avait ainsi déclenché (malgré elle) le mouvement Euromaïdan et le renversement de la présidence pro-russe de Ianoukovytch.

Pour discréditer l'État ukrainien, la Russie avait ensuite utilisé tout à la fois la subversion et la force en annexant la Crimée et en soutenant les séparatismes en Ukraine orientale en 2014; puis elle avait régulièrement déstabilisé le pays en rallumant régulièrement des combats sur le terrain et des attaques dans le cyberespace. La crise sciemment causée par les exercices militaires commencés en décembre 2021 constitue le point culminant de cette stratégie de la déstabilisation durable du jeune et fragile État ukrainien.

Mener des exercices militaires continûment sur la frontière russo-ukrainienne, puis en Biélorussie, en Crimée et en mer Noire, c'est, pour la Russie, un moyen de faire comprendre à l'opinion mondiale que l'Ukraine ne peut être défendue militairement car elle est encerclée. C'est donc, aux yeux des Ukrainiens eux-mêmes, souligner que leur État n'est pas capable d'assurer lui-même sa souveraineté. Déstabiliser, discréditer et affaiblir: telle est la doctrine russe depuis 2014 au moins.

Malgré la démonstration de force impressionnante sur toutes les frontières de l'Ukraine et désormais dans le bassin du Don (Donbass), la Russie pourrait n'engranger que de maigres et provisoires résultats: la société civile ukrainienne est restée mobilisée contre les ingérences russes, les forces armées ont résisté aux provocations, le gouvernement est resté ferme dans sa défense de la souveraineté nationale. Aujourd'hui, l'Ukraine est en piteux état mais elle est définitivement perdue pour la Russie.

La plus importante des anciennes républiques socialistes soviétiques est irrémédiablement tournée vers l'Occident sur tous les plans. La majorité de la population ne veut pas rejoindre la Fédération; les élites accélèrent la redéfinition de l'identité nationale séparément de la Russie; les Occidentaux font bloc pour assurer son indépendance. La reconnaissance de l'indépendance de régions séparatistes acte la limite des marges d'action russe dans ce pays. Certes, la Fédération a sans doute les moyens militaires de tenir ces territoires. Elle a également les capacités militaires d'établir, au prix de violents combats, une continuité territoriale avec la Crimée en prenant Marioupol et en faisant de la mer d'Azov un «lac russe».

Mais elle n'aura assurément pas les ressources diplomatiques, économiques, politiques et administratives pour intégrer l'Ukraine. Le «joyau» de l'ancienne URSS échappe pour longtemps à la zone d'influence russe. La Russie doit se contenter de lambeaux d'Ukraine: la base militaire de la Crimée et les zones tampons du Donbass.

L'OTAN en résurrection

En déclenchant cette crise et en tenant le rapport de force sur la durée avec les États-Unis, la Fédération de Russie a obtenu plusieurs succès internationaux auxquels elle tient depuis l'humiliation des années 1990: elle traite d'égal à égal avec les États-Unis et compense ainsi son infériorité dans le partenariat avec la République populaire de Chine; elle fait entendre ses priorités stratégiques (l'arrêt des élargissement de l'OTAN); elle manifeste au monde la reconstruction de sa puissance militaire engagée en 2009. Néanmoins, cette victoire de prestige ne doit pas occulter un revers moins évident: la Russie a contraint les États-Unis à s'impliquer en Europe plus qu'ils ne le souhaitent.

Annoncée depuis au moins l'administration Obama, la réorientation stratégique des États-Unis vers l'Asie s'est confirmée avec les deux administrations Trump et Biden. Dans la gigantomachie du XXIe siècle entre Américains et Chinois, la Russie était rétrogradée au rang de rival secondaire. Cela froissait la fierté nationale mais offrait à la présidence Poutine des marges d'action supplémentaires. Face à des Européens mal à l'aise avec les politiques de puissance, la Russie pouvait compenser ses faiblesses économiques par un hard power reconstitué et utilisé sans complexe. Diviser l'Europe, faire sentir le besoin d'un gaz russe très coûteux et jouer des muscles face à une Europe peu militarisée: telle aurait pu être la doctrine russe. Mais un autre choix a été fait, qui n'est pas nécessairement gagnant à long terme pour la Russie.

Après trois mois de crise, plus que jamais depuis la Guerre froide, les États-Unis sont investis en Europe orientale: l'OTAN est revenue de son désormais célèbre état de «mort cérébrale» déclaré par le docteur Macron. Elle est devenue le principal casus belli en Europe et un facteur de polarisation stratégique: la Russie l'a rendue à son statut d'ennemi public n°1; les États-Unis ont été contraints de relégitimer l'Alliance; et les Européens l'ont en grande partie replacée au centre de leurs priorités. À Washington, les anciens de l'OTAN ne sont plus des has been face aux spécialistes de l'Asie et de la Chine: ils ont repris une place centrale dans la politique étrangère. Malgré eux, les États-Unis ne peuvent quitter le front européen, du moins dans l'immédiat.

En somme, dans la crise en cours, les autorités russes ont privilégié la victoire symbolique (le statut de rival et partenaire des États-Unis) au résultat durable (la négociation d'une nouvelle architecture de sécurité avec les Européens).

La remobilisation des Européens

Depuis longtemps maintenant, la Russie joue habilement des dissensions internes de l'Union, de sa dépendance au gaz et de la faiblesse de son appareil militaire. En décembre 2021 et en janvier 2022, elle a poussé son avantage jusqu'à marginaliser les Européens en les tenant loin des pourparlers avec les États-Unis. Toutefois, la longueur et la gravité de la crise ont entraîné un retour de balancier: la remobilisation de l'Union européenne face à la Russie.

La présidence française, la chancellerie allemande, le Haut Représentant Borrel et toutes les institutions européennes se sont lentement mais graduellement mises en mouvement dans cette «valse européenne» à trois temps conceptualisée par Elie Cohen et Richard Robert. Elles ont d'abord conjuré le spectre de la marginalisation stratégique sur le continent en rétablissant le dialogue direct avec le Kremlin. Loin d'aller à Canossa, le président Macron et le chancelier Scholz ont mis en branle un mouvement européen: lent à démarrer, il a ensuite préparé un train de nouvelles sanctions et est resté inflexible sur la souveraineté de l'Ukraine. Il a rendu au «format Normandie» (entre Européens) sa légitimité. Le chancelier allemand a même rappelé à Kiev la nécessité de tenir parole sur les réformes internes de l'Ukraine (décentralisation) prévues par les Accords de Minsk. Si une certaine «fatigue ukrainienne» avait saisi les Européens après plus de six ans de conflit larvé, la crise actuelle a, en trois mois, replacé la souveraineté ukrainienne au centre de la définition des intérêts stratégiques européens.

Là encore, le succès médiatique immédiat de la Russie sur la scène internationale ne doit pas occulter un revers de plus longue durée: l'unité européenne s'est retrempée dans le soutien à la souveraineté de l'Ukraine et dans l'élaboration de sanctions. En outre, cette crise a constitué un véritable baptême du feu diplomatique pour le chancelier Olaf Scholz. Alors qu'il prônait l'apaisement contre sa propre coalition arc-en-ciel, il est devenu l'avocat de la sécurité européenne à Washington et à Moscou.

La Russie, source de crises

La Russie risque également un revers de long terme auprès de ses rivaux et auprès de ses alliés, chinois notamment. La reconnaissance de l'indépendance des républiques séparatistes autoproclamées expose toute l'Eurasie à une triple crise financière et démographique.

Financière d'abord, car la Russie apparaîtra comme une source d'incertitude telle qu'elle découragera les investissements dont elle a tant besoin. Elle entraînera les places boursières dans sa spirale de crise au risque d'un krach important. Sur le plan économique, les prix des hydrocarbures risquent une hausse supplémentaire: cela fera engranger à la Russie de nouvelles recettes à court terme. Mais à long terme, tous les États de l'Union européenne tenteront d'accélérer la diversification de leurs approvisionnements, privant la Russie de sa rente gazière et pétrolière européenne.

Enfin, la Russie risque d'organiser sciemment une crise des réfugiés ukrainiens en Europe. À court terme, elle déstabilisera ainsi les États de l'est du continent, selon sa stratégie éprouvée. Mais à long terme, elle perdra incontestablement son attrait pour ceux qui, en Europe, se faisaient ses avocats, qu'il s'agisse d'États (Hongrie, Chypre, etc.) ou d'hommes politiques. Depuis 1991, la Russie cherche à retrouver son statut de puissance d'équilibre. La situation actuelle annule ses efforts en la posant en principale origine des déséquilibres en Eurasie.

Les gains incontestables de la Russie dans cette crise de trois mois pourraient bien ressembler, à terme, à une victoire à la Pyrrhus.

Newsletters

En Ukraine, des voleurs tentent de dérober un mur peint par Banksy

En Ukraine, des voleurs tentent de dérober un mur peint par Banksy

La police de Hostomel a pu récupérer le bout de mur signé par le street artist, découpé par les voleurs.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 novembre au 2 décembre 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 novembre au 2 décembre 2022

Manifestations en Chine contre les restrictions liées au Covid-19, éruption du Mauna Loa sur l'île d'Hawaï, premier arbitrage d'un match de Coupe du monde par une femme... La semaine du 26 novembre au 2 décembre en images.

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

L'essayiste pense que les experts qui affirment que le conflit va s'enliser se trompent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio