Sciences

Faut-il des catastrophes climatiques pour que l'Europe se mette au vert?

Temps de lecture : 2 min

Le vote pour les Verts progresse à travers l'Europe, à mesure que les événements climatiques extrêmes se succèdent.

Des pompiers tentent d'éteindre un feu de forêt à Gonfaron, dans le département du Var, le 17 août 2021. | Nicolas Tucat / AFP
Des pompiers tentent d'éteindre un feu de forêt à Gonfaron, dans le département du Var, le 17 août 2021. | Nicolas Tucat / AFP

Quelle est l'influence des événements météorologiques sur les habitudes de vote des Européens? Les inondations et les vagues de chaleur apportant sécheresse et feux de forêts sont-elles susceptibles de faire pencher les citoyens vers un vote vert? D'après une étude publiée ce mois-ci dans la revue scientifique Nature Climate Change, il semblerait bien que oui.

En analysant les résultats des six dernières élections européennes, depuis 1994 jusqu'en 2019 (ce qui concerne 28 pays), croisés avec les données de l'Eurobaromètre (2002-2019, pour 34 pays), une équipe de chercheurs a retracé l'évolution des préoccupations et des votes en Europe, pour déterminer l'impact des événements climatiques extrêmes sur les résultats électoraux, et notamment sur le soutien des populations aux partis verts.

À LIRE AUSSI

«Don't Look Up»: pour les scientifiques, la réalité est encore pire que la fiction

Prise de conscience

Au cours des trois dernières décennies, le dérèglement climatique est passé du statut de menace théorique, à celui d'une catastrophe dont les effets bien réels et dévastateurs ont pu être directement subis par une partie de la population.

La prise de conscience de l'urgence climatique a progressivement fait son chemin dans le débat public, et s'est traduite par un soutien croissant des électeurs pour des candidats mettant en avant la nécessité d'instaurer une économie plus verte, et un système de société durable.

Significativement, les Verts ont réalisé de meilleurs scores là où les catastrophes naturelles ont été les plus graves. On remarque que la tendance est plus marquée dans le nord et l'ouest de l'Union européenne, au niveau des zones où le climat, continental ou océanique, est plus froid, et où les extrêmes sont devenus plus perceptibles. Inversement, elle apparaît plus faible dans les régions au climat méditerranéen, plus chaud.

D'après les auteurs de l'étude, les personnes ayant fait l'expérience de conditions météorologiques inhabituelles ou d'événements climatiques extrêmes sont «plus susceptibles de croire en l'existence du réchauffement de la planète et de ses causes anthropiques».

Ces tendances sont pondérées au niveau régional par le niveau de revenu des habitants: on observe ainsi que le soutien de la population à des actions climatiques et aux partis verts est plus élevé lorsque cette dernière est aisée et évolue dans des conditions économiques favorables. Cela est en partie lié au fait que les régions les plus riches sont plus exposées aux événements climatiques extrêmes. En Europe, la progression du vote vert est particulièrement forte dans les centres urbains.

Pour les chercheurs, ces résultats devraient être pris en compte dans les efforts visant à promouvoir l'action climatique déployée dans le cadre de l'accord de Paris.

En ce qui concerne les élections du Parlement européen, elles se déroulent selon le principe de la représentation proportionnelle, de telle sorte que les partis minoritaires, comme le sont les Verts, obtiennent des sièges même si le total de leurs voix est relativement faible. Actuellement, les Verts détiennent 69 sièges sur 705 au Parlement européen.

Newsletters

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

Il permettrait de réaliser d'incroyables économies et de rendre les voyages spatiaux plus simples et plus verts.

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Il faut un certain laps de temps avant que le moteur s'arrête totalement.

Quelle est la découverte archéologique la plus déprimante?

Quelle est la découverte archéologique la plus déprimante?

Un ensemble de trouvailles souligne à quel point l'être humain moderne n'a pas inventé l'eau chaude.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio