Culture

Comment écrire un roman en neuf étapes

Temps de lecture : 4 min

Liste non exhaustive et subjective.

À la première étape, je fais attention à ce que l'idée principale derrière le livre tienne la route.| Gift Habeshaw via Unsplash
À la première étape, je fais attention à ce que l'idée principale derrière le livre tienne la route.| Gift Habeshaw via Unsplash

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «À quoi prêtez-vous attention lors de l'écriture et dans le processus créatif?»

La réponse de Maiwenn Alix:

Je prête attention à de nombreuses choses, mais pour que vous compreniez lesquelles, il faut que je vous parle un peu de mon processus créatif.

1.

Je commence par résumer mon idée d'histoire en une phrase. Pourquoi? Parce que je veux être capable d'identifier quel va être l'enjeu principal de mon roman, quelle va être sa moelle. À cette étape-là, je fais donc attention à ce que l'idée principale derrière le livre tienne la route.

2.

Je rédige ensuite une courte note d'intention. Je veux expliciter ce que je veux faire passer dans le texte, les thèmes que je veux aborder, les idées qui me tiennent à cœur: je fais donc attention à définir clairement ce dont je veux vraiment parler.

3.

Je construis mon univers: ses règles, ses structures politiques, ses technologies, ses systèmes... Je veux être capable de m'y balader mentalement, de savoir ce que les personnages que j'y placerai seront capables de faire ou pas, quels seront les obstacles auxquels ils seront naturellement confrontés de par leur condition sociale, leur sexe, leur orientation, leur culture.

Par exemple, si j'imagine un monde où des aliens ont mis l'humanité en esclavage: quels sont les droits des humains? Qui les possède? Un seul alien? Une famille? Un clan? Que peuvent-ils faire d'eux? Quelles sont les tâches qu'on leur demande d'accomplir? Peuvent-ils s'affranchir? Y a-t-il des humains avec un rang plus élevé? Qui contrôle les autres? Y a-t-il une résistance? Où se cache-t-elle? Comment se nourrit-elle? Comment punit-on un humain qui s'enfuit? Que risquent les hors-la-loi? Comment les aliens sont-ils organisés? Et ainsi de suite. Là, je fais attention à la cohérence du monde que j'élabore, afin que le lecteur ait la sensation de s'immerger dans un univers réaliste.

4.

Je construis mes personnages: je rédige leur biographie complète, leur donne des hobbies, des aspirations, des motivations, je décris quel arc je veux leur faire parcourir. L'idée est ici de savoir comment, confrontés à un événement du récit, ils vont réagir, et de faire attention à ce que leurs actions soient motivées et encore une fois, cohérentes avec leurs personnalités et ce qu'ils désirent accomplir.

Par exemple, si j'imagine une héroïne esclave d'un alien et dont la motivation principale est de retrouver sa famille dont elle a été séparée au moment de l'invasion... Comment va-t-elle réagir si elle apprend que son petit frère a été vendu à un clan à l'autre bout de l'Europe? Que va-t-elle vouloir échafauder comme plan pour le retrouver? Comment va-t-elle vaincre ses peurs et ses doutes afin de s'enfuir et partir à sa recherche? Le lecteur doit pouvoir comprendre son parcours et son chemin de réflexion. Je veux éviter le «mais pourquoi fait-elle ça?».

5.

Une étape optionnelle ici, mais que je fais très souvent: j'écris du point de vue de mon personnage principal une journée ordinaire. Le but est de voir si j'ai oublié des détails dans la construction du monde ou dudit personnage: que mange-t-elle le matin? Et d'où ça vient? Est-ce qu'elle aime devoir s'occuper des champs pour le compte de son maître alien ou au contraire, déteste-t-elle cette tâche? A-t-elle peur? Quelquefois, lorsqu'elle croise les envahisseurs? Ou en permanence, parce que le contremaître est zélé?

6.

Je construis ensuite mon intrigue, c'est-à-dire que je mets mes personnages en action dans mon univers. Là, je fais déjà attention à ce que j'ai mentionné dans tous les points précédents, mais en plus de ça, je m'assure de plusieurs choses dont voici une liste non exhaustive: je m'assure que mes enjeux soient suffisamment forts et surtout suffisamment clairs, j'évite d'utiliser un deus ex machina ou une résolution miraculeuse des problèmes de mes personnages (les heureux hasards existent, mais ils sont rares et doivent donc le rester), je prends soin d'anticiper les réactions de tous mes personnages à chaque événement (si mon héroïne s'échappe de prison, je dois en conséquence imaginer la réaction des autorités, ajouter de possibles nouveaux obstacles comme un avis de recherche et une forte récompense en cas de capture ou dénonciation...), je dois faire attention à des détails comme le temps de parcours à pied d'un point A à un point B (si mon héroïne part à pied en pleine campagne de la France vers la Pologne, par exemple), je dois faire attention au rythme, prendre soin d'éliminer d'ores et déjà des temps mort ou des chapitres qui n'apportent rien à l'histoire (est-ce que ça vaut la peine de décrire sur un chapitre un parcours en rase campagne où je vais me contenter de décrire le paysage?)... et enfin, je fais attention à ce que mon dénouement soit calé au millimètre: si les intentions cachées d'un des personnages, un traître par exemple, sont révélées à la fin, je devrai intégrer des petits détails avant qui prendront toute leur signification lors d'une ultime confrontation et surtout, je dois m'assurer que ladite confrontation soit parfaitement claire pour que l'on comprenne la machination.

7.

Je passe ensuite à l'écriture proprement dite. Là, je garde en tête tous les points précédents, mais je fais aussi attention aux nouvelles idées que l'écriture peut générer: une scène trop lente lorsque mon héroïne travaille normalement dans l'exploitation agricole? Et si je pimentais un peu les choses en rendant son tracteur défectueux et en agitant devant elle la menace de se voir fouettée parce qu'elle n'aura pas effectué les tâches de la journée? Ou atomisée plutôt? Je pèse les options, leur impact sur le rythme de la scène, sur le reste de l'intrigue... et je choisis ensuite d'utiliser l'idée ou de la rejeter.

En plus de la cohérence d'ensemble de mon histoire, c'est là que je dois aussi faire attention à l'écriture: le rythme, les répétitions, la syntaxe... Et puis j'ai des tics, comme tout écrivain, j'ai donc une liste de mots ou structures de phrases désormais plus ou moins interdites. J'essaierai d'apporter le plus de soin possible à mon premier jet –c'est déjà ça de moins à reprendre plus tard.

8.

Après avoir terminé mon premier jet, je l'envoie en bêta-lecture. Là, je fais attention aux remarques concernant la cohérence (de l'intrigue, de l'univers, des personnages) et le rythme (longueurs ou au contraire, passages trop courts et pas suffisamment exploités). Un retour sur trois ou quatre qui pointe que mon début est trop long, je peux éventuellement l'ignorer... Deux ou trois: ça signifie que je dois le retravailler.

9.

Et enfin, je ferai attention aux remarques de mon éditrice pour corriger le roman!

Voilà, cette liste est bien sûr non exhaustive et spécifique à mon propre processus, mais j'espère vous avoir éclairé.

Newsletters

À l'heure de Tsai Ming-liang

À l'heure de Tsai Ming-liang

La sortie de son nouveau film, «Days», et un hommage très complet au Centre Pompidou mettent en lumière un immense artiste et cinéaste contemporain.

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

D'abord considérée d'un mauvais œil car assimilée aux associations marxistes, la nudité devient pour Hitler un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne.

Qui était le dernier roi de France?

Qui était le dernier roi de France?

[L'Explication #87] Et qui pourrait prétendre au trône aujourd'hui?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio