Politique

Coups d'État en Afrique, plus qu'une contagion

Temps de lecture : 2 min

En Afrique de l'Ouest, il y a eu sept coups ou tentatives de coups d'État en un an et demi. 

Plusieurs drapeaux à l'assemblée extraordinaire de la Communauté économique des pays de l'Afrique de l'Ouest pour aborder la situation politique de plusieurs pays concernés par des coups d'États, Accra, Ghana, 3 février 2022. | Nipah Dennis / AFP
Plusieurs drapeaux à l'assemblée extraordinaire de la Communauté économique des pays de l'Afrique de l'Ouest pour aborder la situation politique de plusieurs pays concernés par des coups d'États, Accra, Ghana, 3 février 2022. | Nipah Dennis / AFP

Ces derniers 18 mois, il y a eu sept coups ou tentatives de coups d’État sur le continent africain. Au Burkina Faso, au Tchad, en Guinée, au Mali, au Soudan, les militaires sont parvenus à s'emparer du pouvoir. Au Niger et en Guinée-Bissau, ils ont échoué. La preuve pour Nana Akufo-Addo, président de la République du Ghana et président de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) d'un phénomène «contagieux», peut-on lire dans le magazine Vox.

Pour le professeur Joseph Siegle qui dirige le programme de recherche du Centre d’études stratégiques de l’Afrique, c'est en partie vrai: «Oui, dans une perspective globale, il se dessine une sorte de tendance après une période avec moins de coups d'États et c’est possible qu’il y ait une forme d’imitation

Joseph Sany, vice-président de la session africaine de l'institut américain pour la paix pense qu’il est dommage de parler de «contagion» pour autant. S’il voit des points communs à ces coups d'État –des gouvernements corrompus, des institutions affaiblies, un gouvernement défaillant pour sa population– il estime que les circonstances divergent. Avec un risque majeur: que la communauté internationale ne prenne pas au sérieux ces mouvements et n’aide pas ces nations à construire un avenir démocratique stable.

Circonstances

Au Mali et au Burkina Faso, les gouvernements faisaient face, avant les coups d'État, à une extrême violence de la part de l’État islamique et d'Al-Qaïda. Dans ces deux pays, les juntes militaires ont utilisé cette menace pour justifier leurs actions. Au Burkina Faso, la présence de l’État islamique est encore plus forte.

L’histoire de la Guinée-Bissau est celle de nombreuses tentatives de prises de pouvoir depuis son indépendance du Portugal en 1974. Le président en place a été élu dans des circonstances contestées en 2020, ainsi la dernière tentative de coup d'État avait pour but de l'en chasser. En Guinée, c’est une tentative de modification de la constitution pour que l’ancien président puisse prétendre à un troisième mandat consécutif qui a mené les militaires à passer à l'action.

Les manières de procéder des militaires ont également été différentes. Au Tchad, c’est le fils de l’ancien président, maintenu au pouvoir 30 ans, qui a été installé afin de créer un gouvernement de transition. Au Soudan, c’est un coup d'État en plusieurs étapes qui a eu lieu, d'abord avec des manifestations du peuple en 2019 pour mettre fin à la dictature, puis une prise de pouvoir militaire en 2020 et l'installation d'un nouveau dirigeant en 2022.

Pour les deux experts interrogés par Vox, parler de contagion évite aussi de parler de l’influence des autres nations dans ce type de coup d'État, que ce soit la Russie, la Chine ou le Qatar. Alors même que l’instabilité créée par un insurrection peut faciliter la prise de pouvoir extérieur.

Les militaires «ne proposent pas de programme réformiste ou de retour à la démocratie ou d’amélioration du gouvernement ou de réduction de la corruption», autant de raisons pour lesquelles, selon Siegle, les coups d'État pourraient échouer au long-terme, en particulier si la communauté internationale ne s’intéresse pas à ce dont la population a réellement besoin: de justice, de transparence, d'institutions stables et de transition démocratique.

Newsletters

Affaire Quatennens: un retour impossible à l'Assemblée nationale?

Affaire Quatennens: un retour impossible à l'Assemblée nationale?

La femme du député La France insoumise a formulé de nouvelles accusations de violences physiques et morales à l'encontre de son mari, plongeant LFI dans l'embarras.

Le populisme nuit gravement à notre santé

Le populisme nuit gravement à notre santé

La crise du Covid-19 a particulièrement mis en lumière la prégnance et les dangers du populisme scientifique.

Le congrès du PS a-t-il un intérêt?

Le congrès du PS a-t-il un intérêt?

Jadis formation de gouvernement, hégémonique à gauche, le PS vit sous perfusion d'une alliance avec LFI et n'existe guère par lui-même que dans quelques territoires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio