Santé / Sciences

Les antivax ont-ils eu une enfance difficile?

Temps de lecture : 2 min

Les traumatismes infantiles semblent directement saper la confiance que les individus, devenus adultes, vont accorder aux figures d'autorité que sont les professionnels et les services de santé.

Le refus du masque est quatre fois plus élevé chez les gens ayant déclaré avoir subi au moins quatre types de traumatismes infantiles. | Lucas Metz via Unsplash
Le refus du masque est quatre fois plus élevé chez les gens ayant déclaré avoir subi au moins quatre types de traumatismes infantiles. | Lucas Metz via Unsplash

Avec plus de 80% de la population ayant reçu au moins une dose, la France fait désormais partie des bons élèves dans le classement européen, et même mondial, de la vaccination anti-Covid-19. Mais il reste toujours des hésitants, voire des carrément hostiles à l'injection protectrice. Et si cette aversion était liée à une enfance difficile?

C'est ce que laisse entendre une étude publiée le 1er février dans la revue BMJ Open et montrant que l'hésitation vaccinale est trois fois plus élevée chez les individus ayant subi des traumatismes dans leur enfance d'au moins quatre types, comparés à ceux dont les premières années de la vie se sont déroulées sereinement.

Ce travail suit un fait depuis longtemps documenté: avoir été confronté à des difficultés dans son enfance –de la négligence, des violences, de la toxicomanie au sein du foyer, etc.– est fortement corrélé à une mauvaise santé mentale. Si des paramètres génétiques entrent évidemment en ligne de compte, de tels mauvais traitements ont de quoi saper directement la confiance que l'enfant, devenu adulte, pourra accorder aux figures d'autorité que sont les professionnels et les services de santé.

Le nombre de traumatismes est lié au degré de confiance

Pour approfondir cette question, les chercheuses, principalement affiliées à la faculté de sciences humaines de l'Université de Bangor, au Royaume-Uni, ont voulu savoir si des traumatismes infantiles pouvaient être liés au degré de confiance accordé aux informations fournies par les systèmes de santé, à l'approbation et au respect des restrictions sanitaires, et à l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19.

À cette fin, l'équipe de recherche a analysé les résultats d'une enquête téléphonique, nationalement représentative, menée auprès de 2.285 personnes vivant au Pays de Galles entre décembre 2020 et mars 2021, soit une période durant laquelle ces restrictions étaient les plus lourdes outre-Manche.

L'enquête portait sur neuf types de traumatismes survenus avant l'âge de 18 ans: le fait d'avoir subi des violences physiques, verbales et sexuelles; la séparation des parents; le fait d'avoir été exposé à des violences au sein du foyer et, enfin, le fait d'avoir cohabité avec quelqu'un souffrant de maladie mentale, d'alcoolisme, de toxicomanie ou ayant fait de la prison. Le sondage allait également permettre de recueillir des informations personnelles, notamment sur l'historique médical, le degré de confiance accordé aux informations sur le Covid-19 fournies par les services de santé, ainsi que sur le rapport aux restrictions sanitaires et à la vaccination.

Il en ressort qu'à peu près la moitié (52%) des personnes interrogées déclarent n'avoir subi aucun traumatisme dans leur enfance. Par contre, elles sont environ 1 sur 5 à affirmer en avoir subi un type, 1 sur 6 deux ou trois, et 1 sur 10 quatre catégories ou plus.

Cela a permis aux scientifiques d'observer que l'augmentation du nombre de traumatismes subis pendant l'enfance est associée, de manière indépendante, à un faible degré de confiance accordé aux autorités sanitaires officielles, au fait de juger injustes les restrictions et au souhait de voir disparaître le port du masque obligatoire.

En particulier, ce refus du masque était quatre fois plus élevé chez les gens ayant déclaré avoir subi au moins quatre types de traumatismes infantiles. Une position d'autant plus fréquente chez les hommes jeunes et sans antécédents d'affections de longue durée.

L'un dans l'autre, l'équipe de recherche a pu en tirer une fourchette de probabilité de l'hésitation vaccinale en fonction de l'âge des sujets et des traumatismes subis pendant l'enfance. Celle-ci va d'environ 3,5% chez les personnes âgées de 70 ans et pouvant se targuer d'une enfance heureuse, à 38% chez les 18-29 ans ayant subi au moins quatre types de traumatismes infantiles.

Newsletters

Marcher à reculons est (très) bénéfique pour la santé

Marcher à reculons est (très) bénéfique pour la santé

Il faudra juste passer outre les regards interrogateurs.

Faire du sport avec un rhume est-il déconseillé?

Faire du sport avec un rhume est-il déconseillé?

Tout dépend de votre état: il y a rhume et rhume.

C'est comme vous le santé

C'est comme vous le santé

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio