Santé / Société

Vous n'imaginez pas tout ce qu'une garde-robe minimaliste peut faire pour vous

Temps de lecture : 3 min

Un groupe de jeunes femmes a accepté de ne garder que trente-cinq vêtements pour vivre au quotidien. Au bout de trois semaines, elles ont déclaré se sentir moins stressées.

Avoir une garde-robe minimaliste a permis aux participantes d'augmenter leur réflexion écologique. | Becca McHaffie via Unsplash
Avoir une garde-robe minimaliste a permis aux participantes d'augmenter leur réflexion écologique. | Becca McHaffie via Unsplash

De nos jours, la santé mentale et le bien-être sont plus que jamais au cœur de nos préoccupations. La crise sanitaire et la montée de l'écoanxiété ont exacerbé les symptômes dépressifs ces dernières années. Depuis début 2020, la prévalence globale des troubles majeurs aurait ainsi augmenté de 29,8% chez les femmes et de 24% chez les hommes. Fatigue, troubles du sommeil, maux de tête, nausées, palpitations cardiaques, sensation d'étouffement: la liste des symptômes est malheureusement longue.

Fort heureusement, la liste des outils pour diminuer l'anxiété est encore plus longue: écouter de la musique ou faire du sport, se passer les mains sous l'eau froide, pratiquer la méditation pleine conscience ou se couper des réseaux sociaux. Notre équipe de recherche a récemment pu mettre en évidence une nouvelle manière d'apaiser notre stress et d'améliorer notre bien-être. Selon nos conclusions, la solution se trouve… dans notre garde-robe.

En période pré-Covid, nous avions recruté un groupe de dix jeunes femmes qui ont accepté de participer à notre étude pendant trois semaines. Ces dix jeunes femmes aimaient acheter de nouveaux vêtements et suivre les dernières tendances, triaient leurs déchets sans pour autant développer une conscience vraiment écologique, et présentaient une anxiété modérée, voire assez élevée.

Une plus grande sérénité

L'étude a commencé par un tri des garde-robes de chacune des participantes –ce qui représente déjà un travail considérable. Grâce à ce tri, chaque participante, avec notre aide, a constitué sa garde-robe minimaliste; c'est-à-dire une garde-robe d'environ trente-cinq vêtements et accessoires. Nos participantes ont ensuite utilisé cette garde-robe dans leur vie de tous les jours pendant trois semaines. À l'issue de cette période, toutes nos participantes ont exprimé (1) un gain de temps dans leur vie quotidienne, (2) une meilleure connaissance de soi, et (3) une baisse de leur stress.

«Si vous savez ce que vous aimez, vous ne gaspillerez pas autant. Vous faites une consommation ciblée. Et vous vous sentez bien mieux.»
Une participante

Ces sentiments ont commencé à se manifester dès la première semaine de notre étude. En plus d'une baisse de stress, nos dix participantes ont dit avoir plus de clarté dans leur pratique vestimentaire. Avoir une garde-robe minimaliste leur a permis de prendre plus rapidement des décisions en se préparant, en passant moins de temps à penser à assortir leur tenue, couplé avec le plaisir d'avoir une garde-robe organisée, assortie et claire. Une participante en témoigne: «Je ne savais même pas le nombre exact de vêtements que j'avais dans mon placard. Mais maintenant, je peux vous dire que j'ai vingt vêtements dans ma garde-robe; il est clair que celle “d'avant”, c'était du gâchis. C'est plus simple et plus clair pour moi de choisir des vêtements lorsque je m'habille.»

Qui plus est, ces trois semaines ont également développé un sentiment de meilleure connaissance de soi chez nos participantes. Ce sentiment était couplé avec un autre de détachement face aux tendances à suivre, notamment via les réseaux sociaux. «Après cette expérience, j'ai l'impression de mieux me connaître, d'acheter des vêtements qui me conviennent mieux, confirme une autre participante. Si vous savez ce que vous aimez, vous ne gaspillerez pas autant. Vous faites une consommation ciblée. Et vous vous sentez bien mieux.»

Enfin, les dix participantes ont exprimé moins de stress et une plus grande sérénité après seulement trois semaines de garde-robe minimaliste. L'une d'entre elles le reconnaît. «Je me sens moins stressée car j'ai moins d'options vestimentaires et c'est donc plus facile de me préparer pour le travail. Normalement, si je portais la même chose pour travailler, je me serais sentie stressée, mais au bout de trois semaines, j'ai ressenti moins de stress, même si je portais les mêmes vêtements… La garde-robe minimaliste a globalement réduit mon anxiété.»

Et les hommes?

Cette première étude a montré que seulement trois semaines de garde-robe minimaliste pouvaient contribuer à diminuer l'anxiété, amener une plus grande sérénité et connaissance de soi, et même à augmenter la réflexion écologique des dix participantes. Elle ouvre ainsi la porte à de nouvelles pistes de recherche: peut-on réduire l'écoanxiété avec un mode de vie minimaliste? Quel est l'impact psychologique à long terme d'une garde-robe minimaliste? Les hommes montreraient-ils les mêmes résultats? Peut-on quantifier cette baisse d'anxiété après plusieurs semaines de garde-robe minimaliste?

Pour répondre à ces nouvelles questions, notre équipe de recherche souhaite poursuivre à une plus grande échelle ses observations relatives aux impacts des garde-robes minimalistes. Si vous aussi vous voulez tenter l'aventure, n'hésitez pas à nous contacter!

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

«Les aidants effectuent un travail invisible, gratuit, et ne s'en rendent pas compte»

«Les aidants effectuent un travail invisible, gratuit, et ne s'en rendent pas compte»

Jeudi 6 octobre 2022 a lieu la journée nationale des aidant·es. Ces 11 millions de Français qui accompagnent leurs proches malades, handicapés ou âgés sont, en dépit des progrès, toujours en quête de reconnaissance.

Ce que les médecins prennent en compte pour prescrire un arrêt de travail

Ce que les médecins prennent en compte pour prescrire un arrêt de travail

La fin du remboursement des jours d'arrêt obtenus lors d'une téléconsultation pose la question des critères considérés par les médecins, que ce soit derrière un écran ou non.

«Mon psy m'écoute-t-il vraiment?»

«Mon psy m'écoute-t-il vraiment?»

Cette semaine, Mardi Noir conseille Alexandre, qui doute des capacités d'écoute de son psychanalyste au point d'envisager d'en changer.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio