Sciences / Monde

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Temps de lecture : 2 min

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Le volcan Hunga Tonga avant sa violente éruption. L'île était étudiée par les scientifiques depuis 2015. | 2022 Planet Labs PBC / AFP
Le volcan Hunga Tonga avant sa violente éruption. L'île était étudiée par les scientifiques depuis 2015. | 2022 Planet Labs PBC / AFP

Le 15 janvier 2022, le volcan sous-marin Hunga Tonga, situé dans les îles Tonga, est entré violemment en éruption. La force de l'explosion a été calculée à plus de 500 fois celle de la bombe atomique larguée sur Hiroshima en 1945. Aussi violente soit-elle, celle-ci offre aux chercheurs une chance rare d'étudier l'interaction entre l'eau et la lave. Les scientifiques de la NASA affirment ainsi que l'éruption pourrait les aider à comprendre comment se sont formées les caractéristiques de la surface de Mars, mais aussi de Vénus.

Le volcan Hunga Tonga était étudié depuis quelques années déjà. En 2015, une île volcanique avait commencé à se former à partir de cendres et de lave qu'il expulsait. Le phénomène suscitait l'intérêt des scientifiques en raison de sa similitude avec les volcans coniques présents sur Mars et peut-être aussi sur Vénus. Il y a des milliards d'années, des volcans s'étaient formés en présence d'eau sur la planète rouge.

Des similitudes d'environnement

«Normalement, nous n'avons pas l'occasion de voir des îles se former», explique James Garvin, scientifique en chef au Goddard Space Flight Center de la NASA dans le Maryland. Surtout qu'habituellement, les îles volcaniques disparaissent au bout de quelques mois avec l'érosion. L'île de Hunga Tonga, elle, a survécu jusqu'à l'explosion. James Garvin et son équipe ont ainsi pu observer par satellite le plancher océanique pour étudier comment de telles îles se forment, s'érodent et persistent.

Selon Petr Brož, volcanologue planétaire à l'Institut de géophysique de l'Académie tchèque des sciences à Prague, les éruptions sous-marines sont extrêmement différentes de celles se produisant sur la terre ferme. La présence de grandes quantités d'eau de mer peut en effet rendre les explosions plus violentes, et dans le même temps refroidir rapidement la lave et limiter la quantité de gaz émis.

Joseph Michalski, un scientifique planétaire de l'Université de Hong Kong, estime que si de nombreux volcans sur Mars sont entrés en éruption avec des flux de lave réguliers, d'autres pourraient avoir été explosifs, à l'instar du Hunga Tonga. Le milieu marin imite également certains aspects des environnements où la gravité est faible, comme sur Mars, et peut donc «apporter un éclairage unique sur les caractéristiques martiennes qui se sont formées dans des conditions de faible gravité», ajoute Joseph Michalski.

Depuis l'explosion mi-janvier, des équipes du monde entier surveillent l'île à l'aide de satellites optiques, radars et lasers pour mesurer ce qu'il en reste. James Garvin a bon espoir que la chambre géante de magma située profondément sous la croûte terrestre –de laquelle s'est formé Hunga Tonga– crée une autre île que les chercheurs pourront de nouveau étudier.

Newsletters

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio