Culture

Élégance, chic, modernité: c'était Nino Cerruti

Temps de lecture : 4 min

Le styliste italien est mort le 15 janvier 2022 à l'âge de 91 ans.

À Nice, Nino Cerruti pose pour la présentation de sa boutique, le 9 mars 1985. | Ralph Gatti / AFP
À Nice, Nino Cerruti pose pour la présentation de sa boutique, le 9 mars 1985. | Ralph Gatti / AFP

Incarnation parfaite de l'élégance chic, Nino Cerruti a joué un rôle majeur dans l'histoire de la mode masculine contemporaine, apportant au traditionnel costume une touche de décontraction tout en conservant une précision de coupe servie par une très belle qualité de tissus. S'il a débuté sa carrière en Italie, c'est à Paris qu'il a véritablement construit sa maison, devenant un créateur incontournable de la mode masculine pendant des décennies. C'est en Italie, où il avait choisi de retourner, qu'il est décédé à l'hôpital à l'âge de 91 ans.

Les aléas de l'existence ont obligé Nino Cerruti à interrompre ses études de philosophie alors qu'il envisageait de devenir journaliste. Le décès de son père l'a poussé à reprendre Lanificio Fratelli Cerruti, une affaire familiale en Italie spécialisée dans les tissus de qualité. Avec le jeune Nino, la firme s'ouvrira en permanence aux innovations, notamment pour produire des tissus très fins et amplifier la notion de confort.

Un assistant nommé Armani

Du tissu au vêtement, Nino Cerruti franchit le pas d'abord en Italie avec une première collection créée à Milan en 1957, et une boutique du nom de Hitman. Après ses débuts en Italie, il s'installe à Paris, où il ouvre sa maison en 1967 avec une boutique à la Madeleine, rue Royale. Il nomme sa société française Cerruti 1881, reprenant la date de la création de la maison familiale, ce nombre palindrome porte-bonheur. Revisitant le costume, il a surtout habillé les hommes; dans ses collections féminines, il a ensuite joué la fusion des genres.

En Italie, parmi ses assistants, figurait Giorgio Armani, qui le secondera pendant plusieurs années (jusqu'en 1970). Le futur grand nom de la mode italienne y a appris les bases de son métier avant de lancer sa propre marque en 1974. En matière de style, il prolongera le côté masculin-féminin prôné par Cerruti.

«Il a libéré la construction et l'approche boutonnée, apportant une nouvelle fraîcheur aux costumes et aux tenues de ville.»
Tony Glenville, journaliste de mode

À Paris, la maison devient un vivier pour de futurs créateurs de mode. Nino Cerruti a eu de nombreux assistants de talent, à qui il n'hésitait pas à passer le relais. Arrivé à partir de 1978, Howard Dickinson est resté dans la maison jusqu'à la fin des années 1990. Peu connu du grand public, il a pourtant beaucoup apporté au style Cerruti. Avant de devenir la directrice artistique des collections pour homme chez Hermès, Véronique Nichanian a débuté chez Nino Cerruti et y a passé plusieurs années, dont un passage au Japon pour y gérer la licence dans l'archipel. Venu des États-Unis, Narciso Rodriguez s'est installé à Paris pour travailler chez Cerruti en 1995; lui travailla davantage à la conception des collections féminines.

Modernité, qualité, fluidité

Le journaliste de mode britannique Tony Glenville se souvient: «Comme Giorgio Armani, Nino Cerruti avait une approche moderne du vêtement classique. Son héritage italien lui a inculqué un respect pour la qualité, la coupe et les tissus fins. Il a libéré la construction et l'approche boutonnée, apportant une nouvelle fraîcheur aux costumes et aux tenues de ville. Avec Howard Dickinson en tant que designer, ils ont défini une façon aérée, fluide, plus douce et plus sexy pour les tenues de travail des hommes et des femmes.»

«Dans de beaux tissus, des couleurs magnifiques, des coupes formidables et des pièces désirables, toutes sous le sceau d'une grande qualité, ils ont construit une garde-robe pour une vie moderne, poursuit Tony Glenville. Des vêtements pour aider ceux qui les portent à réussir en affaires, impressionner une salle de réunion, dîner aux chandelles, sauter dans un taxi ou encore flirter.»

En 2000, Nino Cerruti choisit de vendre son nom et sa société française à des investisseurs (les derniers propriétaires sont les Chinois de Trinity Limited), tout en conservant un rôle dans la firme en Italie, où il choisit de retourner.

S'il a œuvré à la conception d'un costume moderne tout en restant classique pour tous, Nino Cerruti a aussi beaucoup entrepris d'habiller des personnalités, que les vêtements soient destinés à l'écurie Ferrari ou plutôt –et surtout– au cinéma. Il a habillé de nombreux acteurs à l'écran et à la ville sans oublier les tenues de soirée. Rien qu'aux États-Unis, on peut citer Michael Douglas, Jack Nicholson, Al Pacino, Harrison Ford…

«Il est comme le prince Salina du roman de Lampedusa et du film de Visconti, cet aristocrate qui regarde son univers disparaître devant lui. Mais il est toujours là, devant nous, plus beau que jamais.»
Paolo Roversi, ami de Nino Cerruti

Cerruti a collaboré en tant que consultant ou costumier à de nombreux films: Bonnie & Clyde, Pretty Woman, Prêt-à-porter, Basic instinct… En France, il crée les costumes de Borsalino pour Jean-Paul Belmondo et Alain Delon. Jean-Marc Barr [habillé par Cerruti sur Le fils préféré de Nicole Garcia, ndlr] se souvient: «Un homme italien très élégant, indépendant, mystérieux; un homme du XXe siècle. J'ai toujours ses costumes.»

Guépard

Nino Cerruti s'est aussi intéressé aux parfums, lançant en 1990 un magnifique masculin, Cerruti 1881, présenté dans un flacon givre dessiné par Serge Mansau. En 1996, il choisit de lancer le pendant féminin de son iconique masculin, et demande à son ami Paolo Roversi de créer l'image de la campagne où figure l'épouse du photographe, Laetitia Firmin-Didot. En tailleur pantalon très masculin-féminin, elle incarne parfaitement la femme Cerruti.

De son ami, Paolo Roversi disait: «Nino, c'est le Guépard. Il est comme le prince Salina du roman de Lampedusa et du film de Visconti, cet aristocrate qui regarde son univers disparaître devant lui. Mais il est toujours là, devant nous, plus beau que jamais.»

Toujours chic et élégant, mais aussi d'une belle ouverture d'esprit, j'ai eu la chance de partager quelques moments avec lui au début des années 1990, et de lui servir de guide à Tokyo. De délicieux moments avec un homme charmant au bel appétit de culture. Et sans conteste un grand nom de la mode masculine.

Newsletters

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Personne ne sait ce qui s'est réellement passé le 30 septembre 1975 au 3885 Central Avenue à Memphis. Abattu de cinq balles dans le dos, le musicien laisse derrière lui un mystère et un héritage majeur dans la musique noire-américaine.

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

«Cow» donne à voir la vie quotidienne d'une vache laitière, pour le meilleur et pour le pis

Ce documentaire radical et énigmatique, en salle le 30 novembre, suit l'existence d'une vache laitière dans une ferme britannique.

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

L'explosion du tourisme à Athènes menace les sites antiques

Cette année, le nombre de visiteurs devrait atteindre 30 millions. Face à cet afflux de touristes, les autorités s'efforcent de trouver un équilibre entre les gains économiques et la conservation des sites patrimoniaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio