Société / Monde

En Inde, le drame des avortements sélectifs pour ne pas avoir de fille

Temps de lecture : 2 min

Le pays compte 46 millions de femmes «manquantes» sur une période de près de cinquante ans.

La dot et le coût de l'éducation d'une fille seraient la cause de ce phénomène. | Narinder Nanu / AFP
La dot et le coût de l'éducation d'une fille seraient la cause de ce phénomène. | Narinder Nanu / AFP

Selon le Fonds des Nations Unis pour la population (UNFPA) et son dernier rapport sur l'état de la population mondiale en 2020, l'Inde compte 46 millions de «femmes manquantes» sur une période de près de cinquante ans. Il s'agit de dix fois la population féminine de Londres, mais aussi un manque de près de la moitié des naissances féminines à l'échelle mondiale. Un chiffre impressionnant, résultat de la multiplication des avortements sélectifs en fonction du sexe dans le pays.

«Le modèle traditionnel du mariage et les coutumes imposent une position inférieure aux femmes dans les sociétés indiennes», a déclaré Prem Chowdhry, militante pour l'égalité des sexes et professeure à la retraite à l'université de Delhi. La dot et le coût de l'éducation d'une fille sont considérés comme une charge dont on pourrait se passer, ajoute-t-elle. Malgré l'interdiction de la pratique en 1994, ces avortements en fonction du sexe du fœtus sont toujours aussi nombreux, en raison des progrès des moyens médicaux dans de le pays, où l'accès aux cliniques privées a été facilité dans une plus grande partie du territoire.

Un fils à tout prix

Cette volonté d'avoir un garçon à tout prix touche toutes les classes sociales. En août, une femme âgée de 40 ans issue d'un milieu aisé a déposé plainte après s'être vu imposé 1.500 injections d'hormones et de stéroïdes pour avoir un fils et avoir été forcée d'avorter huit fois après être tombée enceinte de fille.

Selon un article publié dans The Lancet, le nombre de «non-naissances» de femmes manquantes est passé de 3,5 millions entre 1987 et 1996 à 5,5 millions entre 2007 et 2016. Une tendance en matière de sélection s'est installée ces vingt dernières années. Alors que les familles deviennent moins nombreuses, les avortements sont plus fréquents après la troisième grossesse. «Les familles laissent la nature décider deux fois, mais ensuite, pour la troisième fois, elles s'assurent que c'est un garçon», explique Prabhat Jha, épidémiologiste et économiste de la santé indo-canadien à l'université de Toronto.

Étonnamment, une enquête menée par le gouvernement soulignait récemment que l'Inde comptait pour la première fois plus de femmes que d'hommes. Mais les militants sur le terrain et les experts sont sceptiques: «L'objectif principal de cette enquête était d'examiner les données sur les indicateurs de santé reproductive et de bien-être familial et non sur le rapport de genre dans la population», explique Sabu George, chercheur basé à Delhi.

Newsletters

À quelle fréquence faut-il laver ses vêtements et son pyjama?

À quelle fréquence faut-il laver ses vêtements et son pyjama?

Les experts ont parlé: nous avons tendance à nous «sur-hygiéniser».

À Londres, des citoyens bataillent pour conserver les lampadaires à gaz

À Londres, des citoyens bataillent pour conserver les lampadaires à gaz

Une équipe de férus d'histoire se bat contre la localité de Westminster, afin que les lampes à gaz du cœur de la ville ne soient pas remplacées par des LED.

L'Inconnue de la Seine, de jeune défunte à visage le plus embrassé de l'histoire

L'Inconnue de la Seine, de jeune défunte à visage le plus embrassé de l'histoire

L'histoire d'une jeune morte anonyme devenue source d'inspiration artistique pendant des décennies, jusqu'à influencer le visage du premier mannequin de secourisme.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio