Monde

La population de l'État de New York a subi une baisse record depuis le début de la pandémie

Temps de lecture : 2 min

Cela fait suite à une décennie d'explosion démographique.

En un an, plus de 350.000 personnes ont quitté la ville de New York. | Yoann Jezequel via Flickr
En un an, plus de 350.000 personnes ont quitté la ville de New York. | Yoann Jezequel via Flickr

319.020 personnes: c'est le nombre d'habitants perdus par l'État de New York entre juillet 2020 et juillet 2021, d'après des statistiques fournies par le site new-yorkais Times Union. La population de cet État a diminué de 1,6%, repassant du même coup en-dessous de la barre des 20 millions d'individus. Selon le dernier recensement, il y aurait 19.835.913 habitants dans ce qui est le quatrième État le plus peuplé du pays (derrière la Californie, le Texas et la Floride).

Cette baisse démographique assez impressionnante constitue un record américain: aucun autre État n'a perdu autant d'habitants sur la même période, que l'on prenne en compte le nombre d'individus ou le pourcentage. Même la Californie, deux fois plus peuplée, n'a perdu que 0,7% de ses habitants, soit 261.902 personnes. Elle compte actuellement plus de 39 millions d'habitants.

Tous les États sont d'ailleurs loin d'avoir subi une baisse de population. Le Texas, la Floride ou encore l'Arizona ont même gagné entre 1% et 1,4% d'habitants entre juillet 2020 et juillet 2021. Les États-Unis ne se sont pas soudainement vidés de leurs citoyens: certains États ont juste été désertés, au profit d'autres. Sur l'année en question, la population américaine a même augmenté de 0,1%. Ce qui est certes le taux d'augmentation le plus bas depuis la création du pays.

Saturation

Le Covid-19 ne serait pas étranger à cet afflux de départs de l'État de New York, mais de façon indirecte: «Nous ne partons pas à cause de la pandémie, explique une habitante de Staten Island (l'un des cinq arrondissements de la ville de New York). Mais elle nous a donné l'opportunité de partir.» Pour la Floride, en l'occurrence.

La ville de New York est la principale touchée par ces départs, perdant à elle seule plus de 350.000 habitants. En conséquence, le reste de l'État a même vu sa population augmenter légèrement. Raison principale de cet exil massif: l'envie de rejoindre des villes plus modestes, moins denses et moins étendues, afin de gagner en qualité de vie et en tranquillité.

Entre 2010 et 2020, la population de l'État avait augmenté de 4 millions de personnes. Cela représente une hausse de 25% en dix ans. Récemment, de nombreux habitants de l'État de New York ont fait machine arrière, même si leur départ n'empêche pas le nombre de déménagements recensés aux États-Unis en 2021 d'être le plus bas depuis soixante-dix ans.

Newsletters

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

La Chine est plus volontaire que l'Occident pour éradiquer la pauvreté

Le pays communique sur son succès en matière de lutte contre la pauvreté et continue d'en faire un horizon de sa politique de développement. En Occident, des objectifs similaires avaient été proclamés. Jamais atteints, ils ont été abandonnés.

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

La ville de Boston vient d'interdire l'installation de nouvelles pelouses artificielles dans l'espace public, pointant la composition toxique de ces étendues de plastique vert.

Les bébés anguilles, un filon de taille pour les contrebandiers

Les bébés anguilles, un filon de taille pour les contrebandiers

L'anguille européenne, classée comme espèce en danger critique d'extinction, est prisée pour sa consommation et fait l'objet d'un vaste trafic international.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio