Sciences

Les hivers plus doux pourraient causer autant de ravages que les étés trop chauds

Temps de lecture : 2 min

Avec le réchauffement hivernal, la neige fond et ne tient plus au sol, créant un manque d'humidité.

L'impact des hivers plus chauds est particulièrement notable sur les précipitations. | Nicole Geri via Unsplash
L'impact des hivers plus chauds est particulièrement notable sur les précipitations. | Nicole Geri via Unsplash

Lorsque la crise climatique est évoquée, ce sont souvent des images de sécheresses, d'incendies de forêt ou de vagues de chaleur qui viennent à l'esprit. Mais les scientifiques sonnent désormais l'alerte sur les hivers plus doux –voir chauds– à l'origine d'événements météorologiques catastrophiques et de changements profonds. L'année 2021 a enregistré le 16 février le plus chaud de la planète depuis le début des records, rappelle The Guardian. Des climatologues s'emparent donc du sujet et détaillent le phénomène.

Daniel Swain, climatologue à l'UCLA, étudie l'évolution des événements extrêmes sur une Terre en réchauffement. Il a constaté que les «endroits froids et les périodes froides de l'année se réchauffent plus rapidement que les endroits et les périodes plus chaudes de l'année». L'impact est particulièrement fort sur les précipitations. Le fait qu'elles tombent sous forme de pluie ou de neige dépend de quelques degrés seulement, mais pour la nature, les conséquences sont considérables. Dans l'ouest de l'Amérique par exemple, une gigantesque sécheresse de neige s'abattait sur les terres jusqu'à quelques jours encore. «Il y avait un risque d'incendie de forêt jusqu'à la semaine dernière, même à une altitude de 8 à 9.000 pieds. Cela a directement à voir avec le manque de neige accumulée», explique Daniel Swain.

Une nature en avance et un manque d'humidité dans le sol

Avec une hausse des températures en hiver, la neige qui tombe fond plus vite, ce qui précipite la croissance de la végétation. Par ricochet, les taux d'humidité au sol se réduisent et ce phénomène amplifie les risques de vagues de chaleur extrêmes et persistantes tout au long de l'été, explique le climatologue Kai Kornhuber, chercheur postdoctoral à l'Earth Institute de l'Université Columbia. C'est ce qui s'est passé en 2020 en Sibérie, lorsque la région a été frappée d'incendies de forêt.

Selon Chiara Lepore, chercheuse associée à l'Observatoire de la Terre Lamont Doherty à l'Université de Columbia, les projections du modèle climatique aux États-Unis indiquent une augmentation globale de la probabilité de conditions favorables à des violentes tempêtes à mesure que la planète se réchauffe. Les études qu'elle a conduites lui permettent aujourd'hui de prévoir une augmentation de 14 à 25% des tempêtes violentes pour chaque degré supplémentaire à l'échelle mondiale. Néanmoins, ce nombre représente la fréquence croissante des conditions favorables aux phénomènes météorologiques puissants et non celui des tempêtes réelles.

Les hivers plus chauds ont aussi des conséquences sur l'agriculture, notamment pour les pommes, les cerises et les poires qui ont besoin de plus longues périodes de froid. Les cultures de vergers pourraient diminuer de 60% dans la vallée centrale de Californie d'ici 2100, estiment les chercheurs. Cela influe aussi sur la période d'épanouissement des plantes. Des chaleurs hivernales envoient le signal aux plantes de sortir de la période d'hibernation, mais elles risquent d'être ensuite touchées par le gel peu de temps après le bourgeonnement.

Pour Kai Kornhuber, le réchauffement hivernal est essentiellement le signe que la saison estivale s'étend de plus en plus. «Alors que les températures augmentent, les zones climatiques modérées n'auront tout simplement plus l'hiver tel que nous le connaissons», déplore-t-il.

Newsletters

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Pourquoi est-il impossible de diviser par 0?

Même en mathématiques, il faut savoir faire preuve de créativité.

 Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

Un virus «zombie» reprend vie après avoir passé 48.500 ans dans la glace sibérienne

De nouveaux microbes? C'est exactement ce dont on avait besoin.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Des réseaux paysans aux tiroirs poussiéreux des réserves du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, Thierry Ardouin a entrepris un travail de dix ans pour photographier plus de 500 graines. Choisies, éclairées et cadrées avec le plus grand...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio