Sciences

La mystérieuse disparition d'une civilisation chinoise il y a 4.000 ans enfin expliquée

Temps de lecture : 2 min

Un millénaire et puis s'en va.

Photo aérienne de la ville de Liangzhu à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, le 6 juillet 2019. | AFP
Photo aérienne de la ville de Liangzhu à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, le 6 juillet 2019. | AFP

Il y a 5.300 ans, une civilisation particulièrement avancée commençait à prendre son essor, non pas en Mésopotamie, ni en Europe, mais à l'est de la Chine. Une civilisation brillante qui connut une fin aussi brutale que mystérieuse, et dont les scientifiques viennent tout juste de percer les secrets.

Cette civilisation se distingue par la construction d'une ville, Liangzhu, unique en son genre à l'époque. Les ruines du site sur les rives du delta du fleuve Yangzi présentent des caractéristiques architecturales particulièrement avancées, notamment en ce qui concerne l'agriculture et l'aquaculture. Canaux, barrages, réservoirs d'eau: cette société néolithique a ainsi bâti une cité grandiose que certains n'hésitent pas à appeler «la Venise chinoise de l'âge de pierre».

Pourtant, après seulement un millénaire de prouesses technologiques et d'inventions, la culture de Liangzhu a brutalement disparu, relate Science Alert. L'importante ville a été abandonnée il y a environ 4.300 ans, sans que les archéologues ne comprennent vraiment pourquoi. Jusqu'à aujourd'hui.

Sécheresse et déluge

Tout au long des précédentes recherches, une fine couche d'argile avait été retrouvée sur les ruines, suggérant qu'une violente inondation avait probablement eu raison de cette civilisation. Cette hypothèse vient d'être confirmée dans une nouvelle étude, publiée dans la revue Science Advances.

Pendant des siècles, la ville de Liangzhu avait réussi à dompter les caprices des eaux de cette région sèche, comme en témoignent les vestiges de grands complexes hydrauliques –des barrages, entre autres– retrouvés non loin. La construction de ces infrastructures aurait finalement pris fin il y a 4.400 ans, au moment même où une méga-sécheresse aurait frappé le territoire, explique l'étude.

Mais alors que l'aridité ne faisait que croître, des pluies diluviennes se seraient abattues en deux temps dans la région, il y a plus de 4.300 ans. Des pluies d'une telle ampleur que les différents barrages n'auraient pas résisté aux inondations fluviales provoquées par le fleuve Yangzi. La grandiose Liangzhu se serait alors progressivement vidée de sa population, entraînant dans son déclin la chute de toute une civilisation.

Les autres sociétés néolithiques qui tenteront par la suite leur chance dans la région n'auront pas plus de succès: le climat instable, entre méga-sécheresse et moussons, les mènera à chaque fois à leur perte.

Newsletters

Le football est de plus en plus prévisible, mais il existe des remèdes

Le football est de plus en plus prévisible, mais il existe des remèdes

Plus les années passent, moins les surprises semblent possibles.

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

L'ascenseur vers l'espace, bientôt une réalité

Il permettrait de réaliser d'incroyables économies et de rendre les voyages spatiaux plus simples et plus verts.

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Cinq minutes après la mort, voici ce qui se passe dans le corps

Il faut un certain laps de temps avant que le moteur s'arrête totalement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio