Culture

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Temps de lecture : 3 min

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

Darya (Baran Rasoulof) revenue dans son pays natal pour être confrontée à une vérité qu'elle ne demandait pas. | Pyramide
Darya (Baran Rasoulof) revenue dans son pays natal pour être confrontée à une vérité qu'elle ne demandait pas. | Pyramide

Le diable n'existe pas est un film composé de quatre récits. Mais c'est un seul et même film, où la succession des situations et des personnages, différents dans chaque épisode, fait sens dans sa totalité.

Il s'agit, en effet, au-delà des narrations particulières, de raconter obstinément l'omniprésence du recours à la peine de mort en Iran, et combien celle-ci a été et reste utilisée contre les opposants. Il s'agit surtout d'en rendre sensibles les effets dans des existences très différentes.

Si le titre du film, qui est aussi celui du premier épisode, fait écho à la notion de «banalité du mal» telle que développée par Hannah Arendt, les quatre volets mobilisent à des titres divers la question de la responsabilité individuelle dans un État totalitaire, la possibilité et le coût de choix personnels face à l'injonction de servir la machine répressive.

Fort heureusement, aucun de ces récits ne se contente d'illustrer une modalité de ce questionnement. Chaque composant, qui est à la fois une nouvelle relativement autonome et un chapitre de l'ensemble, mobilise son énergie propre, ses choix formels singuliers. Ensemble, ils suscitent des échos qui courent tout au long du film, y compris rétrospectivement à mesure que le projection se déroule.

Ces échos sont singulièrement riches dans les premier et troisième épisodes, et deviennent intrigants dans le quatrième où les choix des personnages peuvent apparaître discutables, et sont de fait interrogés.

Pouya (Kaveh Ahangar, à droite), celui qui, au cœur du système répressif, dit non. | Pyramide

Si la composition en quatre parties répond aussi à une stratégie face à la censure (pour un réalisateur officiellement interdit de filmer, il est moins difficile de tourner quatre courts-métrages qu'un long), cette non-uniformité participe aussi de la dynamique artistique du projet.


Fractionné et fluide

Chronique familiale et urbaine, thriller tendu à huis clos, drame sentimental dans les paysages verdoyants du nord-est du pays ou mélodrame familial dans une zone de collines ocres, semi-désertiques, le film revendique la diversité des tonalités visuelles tout autant que narratives.

C'est pour mieux faire entendre la continuité de cette relation à l'extrême violence institutionnelle, qu'elle concerne celles et ceux qui en sont les exécutants, qui s'y refusent, qui en sont victimes, qui cherchent à l'ignorer.

Nana et Javad, les amants séparés par des choix irréconciliables. | Pyramide

Le film est comme une sorte de quatuor, où chacune des histoires, tel un instrument jouant sa propre partition, déploierait dans son registre une mélodie qui viendrait participer d'une composition commune.

Cette virtuosité de composition, tout autant que la dénonciation d'un État dont la brutalité s'inscrit dans la trame d'une normalité quotidienne, et au-delà de la force de chaque épisode pris séparément, justifie amplement l'Ours d'or attribué au film lors du Festival de Berlin 2020.

Depuis la révélation à Cannes en 2005 avec La Vie sur l'eau, son deuxième film, et après le remarquablement accomplissement de cinéma qu'était Un homme intègre, ce septième long-métrage confirme la vigueur de la mise en scène de son auteur, en même temps que sa détermination à porter témoignage des réalités funestes qui définissent son pays.

Le précédent film était centré sur la présence étouffante de la corruption, mais il était aussi hanté par la mémoire de la répression des mouvements démocratiques, notamment portés par les étudiants. Plus frontalement, Les manuscrits ne brûlent pas (très injustement resté inédit en salles) dénonçait explicitement la police politique, les pratiques de la torture et de l'assassinat des opposants par les autorités.

Celle qui n'a pas accepté. | Capture d'écran Meilleurs films et séries via YouTube

Rasoulof, qui vit en partie en Iran où il est sous le coup d'une condamnation à la prison ferme, pour l'heure non exécutée, et qui y tourne de manière semi-clandestine, pointe cette fois l'usage de la peine de mort comme un poison qui affecte toute la société, qui peut venir interroger le rapport à l'existence de chacun.

La force du Diable n'existe pas tient à ce mouvement paradoxal qui associe son fractionnement (en quatre épisodes aux protagonistes et aux tonalités différentes) et le courant commun qui porte le tout. C'est aussi ce phénomène qui permet au film d'être à la fois très clairement une protestation vigoureuse contre la situation spécifique de l'Iran et une méditation en forme de fable aux enjeux beaucoup plus généraux.

Les critiques cinéma de Jean-Michel Frodon sont à retrouver dans l'émission «Affinités culturelles» de Tewfik Hakem, le samedi de 6h à 7h sur France Culture.

Le diable n'existe pas

De Mohammad Rasoulof

Avec Ehsan Mirhosseini, Kaveh Ahangar, Mohammad Valizadegan, Mahtab Servati, Alireza Zareparast, Baran Rasoulof

Séances

Durée: 2h32

Sortie: 1er décembre 2021

Newsletters

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Tué de dix-sept coups de couteau en 1983 par un certain Pascal Dolzan, le musicien québécois est l'une des trois victimes d'une virée macabre en ayant fait deux autres.

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Surveillance de masse, novlangue managériale, rééducation au bonheur... Si certaines techniques de management ont de faux airs de dystopie, les romans «1984» et «Le Meilleur des mondes» ne sont pas toujours invoqués à bon escient.

Qu'est-ce que voulait dire «être pauvre» jusqu'au XIXe siècle?

Qu'est-ce que voulait dire «être pauvre» jusqu'au XIXe siècle?

«La Violence au village», dirigé par Yves-Marie Bercé, et «Vivre pauvre», de Laurence Fontaine, analysent l'évolution de la misère, des réactions des pouvoirs publics et l'autodéfense rurale.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio