Égalités / Société

Une personne trans reçoit 30.000 dollars pour le mauvais emploi de son pronom

Temps de lecture : 2 min

Le tribunal canadien, en charge du procès, a reconnu que l'abus de genre délibéré et constant est une violation du droit humain.

En anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne non-binaire. | Raphael Renter via Unsplash
En anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne non-binaire. | Raphael Renter via Unsplash

Le tribunal des droits de la personne en Colombie-Britannique, une province à l'ouest du Canada, a condamné le manager du restaurant Buono Osteria à 30.000 dollars (20.533 euros) de dommages et intérêts parce qu'il refusait d'utiliser les pronoms revendiqués par son employé, Jessie Nelson. L'ancien serveur utilise en effet les pronoms «ils» et «eux»: en anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne de genre non-binaire.

Le patron de l'établissement a ensuite décidé de renvoyer Jessie Nelson, ce qui a conduit le serveur à porter plainte.

L'abus de genre, une violation du droit humain

Le manager du Buono Osteria a continuellement utilisé les pronoms «elle» ainsi que des surnoms comme «sweetheart», «honey» et «pinky» [chérie], a affirmé Devyn Cousineau, un membre du tribunal des droits de la personne. Pour Jessie Nelson, «le comportement du manager à son égard et la réponse de l'employeur constituent une discrimination dans l'emploi fondée sur l'identité et leur expression de genre».

Le tribunal canadien a admis que l'emploi de mauvais pronom de manière délibérée et constante est une violation des droits humains. Le restaurant, en plus des 30.000 dollars, doit «mettre en place une politique sur l'utilisation des pronoms et une formation obligatoire pour le personnel et les gestionnaires sur la diversité, l'équité et l'inclusion».

Durant le procès, Jessie Nelson a déclaré qu'il était important que les personnes trans soient respectées: «Je suis un être humain, avec un cœur qui bat et un désir d'être vu, estimé et entendu dans le monde.»

Newsletters

Quelque chose est en train de changer chez les Maghrébins de France

Quelque chose est en train de changer chez les Maghrébins de France

[TRIBUNE] Alors que notre pays s'enfonce dans une culture du rejet de l'autre, pourquoi ne pas rendre hommage à ces étrangers qui nous apportent tant?

Au Royaume-Uni, des femmes sont forcées de se prostituer pour pouvoir payer leur loyer

Au Royaume-Uni, des femmes sont forcées de se prostituer pour pouvoir payer leur loyer

Les plus touchées par ce phénomène sont celles qui se trouvent d'ores et déjà dans des situations de vulnérabilité.

Les femmes du Moyen Âge avaient plus de droits qu'on ne le croit (et bien plus que les suivantes)

Les femmes du Moyen Âge avaient plus de droits qu'on ne le croit (et bien plus que les suivantes)

La plupart de nos connaissances sur cette période ont été inventées à l'époque victorienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio