Égalités / Société

Une personne trans reçoit 30.000 dollars pour le mauvais emploi de son pronom

Temps de lecture : 2 min

Le tribunal canadien, en charge du procès, a reconnu que l'abus de genre délibéré et constant est une violation du droit humain.

En anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne non-binaire. | Raphael Renter via Unsplash
En anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne non-binaire. | Raphael Renter via Unsplash

Le tribunal des droits de la personne en Colombie-Britannique, une province à l'ouest du Canada, a condamné le manager du restaurant Buono Osteria à 30.000 dollars (20.533 euros) de dommages et intérêts parce qu'il refusait d'utiliser les pronoms revendiqués par son employé, Jessie Nelson. L'ancien serveur utilise en effet les pronoms «ils» et «eux»: en anglais, le pronom «they» utilisé au singulier désigne officiellement une personne de genre non-binaire.

Le patron de l'établissement a ensuite décidé de renvoyer Jessie Nelson, ce qui a conduit le serveur à porter plainte.

L'abus de genre, une violation du droit humain

Le manager du Buono Osteria a continuellement utilisé les pronoms «elle» ainsi que des surnoms comme «sweetheart», «honey» et «pinky» [chérie], a affirmé Devyn Cousineau, un membre du tribunal des droits de la personne. Pour Jessie Nelson, «le comportement du manager à son égard et la réponse de l'employeur constituent une discrimination dans l'emploi fondée sur l'identité et leur expression de genre».

Le tribunal canadien a admis que l'emploi de mauvais pronom de manière délibérée et constante est une violation des droits humains. Le restaurant, en plus des 30.000 dollars, doit «mettre en place une politique sur l'utilisation des pronoms et une formation obligatoire pour le personnel et les gestionnaires sur la diversité, l'équité et l'inclusion».

Durant le procès, Jessie Nelson a déclaré qu'il était important que les personnes trans soient respectées: «Je suis un être humain, avec un cœur qui bat et un désir d'être vu, estimé et entendu dans le monde.»

Newsletters

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À l'occasion de l'annuelle «Marche pour la vie», les mouvements anti-avortement ont appelé le Congrès à voter des lois «pro-life».

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Une seule cinéaste dans la catégorie «meilleur film», aucune pour la meilleure réalisation: une fois encore, les récompenses du cinéma français s'apprêtent à laisser les femmes de côté.

«J'avais été élevée pour ça»: au Mexique, ces fillettes indigènes vendues par leurs familles

«J'avais été élevée pour ça»: au Mexique, ces fillettes indigènes vendues par leurs familles

Marina vient d'une communauté où les filles sont mariées entre 12 et 18 ans. Elle qui a dit non a été expulsée.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio