Égalités / Sports

Le Mexique condamne sa fédération de foot pour avoir plafonné les salaires des joueuses

Temps de lecture : 2 min

Une sanction de 9 milliards de dollars, soit un peu plus de 7 milliards d'euros, a été imposée aux meilleurs clubs de football du pays.

Des joueuses de l'équipe nationale féminine de football du Mexique. | Andre Ringuette / Getty Images North America / AFP
Des joueuses de l'équipe nationale féminine de football du Mexique. | Andre Ringuette / Getty Images North America / AFP

La commission fédérale de compétence économique (Cofece) du Mexique a imposé une amende de 9 milliards de dollars, soit plus de 7 milliards d'euros, à dix-sept clubs du pays et à la Fédération du Mexique de football, ainsi qu'à huit cadres. L'autorité antitrust estime que tous s'étaient entendus pour maintenir au plus bas les salaires des joueuses. Ce plafonnement a creusé l'écart salarial entre les sexes, estime la Cofece.

La ligue de football mexicaine est en outre accusée d'avoir entravé la concurrence entre les joueurs masculins en ne leur permettant pas de négocier des salaires plus élevés au sein des clubs.

Obtenir l'autonomie d'ici à 2027

3.000 dollars par mois, c'est ce que gagnent les quelques joueuses de football des clubs les plus riches du Mexique, soit 997.000 dollars de moins que leurs homologues masculins. La plupart des footballeuses professionnelles se contentent de quelques centaines de dollars mensuels, une somme qui ne parvient même pas à couvrir les frais d'entraînement et de transport.

La Fédération affirme de son côté avoir supprimé le plafond salarial en 2019. Pour autant, elle ne conteste pas l'amende. En 2020, Yon de Luisa, son président, affirmait qu'une meilleure rémunération des footballeuses entraînerait la disparition des clubs.

Cette année, face à la Cofece, il s'est montré davantage optimiste: «Avec plus de sponsors et de couverture télévisée, les clubs et l'équipe nationale auront évidemment plus d'argent à investir et cela se reflétera dans les conditions pour tout le monde.»

De son côté, Mariana Gutiérrez espère l'autonomie de la ligue de football féminine dont elle est présidente d'ici à 2027. Cette affaire intervient au milieu d'un débat mondial sur l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes dans le milieu sportif, comme ç'a été le cas avec les footballeuses américaines.

Newsletters

Pourquoi la culture drag est dans le viseur de la droite identitaire

Pourquoi la culture drag est dans le viseur de la droite identitaire

Depuis quelques semaines, les actions anti-drag queens se multiplient à travers la France. Un phénomène inquiétant, déjà observé aux États-Unis.

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À l'occasion de l'annuelle «Marche pour la vie», les mouvements anti-avortement ont appelé le Congrès à voter des lois «pro-life».

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Une seule cinéaste dans la catégorie «meilleur film», aucune pour la meilleure réalisation: une fois encore, les récompenses du cinéma français s'apprêtent à laisser les femmes de côté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio