Monde

Un village espagnol demande aux touristes d'apprendre à supporter le bruit des coqs et des ânes

Temps de lecture : 2 min

À Ribadesella, des affiches informent les visiteurs mécontents de la réalité de la vie rurale.

Ribadesella, sur la côte nord de l'Espagne. Les autorités ont reçu des plaintes concernant les bruits émis par des animaux. | Cayetano Gros via Unsplash
Ribadesella, sur la côte nord de l'Espagne. Les autorités ont reçu des plaintes concernant les bruits émis par des animaux. | Cayetano Gros via Unsplash

Dans la petite ville de Ribadesella (5.700 habitants), au nord de l'Espagne, des touristes ont contacté les autorités pour se plaindre du braiement des ânes, tandis que d'autres leur ont signalé des dégâts causés par des vaches, rapporte le Guardian.

«La semaine dernière, une dame nous a appelés trois ou quatre fois à propos d'un coq qui la réveillait à 5h du matin, raconte Ramón Canal, le maire de Ribadesella. Elle nous a dit que nous devions faire quelque chose.»

Les responsables de la commune sont donc passés à l'action. Mais l'idée qu'ils ont trouvé n'est probablement pas à la hauteur des espérances des touristes mécontents: il s'agit d'une campagne d'affichage humoristique qui invite les citadins à «assumer tous les risques» de la vie rurale.

«Vous n'êtes peut-être pas au bon endroit»

«Ici nous avons les cloches de l'église qui sonnent régulièrement, des coqs qui chantent tôt le matin et des troupeaux de bétail qui vivent tout près et portent parfois des cloches qui font également du bruit, peut-on lire sur l'affiche placardée un peu partout dans la ville ces derniers jours. Si vous ne pouvez pas supporter tout ça, vous n'êtes peut-être pas au bon endroit.»

Le but est de combler le fossé parfois énorme entre la vie citadine et la ruralité, a expliqué le maire à une chaîne de télévision espagnole. «Il faut se rendre compte que le lait n'arrive pas tout prêt dans la bouteille. Il vient des vaches, qu'il faut nourrir et dont il faut s'occuper.»

L'idée des affiches est venue d'un village du sud de la France, indique le premier adjoint Luis Fuentes. Il y a environ deux ans, Saint-André-de-Valborgne (400 habitants) a répondu à des citadins en colère grâce à des affiches qui les avertissaient du tintement des cloches de l'église ou des vaches, et du cri des coqs aux alentours.

À Ribadesella, les plaintes étaient limitées à un très petit nombre de touristes, précise Luis Fuentes. Mais les autorités ont saisi l'occasion pour exprimer clairement leur position sur le sujet aux résidents. «Entendre un coq chanter la nuit, c'est normal, a déclaré l'adjoint au maire au journal La Voz de Asturias. Si vous venez dans un hôtel rural, vous devez être conscient que c'est ce à quoi ressemble la vie quotidienne dans les villages.»

L'affiche ne vise pas seulement à mettre en garde les touristes. Pour ceux qui sont prêts à accueillir à bras ouverts les moutons errants et les réveils par le coq, l'affiche de Ribadesella leur souhaite chaleureusement la bienvenue. «Si en revanche vous faites partie des privilégiés qui peuvent supporter tout cela, vous apprécierez notre merveilleux environnement et les excellents produits fabriqués par nos fantastiques fermiers, éleveurs et artisans. Profitez de Ribadesella!»

Newsletters

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

La Coupe du monde de football au Qatar déchaîne les polémiques depuis son attribution. Parmi elles, celle liée aux droits humains, bafoués au sein de l'émirat, et en particulier à l'homosexualité, illégale dans le pays. Mais au sein des stades ...

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

Dans l'État de New York, les condamnés pour vente de cannabis seront les premiers à en vendre légalement

La nouvelle loi prévoit de réparer les injustices de la «guerre contre les drogues», qui a particulièrement touché les communautés afro-américaines et latinos par le passé.

Une personne sur vingt-trois dans le monde aura besoin d'aide humanitaire en 2023

Une personne sur vingt-trois dans le monde aura besoin d'aide humanitaire en 2023

Les crises de 2022 ont formé le terreau d'une crise humanitaire mondiale de grande ampleur.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio