Boire & manger / Sciences

Les tomates peuvent prévenir leurs voisines qu'une attaque est en cours

Temps de lecture : 2 min

Un système nerveux qui n'en est pas un.

Crédit: Marcus Spiske via Unsplash
Crédit: Marcus Spiske via Unsplash

Lorsqu'une tomate commence à être dévorée par des insectes, elle utilise des signaux électriques pour avertir les autres tomates du plant auquel elle appartient. C'est la conclusion d'une étude partagée par NewScientist, qui compare ce dispositif à celui du système nerveux des êtres vivants.

L'envoi de tels messages d'alerte permet à l'ensemble de la grappe de tomates de se préparer pour réagir, notamment en libérant du peroxyde d'hydrogène, composé utilisé en chimie en tant qu'antiseptique.

Les plantes n'ont pas de neurones, ces cellules nerveuses qui permettent par exemple aux différentes parties du corps humain de communiquer à l'aide d'impulsions électriques. En revanche, elles disposent de tubes longs et fins, les xylèmes et les phloèmes, qui permettent de faire circuler la sève entre leurs racines, leurs feuilles et leurs fruits. Des ions (atomes ou molécules chargés d'énergie électrique) circulent le long de ces tuyaux, ce qui permet de propager des signaux électriques.

De l'intelligence, mais pas de souffrance

Non seulement l'activité électrique des pieds de tomates change à partir du moment où des chenilles attaquent un ou plusieurs fruits, mais en plus, révèle l'étude, elle n'est pas la même en fonction de leur degré de maturité.

On précisera qu'il ne s'agit pas d'un véritable système nerveux, et que le lobby pro-viande ne peut toujours pas utiliser l'argument du cri de la carotte (ou de la tomate) pour nous expliquer que les légumes souffrent quand on les cuisine ou lorsqu'on les croque.

Newsletters

Pourquoi passe-t-on du salé au sucré lors d'un repas?

Pourquoi passe-t-on du salé au sucré lors d'un repas?

Si en France, on finit généralement le repas par un dessert, ce n'est pas le cas partout dans le monde.

Épicer vos plats peut améliorer votre santé

Épicer vos plats peut améliorer votre santé

Manger des cacahuètes (grillées à sec et non salées) aussi.

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Ce que mangeaient vraiment les hommes préhistoriques

Le fait d'ajouter des plantes ou des graines à son dîner et de modifier le goût des aliments est une habitude humaine qui remonte au moins à 70.000 ans, selon de nouvelles découvertes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio