Monde

Une région d'Inde envisage la stérilisation volontaire en échange d'avantages fiscaux

Temps de lecture : 2 min

L'État de l'Uttar Pradesh veut combattre la surpopulation, en limitant à deux le nombre d'enfants par famille.

Pour lutter contre la surpopulation, l'État le plus peuplé d'Inde est prêt à discriminer les familles nombreuses. | Lewis J Goetz via Unsplash
Pour lutter contre la surpopulation, l'État le plus peuplé d'Inde est prêt à discriminer les familles nombreuses. | Lewis J Goetz via Unsplash

Le gouvernement de l'État indien de l'Uttar Pradesh pourrait bientôt mettre en place de nouvelles politiques destinées à combattre la surpopulation, en limitant à deux le nombre d'enfants par famille dans la région. Avec 220 millions d'habitants, l'Uttar Pradesh, au nord de l'Inde, est l'État le plus peuplé du pays, précise Vice.

Le nouveau projet de loi inclut des avantages financiers pour les parents qui n'ont qu'un seul enfant, ainsi qu'une éducation et des soins médicaux gratuits jusqu'a ce qu'il atteigne l'âge de 20 ans. Mais, d'un autre côté, les autorités songent aussi à créer des pénalités pour les familles nombreuses, qui pourraient prendre la forme d'interdictions de se présenter à une élection, de travailler pour le gouvernement, ou bien de bénéficier des aides offertes par l'État.

Enfin, dans une proposition qui fait particulièrement débat, les habitants de l'Uttar Pradesh pourraient également être autorisés à se porter volontaires pour être stérilisés par le gouvernement, en échange d'une réduction d'impôts, de salaires plus élevés pour les fonctionnaires et de subventions aux futurs propriétaires. Une mesure dont les opposants affirment qu'elle finira par être coercitive pour beaucoup des habitants les plus vulnérables de la région, indique Futurism.

«Violences contre les corps des femmes»

Même si l'aide financière unique proposée en Inde pour les parents ayant une fille est plus élevée que pour un garçon, les opposants restent préoccupés, de peur que les femmes et les minorités se voient obligées d'avoir recours à ces politiques de restriction des naissances. Certains sont particulièrement inquiets, alors que le pays est encore traumatisé par les conséquences d'une campagne de stérilisation forcée dans les années 1970, qui a touché des millions de personnes et a entraîné des procédures bâclées, et parfois la mort.

«Chaque fois qu'il y a un contrôle de la population, cela mène à des violences contre les corps des femmes», s'inquiète la militante féministe Kavitha Krishnan, pour qui ces propositions sont «antidémocratiques». Yogi Adityanath, le ministre en chef de l'Uttar Pradesh, a déclaré que le projet de loi allait mener à un «équilibre démographique entre les différentes communautés» et «offrir un chemin vers la prospérité à chaque citoyen».

«Les mesures de contrôle de la population peuvent conduire à une recrudescence des pratiques de sélection du sexe de l'enfant, ainsi que des avortements dangereux, étant donné la forte préférence pour les garçons en Inde», explique Poonam Muttreja, directrice exécutive de l'association Population Foundation of India.

«La Chine est un exemple parfait de l'inefficacité avérée des politiques coercitives, et cela montre bien que l'Inde ne doit pas les adopter», ajoute-t-elle. Le voisin de l'Inde, célèbre pour ses lois limitant la taille des familles, a récemment assoupli les restrictions et autorise désormais les couples à avoir trois enfants, craignant que sa population n'entre dans une période de déclin durable.

Newsletters

Surplus

Surplus

Mon grand-père, photographe au Vietnam dans les années 1950

Mon grand-père, photographe au Vietnam dans les années 1950

Bertin Huyn, journaliste pour la version australienne du Guardian, savait que son grand-père, Hoa Huynh, avait été photographe: ses clichés ont toujours été accrochés aux murs des maisons de chaque membre de la famille. «Mais ce que j'ignorais, c...

2023, l'année de la panne pour Viktor Orbán?

2023, l'année de la panne pour Viktor Orbán?

La treizième année au pouvoir du dirigeant national-populiste hongrois représente un véritable test politique, entre crise économique, conflit avec l'Union européenne et tensions régionales.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio