Sciences / Monde

Des baleines deviendraient sourdes à cause de bombes de la Seconde Guerre mondiale

Temps de lecture : 2 min

La Royal Navy pratique des explosions sous-marines pour désactiver ces engins. Des militants écologistes l'accusent d'endommager l'ouïe des animaux.

La Royal Navy fait régulièrement exploser d’anciennes bombes encore actives qui reposent sur les fonds marins. | Thomas Kelley via Unsplash
La Royal Navy fait régulièrement exploser d’anciennes bombes encore actives qui reposent sur les fonds marins. | Thomas Kelley via Unsplash

Au Royaume-Uni, une campagne pour l'environnement accuse la Royal Navy d'endommager l'ouïe des baleines et des dauphins en faisant exploser dans la mer des bombes datant de la Seconde Guerre mondiale. La plupart sont des bombes allemandes, tombées dans l'océan pendant les raids nazis, précise The Independent. Elles doivent être désactivées quand elles présentent un danger ou qu'elles gênent des projets de construction en mer.

Traditionnellement, les plongeurs attachent une faible charge aux explosifs vieux de soixante-dix ans et activent ensuite la détonation à distance, créant une forte explosion sous-marine. Bien que la Royal Navy assure vérifier qu'aucun animal marin ne se trouve dans les parages avant de déclencher l'explosion, les militants pour l'environnement affirment que l'armée ne tient pas en compte les dommages causés à l'ouïe des grands mammifères marins.

Car une bombe qui explose sous l'eau peut provoquer une forte onde sonore sur 30 kilomètres. Certains experts pensent qu'environ 60 animaux deviennent sourds pour chaque bombe que la Royal Navy fait exploser en mer. Selon le ministère de la Défense, les plongeurs de l'armée ont mené 107 explosions dans les eaux britanniques ces dix dernières années, ce qui ferait plus 6.000 animaux marins devenus sourds à cause de ces détonations.

La marine britannique dispose d'un système moins bruyant… jamais utilisé

Selon les militants, la marine britannique n'a aucune excuse puisque l'armée a acquis une technologie qui permet de procéder à des déminages plus sûrs. Le ministère de la Défense a en effet révélé avoir acheté plus de 600 systèmes qui permettent de désactiver une bombe sans causer d'explosion sous-marine destructrice. Malgré tout, la Royal Navy n'a pas utilisé une seule fois cette méthode de déflagration de faible intensité ces dix dernières années.

Cette technique utilise une charge spécialement conçue pour brûler rapidement l'enveloppe de la bombe, avant d'enflammer les explosifs à l'intérieur. Une étude du National Physical Laboratory publiée l'année dernière a constaté que cette méthode provoque nettement moins de bruit sous l'eau. Les scientifiques ont conclu que les déflagrations de faible intensité offrent une «réduction substantielle des conséquences sonores par rapport aux méthodes traditionnelles».

L'ouïe des mammifères marins est essentielle dans leur vie quotidienne. Ceux qui deviennent sourds ont du mal à naviguer dans l'océan, communiquer avec leurs congénères et trouver efficacement de la nourriture, ce qui menace leur survie. «Nous devrions chercher à protéger les baleines et non à les détruire», a déclaré Danny Groves, de la Whale and Dolphin Conservation.

«La Royal Navy [reconnaît] l'impact des détonations sous-marines. Avant chaque mission de déminage, des contrôles de sécurité et des évaluations sur les risques environnementaux sont effectués afin de minimiser les risques pour la vie marine», a précisé un porte-parole du ministère de la Défense.

Newsletters

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

Le gazon artificiel est un non-sens esthétique, écologique et sanitaire

La ville de Boston vient d'interdire l'installation de nouvelles pelouses artificielles dans l'espace public, pointant la composition toxique de ces étendues de plastique vert.

L'océan Arctique est en train de s'acidifier en quatrième vitesse

L'océan Arctique est en train de s'acidifier en quatrième vitesse

L'acidification des eaux, précipitée par la fonte des glaces de mer, présente un danger considérable pour la vie marine.

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

La cape d'invisibilité n'existe pas encore, mais on s'en rapproche

Les dernières avancées de la société Vollebak sont tout simplement stupéfiantes, mais où mèneront-elles?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio