Santé

Les compléments alimentaires ne vous aideront pas à perdre du poids

Temps de lecture : 2 min

Des scientifiques ont observé les résultats de 315 essais cliniques consacrés à de nombreux produits.

42,2% de la population adulte américaine souffrait d'obésité en 2017-2018. | i yunmai via Unsplash
42,2% de la population adulte américaine souffrait d'obésité en 2017-2018. | i yunmai via Unsplash

L'efficacité des compléments alimentaires pour maigrir n'est pas prouvée, révèle une nouvelle étude, publiée le 23 juin dans la revue Obesity. Pour parvenir à cette conclusion, l'équipe de recherche a étudié 315 essais cliniques sur des compléments et des thérapies alternatives. Ces essais portaient sur de nombreux produits: calcium, vitamine D, cacao, chrome, garcinia (plante qui aurait un effet sur l'appétit), thé vert ou encore pyruvate, que l'organisme produit quand il décompose le glucose. Les scientifiques se sont également intéressés à l'acupuncture et aux thérapies corps-esprit.

Dans seulement 16 des 315 essais cliniques, les participants ont constaté une perte visible de poids, pouvant aller de 300 grammes à cinq kilos. Melinda M. Manore, professeure émérite spécialisée dans la nutrition à l'Université d'État de l'Oregon, a expliqué à Newsweek que ces chiffres étaient faibles, «surtout si on [les] compare avec le poids que la plupart des personnes obèses ou en surpoids souhaitent perdre [...] De plus, les compléments alimentaires pour favoriser la perte de poids sont chers et provoquent beaucoup d'effets indésirables.»

Des essais cliniques de faible qualité

Ce travail scientifique «offre aux professionnels de santé des données factuelles sur la qualité et l'efficacité des compléments de perte de poids et des thérapies alternatives», a déclaré le Dr John Batsis, un des auteurs de l'étude et professeur à la University of North Carolina School of Medicine. «Malgré leur popularité, il y a un manque d'essais cliniques de bonne qualité pour évaluer leurs résultats, ce qui souligne la nécessité d'études bien conçues et suffisamment puissantes pour minimiser les biais et fournir des conseils définitifs», a-t-il ajouté.

Les auteurs de l'étude ont parfois eu du mal à évaluer les différents compléments alimentaires car les essais cliniques auxquels ils avaient été soumis peuvent être biaisés: échantillons de petite taille, suivis effectués sur de courtes périodes, études financées par des entreprises qui vendent des produits pour perdre du poids, etc. Melinda Manore remarque d'ailleurs que la plupart des essais requéraient que la personne modifie son style de vie, via un régime ou du sport.

Alors que l'Amérique doit faire face à une recrudescence de l'obésité, la spécialiste de la nutrition tient à répéter ce message: «Ne croyez pas les publicités, les compléments alimentaires ne permettent pas de maigrir rapidement et ne contribuent pas non plus au maintien du poids à long terme.» Selon le Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, 42,2% de la population adulte souffrait d'obésité en 2017-2018.

Un autre article de John Batsis, qui accompagne l'étude principale, dénonce le «manque de surveillance réglementaire et de tests rigoureux sur l'efficacité et la sécurité» des compléments alimentaires aux États-Unis. Ces produits sont rarement considérés comme des médicaments et ne sont donc pas soumis à des contrôles qualité.

Newsletters

Ce n'est pas à cause d'une mauvaise posture que vous avez mal au dos

Ce n'est pas à cause d'une mauvaise posture que vous avez mal au dos

Tout au long de notre enfance, on nous a dit qu'il fallait se redresser quand on était assis, se tenir droit quand on était debout, plier les genoux pour soulever des charges… Or, ces conseils ne sont pas fondés.

«Mon copain est meilleur ami avec son ex et j'ai du mal à le vivre»

«Mon copain est meilleur ami avec son ex et j'ai du mal à le vivre»

Cette semaine, Mardi Noir conseille Yoann, qui ne sait pas s'il accepte que son compagnon entretienne des relations amicales avec son ex.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio