Monde

Pornhub poursuivi pour diffusion de vidéos de viols

Temps de lecture : 2 min

La plateforme est accusée de fonctionner comme une entreprise criminelle prospérant sur la diffusion de contenus illégaux et les violences sexuelles.

Ce n'est pas la première fois que Pornhub fait l'objet d'une plainte pour viols et abus sexuels commis sur mineurs. | Ethan Miller / Getty Images / AFP
Ce n'est pas la première fois que Pornhub fait l'objet d'une plainte pour viols et abus sexuels commis sur mineurs. | Ethan Miller / Getty Images / AFP

Ce n'est certes pas la première fois que Pornhub est accusée de diffuser des vidéos de sexe non consensuel: viols, exploitation sexuelle d'enfants, pédocriminalité… La liste est longue et le nombre de victimes incertain. Ce jeudi 17 juin, c'est trente-quatre femmes, parmi lesquelles on compte des mineures, qui ont porté plainte contre la plateforme via le cabinet d'avocats international Brown Rudnick LLP.

Elles accusent la société mère de Pornhub, MindGeek, d'être une «entreprise criminelle classique», dont la structure commerciale a été créée afin de monétiser des contenus sexuels non consensuels.

Le business des violences sexuelles

Ayant porté plainte contre exploitation sexuelle, viol et trafic d'êtres humains dont elles auraient été victimes, les plaignantes souhaitent obtenir des dommages et intérêts et une protection. Pour l'avocat de la partie civile, Michael Bowe, «il s'agit d'une affaire de viol, pas de pornographie».

«Il est temps que les entreprises et les individus qui ont profité de contenus non consensuels et illégaux soient tenus responsables de leur crime, a déclaré l'une des plaignantes. Je me suis jointe à ce procès parce que je cherche à obtenir justice pour moi et pour les innombrables victimes qui ne se manifestent pas.» Pour des raisons de sécurité, toutes les plaignantes, à l'exception d'une seule, ont requis l'anonymat.

L'entreprise MindGeek, fondée en 2004 par Fabian Thylmannen et basée à Montréal, est propriétaire d'une centaine de sites pornographiques parmi lesquels on compte Youporn et RedTube, ainsi que de studios de production. Leadeuse mondial du secteur, elle se targue d'accumuler 3,5 milliards de vues par mois, grâce à quelques 115 millions de visiteurs quotidiens. Si elle garde son chiffre d'affaires annuel secret, des observateurs l'estiment à plus d'un milliard de dollars canadiens.

Pédopornographie et viols sur mineurs

En décembre dernier, Pornhub et MindGeek avaient déjà fait l'objet d'un boycott de la part des compagnies de cartes de crédit Mastercard, Visa et Discover, qui avaient bloqué tout achat de leurs utilisateurs sur ces plateformes, à la suite d'une grosse enquête du New York Times faisant état d'abus sexuels commis sur des enfants et de pratiques sexuelles non consenties. Après avoir nié ces accusations, Pornhub avait mis en place de nouvelles politiques de sécurité sur sa plateforme, instaurant un système de vérification des internautes souhaitant poster des vidéos sur le site.

Pornhub a renouvelé ses dénégations face à la nouvelle plainte déposée, et a déclaré que la plateforme mènerait une enquête sur la question. De son côté, Michael Bowe, l'avocat de la partie civile, espère que cette affaire constituera «un tournant décisif» pour l'industrie pornographique, qui permettra de mettre fin au manque de contrôle dont elle bénéficie.

Newsletters

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

En envahissant l'Ukraine, la Russie a commis les mêmes erreurs que l'Allemagne nazie face à l'URSS

L'opération Barbarossa, lancée en 1941, est pourtant l'une des plus étudiées dans les académies militaires russes, car elle faillit causer la perte de l'Union soviétique.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

En Iran, avec celles et ceux qui sont «prêts à sacrifier leur vie pour la liberté»

La vague de colère réveillée par la mort, il y a dix jours, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio