Santé / Tech & internet

Avec la réalité virtuelle, replongez dans votre traumatisme pour vous en délivrer

Temps de lecture : 2 min

Cette forme de thérapie se répand de plus en plus.

La réalité virtuelle est utilisée pour soigner les troubles de stress-post traumatique, l'anxiété ou les phobies. | Jayross2021 via Pixabay
La réalité virtuelle est utilisée pour soigner les troubles de stress-post traumatique, l'anxiété ou les phobies. | Jayross2021 via Pixabay

Soigner le mal par le mal. En 2013, lorsqu'un thérapeute du ministère américain des Anciens combattants propose à Chris Merkle de suivre une thérapie par réalité virtuelle (RV) pour soigner son stress post-traumatique, il refuse immédiatement. Après trois missions en Irak et quatre en Afghanistan, impossible pour l'ancien marine d'être plongé dans un environnement en 3D qui reproduirait des souvenirs bouleversants, telles que ses journées de combat, qui le hantent au titre de ses «pires cauchemars».

Mais les thérapies traditionnelles de parole n'étant pas efficaces sur lui, il décide finalement d'essayer la RV, relate un article du New York Times. Casque sur les yeux, il retrace à voix haute un incident particulier au médecin, qui ajuste la simulation en fonction du récit. Au fil de la séance, Chris Merkle sent ses muscles se contracter et son rythme cardiaque s'accélérer, d'autant que les détails, comme le camion militaire ou le poids du pistolet miniature dans sa main, sont extrêmement précis, se souvient-il. «Mon corps réagissait physiquement, car mon esprit se disait que cela nous arrivait.»

Une fois le casque enlevé, c'est le sentiment de fierté qui a pris le dessus, ajoute l'ancien militaire. Faire face à des souvenirs traumatisants dans un monde virtuel lui a permis de se rendre compte qu'il pouvait vivre avec son passé, la peur en moins. «Si vous surmontez quelque chose en réalité virtuelle, vous le surmonterez dans la vie réelle», analyse Daniel Freeman, professeur de psychiatrie clinique à l'université d'Oxford, qui dirige des thérapies par réalité virtuelle dans dix cliniques en Angleterre.

Soigner l'anxiété

Chris Merkle n'est pas le seul dont la santé mentale s'est améliorée grâce à cette technique. Après six séances d'une heure, les symptômes du trouble de stress post-traumatique (TSPT) aigu dont souffrait une survivante du 11 septembre 2001 ont diminué de 90%. Mieux encore: dans le cadre d'une étude, seize vétérans de la guerre d'Irak sur vingt ne répondaient plus du tout aux critères de diagnostic du TSPT après avoir suivi une thérapie par réalité virtuelle, indique le quotidien américain.

Ce traitement n'est pas totalement nouveau. Il s'inspire en réalité d'une technique mise au point par Edna Foa, professeure de psychiatrie à la Perelman School of Medicine de l'université de Pennsylvanie, appelée l'«exposition prolongée». Elle consiste à faire décrire aux patients un événement traumatisant, en détail et au présent, avant de les confronter aux éléments déclencheurs du traumatisme dans le monde réel.

Aujourd'hui, la thérapie par réalité virtuelle commence à être élargie aux troubles anxieux ou phobiques, précise le New York Times. Pendant la pandémie, par exemple, une équipe de recherche de l'université Johns-Hopkins a testé des exercices de méditation en réalité virtuelle pour réduire le stress et l'épuisement professionnel du personnel médical. Les résulats ont été probants: sur cinquante infirmières d'un service de Covid-19, quarante-neuf ont constaté une baisse de leur niveau de stress.

Newsletters

Ce n'est pas à cause d'une mauvaise posture que vous avez mal au dos

Ce n'est pas à cause d'une mauvaise posture que vous avez mal au dos

Tout au long de notre enfance, on nous a dit qu'il fallait se redresser quand on était assis, se tenir droit quand on était debout, plier les genoux pour soulever des charges… Or, ces conseils ne sont pas fondés.

«Mon copain est meilleur ami avec son ex et j'ai du mal à le vivre»

«Mon copain est meilleur ami avec son ex et j'ai du mal à le vivre»

Cette semaine, Mardi Noir conseille Yoann, qui ne sait pas s'il accepte que son compagnon entretienne des relations amicales avec son ex.

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

L'importance des psys dans un Rwanda traumatisé par le génocide

Au lendemain du génocide des Tutsi, en 1994, le pays ne disposait que d'un psychiatre. Depuis, associations, animateurs psychosociaux, conseillers en traumatisme et groupes de parole fleurissent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio